Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Prof. Lazare Ki-Zerbo : «Notre panafricanisme»

Le professeur de philosophie Lazare Ki-Zerbo analyse les enjeux du panafricanisme. Tout en appelant à un mouvement de libération des peuples africains. Verbatim in extenso.

Par JO

« La publication d’un ouvrage sur le panafricanisme ne pouvait pas mieux tomber, puisqu’elle intervient à l’occasion du 60è anniversaire de l’indépendance du Ghana (6 mars 1957), marquée par l’arrivée au pouvoir de Kwame Nkrumah. 

Le défi aujourd’hui, est la matérialisation de l’Agenda 2063 adopté par l’Union africaine en 2013, et surtout la diffusion massive des principes d’organisation fédérale d’une Union politique panafricaine.

À cette occasion, ce grand leader avait déclaré que l’indépendance du Ghana resterait sans signification tant que les autres pays africains ne seraient pas indépendants. On peut donc dire que cette première tâche, la décoloni­sation, est formellement achevée. De plus, vous savez qu’un Congrès fédéraliste sur les États africains unis est envisagé à Dakar prochainement. La longue quête panafricaine reste au coeur du rêve de changement qui habite des millions d’Africains. Je suis le coordinateur de ce projet à l’échelle européenne.

L’incapacité de certains États à se défendre, à réaliser leur souveraineté monétaire, montre que le mouvement panafricaniste doit être connu par ses acteurs, dont la jeune génération qui doit en connaître les racines, et en comprendre les enjeux et les contradictions.

La désinformation médiatique et des programmes scolaires tronqués empêchent la majorité de se concentrer sur le projet essentiel du panafricanisme. C’est une bataille que le mouvement panafricain doit mener.

Ceci dit, aujourd’hui, les situations d’éclosion des crises, de leur règlement, signalent avec acuité les difficultés que rencontre l’Union africaine à prendre en charge les défis qui dépassent les États. Cela parce qu’elle n’est pas ce gouvernement fédéral que Nkrumah appelait de ses vœux.

La question d’une armée panafricaine devrait, par exemple, faire penser au défi de la force africaine attendue depuis si longtemps ! Ou encore, en matière de Recherche & Développement, les investissements nécessaires sont si colossaux que seules des institutions régionales ou continentales peuvent avoir l’envergure pour s’y engager. De ce point de vue, nous voulons d’abord offrir au public les résultats des recherches. Il pourrait permettre aux chercheurs, aux institutionnels, aux décideurs et aux activistes de mieux comprendre le mouvement panafricain et d’améliorer par une réflexion documentée les recherches et pratiques futures.

De plus, nous avons voulu offrir au public francophone un aperçu de travaux importants, mais uniquement disponibles en anglais. Au-delà du regretté Tony Martin par exemple, érudit du garveyisme, il reste encore beaucoup à faire. Une grande encyclopédie du panafricanisme reste à produire !

La quinzaine de contributions et témoignages, notamment sur Joseph Ki-Zerbo, est un modeste pas en ce sens. Nous abordons tour à tour les enjeux de mémoire, de transmission de cette mémoire, le rôle des migrations, des élites, de l’intégration économique.

Le combat pour le panafricanisme est une vue de l’esprit ou ce concept est un hymne au repli sur soi, disent nos détracteurs ! L’histoire en mouvement ne dépend pas de l’opinion des spectateurs ! Le moteur de l’histoire, ce sont les idées fortes et l’adhésion d’un nombre suffisant de personnes qui leur sont dévouées, et ces conditions sont réunies pour le panafricanisme. On veut nous faire croire à la fin des idéologies, des grands récits, à l’avènement d’une société mondialisée, mais si vous analysez la réalité, vous verrez que ce n’est pas le cas pour la majorité des Africains.

La personnalité africaine affirmée par Kwame Nkrumah, c’est aujourd’hui la question du Swahili à l’Union africaine, de la nécessaire reconnaissance juridique du Wolof au Sénégal ou du Sango en République centrafricaine !

Dans le mouvement panafricain, il y a eu des Noirs, des Blancs, des Arabes, des Caribéens, des Indiens… Ce n’est pas une question de couleur ou d’origine, mais de foi dans un mouvement de libération des peuples africains sur le continent et dans la diaspora. C’est un mouvement et un ensemble de positions qui touchent différents domaines. On ne peut pas séparer l’économie et le reste. Il faut raisonner en termes de souveraineté collective d’une Afrique unie : ce principe aura des effets économiques, sociaux, culturels, etc. Comment pouvez-vous comprendre par exemple – quels que soient les défauts qu’on pouvait lui trouver – qu’un dirigeant africain, le dirigeant libyen Moummar Kadhafi, soit assassiné avec l’appui d’États non-africains ?

Le défi aujourd’hui, est la matérialisation de l’Agenda 2063 adopté par l’Union africaine en 2013, et surtout la diffusion massive des principes d’organisation fédérale d’une Union politique panafricaine.

Maintenant presque 60 ans après la All African Peoples Conference de 1958, pourquoi en sommes-nous toujours là ? Disons que la désinformation – les médias y contribuent malheureusement – et des programmes scolaires tronqués empêchent la majorité de se concentrer sur ce projet essentiel. Si cette question gagne en visibilité dans les programmes politiques, les programmes télévisés et les programmes scolaires, vous verrez les changements. C’est une bataille que le mouvement panafricain doit mener.

Le Maafa (holocauste et asservissement du peuple africain), a-t-il été un levier de prise de conscience du panafricanisme de combat ? Me demandez-vous. Je puis dire que cet holocauste a conduit les peuples africains déportés à s’unir pour résister. Les filles et fils des Caraïbes (Haïti, Trinidad, Cuba, Martinique et Guadeloupe…), du Brésil, des États-Unis ont bâti, les premiers, le panafricanisme.

L’historien Olabiyi Yaï a, par exemple, montré comment le concept de Nation a été retravaillé et réinventé par les Africains de la Diaspora. Cet apport est toujours actuel sur le continent, car nous n’avons pas encore réglé la question du statut des communautés linguistiques, alors que la majorité des Africains est surtout « africanophone ».

La personnalité africaine affirmée par Kwame Nkrumah, c’est aujourd’hui la question du Swahili à l’Union africaine, de la nécessaire reconnaissance juridique du Wolof au Sénégal ou du Sango en République centrafricaine !

Ce sont les défis d’une décolonisation à achever. Dans l’ouvrage, “L’idéal panafricain contemporain : Fondements historiques, perspectives futures”, j’établis à cet égard une comparaison entre la logique panafricaniste et le fédéralisme autrichien, celui de Karl Renner par exemple.

On entend dire que le panafricanisme semble se satisfaire du franc CFA – monnaie coloniale – alors qu’il met le curseur sur la souveraineté, et qu’en cela on assiste là à un étrange jeu d’équilibre. Nous estimons que nos économistes et institutions panafricaines doivent proposer des solutions sûres pour bâtir des institutions monétaires régionales, puis continentales souveraines et indépendantes, dont la politique sera favorable à nos producteurs, à nos industriels, aux échanges intra-africains et avec le monde. Il nous faut des propositions alternatives crédibles en ce sens et elles seront prises en charge dans les programmes politiques panafricanistes ».

Related Posts