Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Weekender

Brown Sugar Night : Le meilleur clap afro-américain

Paris. Il est à peine 20h00 sur les grands boulevards situés en plein cœur de la capitale. Une file de plus en plus impressionnante se dessine aux abords de la station de métro Bonne nouvelle : Le Brown Sugar Night est de retour.

Reportage de Cindy Ahodehou

En poussant les grandes portes en cuir bordeaux, se dresse majestueuse une salle décorée dans le style méditerranéo-antique. Deux grands balcons et colonnades blanches et un plafond bleu agrémenté de nuages font référence au ciel bleu qu’on retrouve souvent dans les pays méditerranéens.

En ce lieu, les 3300 places sont très vite prises d’assaut. Pourquoi ?

La diaspora afro-caribéenne de France vient encore de répondre présente à la 3è édition du Brown Sugar Night tenue dans la nuit du 30 au 31 octobre.

Cet événement qui prépare déjà sa 4è édition, supporte également le mouvement Black Business. Des stands tenus par des entreprises créées par des Noirs sont installées aux abords de la salle de projection, leurs permettant de faire quelques ventes et aussi d’obtenir de la visibilité. L’union fait (forcément) la solidarité.

Cet événement majeur met à l’honneur le cinéma afro-américain, et, une nouvelle fois, il a fait sensation après presque deux ans d’absence causée par la crise sanitaire de la Covid-19.

Dès l’ouverture des portes, la foule qui commençait à s’impatienter est enfin accueillie par le staff. Les « ouf » de soulagement et les sourires sur les visages des participants qui faisaient la queue depuis plus d’une heure, témoignent de l’intérêt qu’ils portent à l’événement. Nul ne veut se le faire raconter !!

DJ Anaïs l’a compris. Il n’en fallait pas plus pour qu’elle commence à mixer. L’enthousiasme, dès lors, se fait ressentir auprès des convives tous quasiment vêtus de noir et/ou orange (couleurs choisies par les organisateurs).

L’humoriste et maître de cérémonie, Wilaxxx, donne le ton. Il invite une spectatrice repérée dans la salle à monter sur scène pour un déhanché rythmé par une musique entraînante « Sarkodé » de Keché, un son togolais de 2014. L’ambiance est bon enfant sanctionnée par des viva ici, des bravos par là et des acclamations du public lorsque le maître de cérémonie lance, « est-ce que vous êtes chauds ce soir ? ».

A VOIR EGALEMENT INSTA

https://www.instagram.com/tv/CV07XuYISrg/?utm_medium=share_sheet

Les vibes des années 2000, dance hall, coupé-décalé, rap US ou encore kompa, tous les styles de musique sont mis au goût de la soirée.

Puis viennent les remerciements de Didier Mandin qui assure qu’ « un nombre record de vente a été réalisé quelques heures après l’ouverture de la billetterie en ligne ! ».

A nouveau Willaxxx monte sur le podium et dans les harangues à la « Etienne Lantier », il annonce in fine la projection du premier film. A la recherche du bonheur de Gabriele Muccino, sorti de 2006. On y retrouve les acteurs Will Smith et Jaden Smith, son fils dans les rôles principaux. Le film retrace la vie d’un homme, Chris Garner qui exerce le métier de commercial en free-lance.

Après une période très difficile dans laquelle il ne parvient pas à joindre financièrement les deux bouts, sa femme décide de le quitter. Désormais seul avec son fils, au plus bas, il enchaîne les mésaventures. Mis à la porte de son appartement, il décide de reprendre sa vie en mains et de se battre pour « le job » qui selon lui changera sa vie.

Une heure 57 mn de visionnage et une pause de 15 minutes plus tard, l’interlude musicale reprend le relai. A l’invitation du Dj Did les spectateurs plongés dans le noir font un décompte de 5 à 1 et la musique retentit à 0. L’ambiance endiablée reprend de plus belle, les meilleurs sons afro-caribéens et rap US passent. Le Dj Did et les quatre danseuses mettent une ambiance de feu au Grand Rex durant une quarantaine de minutes.

Deux animations sont alors annoncées avant le lancement du second film.  Un blind test musical, animé par Frederic Bukolé, et le célèbre karaoké géant. Cette animation appréciée des participants est proposée à chaque édition. Le public chante à l’unisson sur « You Remind me » de Usher, « No one » de Alicia Keys ou encore sur « Zion » de Laurin Hill.

Puis c’est le moment tant attendu ! L’annonce de l’avant-première mondiale du film « La méthode Williams ». Cette œuvre de Reinaldo Marcus Green, dont la sortie est prévue le 15 novembre aux Etats-Unis et le 1er décembre en France, retrace l’histoire de Richard Williams, incarné par Will Smith et de ses célèbres filles campées par Venus et Serena Williams, joueuses de tennis à la renommée internationale.

L’ambiance reprend tout doucement. Après quelques minutes, les plus téméraires commencent à danser et font un effet boule de neige. En fin de soirée Dj Namasty réussi même l’exploit de faire monter une partie du public sur scène pour danser sur la célèbre chanson « Zoblazo » du chanteur ivoirien, Meiway.

Richard Williams qui n’avait aucune expérience dans le sport décide d’entraîner ses filles afin qu’elles deviennent des championnes du monde. Pour se faire, il invente un plan de 78 pages, sorte de bréviaire à respecter tout au long de leur vie sportive.

Après cette ode au volontarisme, l’after, surnommé, « Nocturne, c’est pas dodo » peut enfin débuter. C’est Dj Namasty qui a la mission de faire danser le public jusqu’au petit matin. Il est presque 03h30 du matin et la fatigue commence à se faire sentir.

Wilaxxx essaye tant bien que mal de remotiver le public. « Namasty fait péter la musique » dit-il. L’ambiance reprend tout doucement. Après quelques minutes, les plus téméraires commencent à danser et font un effet boule de neige. En fin de soirée Dj Namasty réussi même l’exploit de faire monter une partie du public sur scène pour danser sur la célèbre chanson « Zoblazo » du chanteur ivoirien, Meiway.

BO du film La méthode Williams

Cet événement qui prépare déjà sa 4ème édition, supporte également le mouvement Black Business. Des stands tenus par des entreprises créées par des Noirs sont installées aux abords de la salle de projection, leurs permettant de faire quelques ventes et aussi d’obtenir de la visibilité. L’union fait (forcément) la solidarité.

@CA

ENCADRE

Le Brown Sugar Night qui, à l’origine, était le Brown Sugar Day a été inventé en 2015 par Didier et Gwladys Mandin un frère et une sœur d’origine guadeloupéenne.

Le concept est de projeter, en avant-première, le meilleur du cinéma afro-américain et de participer à des animations au cours de la même soirée.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts