Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Rémy Rioux : « L’AFD, c’est la promotion d’une approche ‘Tout Afrique’ »

L’Agence française de développement publie un riche atlas sur l’Afrique. L’ouvrage permet de constater les progrès enregistrés par le continent ces dernières décennies, et de le situer par rapport au reste du monde.

Par Laurent Soucaille

La trajectoire du continent africain et ses facultés de rebond face aux crises sont encore méconnues ou sous-estimées. Partant de ce constat, et afin de mieux comprendre les enjeux géostratégiques et de développement liés au continent, l’AFD (Agence française de développement) publie son Atlas de l’Afrique. Publié en cette fin août 2020 aux éditions Armand Colin, l’ouvrage comprend plus de cent cartes et graphiques inédits, sur 128 pages.

Pour changer notre regard, cet ouvrage rompt avec une vision du continent héritée de l’Occident et fondée sur un découpage, largement artificiel, entre Afrique du Nord et Afrique subsaharienne.

L’Afrique, plus que tout autre continent, a accumulé en très peu de temps développement économique, transformations sociales, évolutions démographiques, réformes structurelles et changements environnementaux d’une ampleur spectaculaire.

Cet atlas, élaboré à partir de données pour la plupart inédites, au plus proche du terrain, retrace l’actualité et les réalités du continent : celles d’une Afrique plurielle, dynamique et qui, face à ses nombreux défis, entreprend, innove pour et avec sa jeunesse.

À travers une centaine de cartes et graphiques, fruit d’un travail de collecte, d’agrégation de données et de prospective, l’ouvrage présente de façon concrète et imagée les enjeux, les paradoxes et les perspectives de ce continent. Cet atlas s’appuie sur l’expérience d’une institution et de ses équipes présentes en Afrique depuis près de quatre-vingt ans.

L’œuvre est conçu en trois thématiques. Prendre la pleine mesure de l’Afrique ; un continent pluriel, des enjeux partagés ; l’Afrique qui s’invente, relever les grands défis de demain. Le lecteur peut suivre des indicateurs de mutation des sociétés sur plus d’un demi-siècle.

Grâce au choix de cartes rétablissant les réelles proportions du continent, de graphiques permettant de comparer des données dans le temps pour mieux en suivre les évolutions, et de restituer des dynamiques régionales. « Cet atlas a pour ambition, loin des clichés et des affirmations péremptoires, de dresser un état des lieux informé et attentif de l’Afrique telle qu’elle se fait », explique l’AFD.

Cet atlas est préfacé par Vera Songwe. « Aujourd’hui, l’Afrique s’affirme dans le monde comme étant un partenaire privilégié qui dessine et offre de nouvelles voies d’émergence, en exploitant l’ensemble de ses atouts et potentialités dans toutes leurs diversités », y écrit la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique.

Un continent-cohérence

De son côté, le directeur général de l’AFD « se réjouit » de cette parution, « dont l’originalité repose sur l’approche « Tout Afrique » que promeut et met en œuvre l’Agence dans ses opérations ».

Pour changer notre regard, cet ouvrage rompt avec une vision du continent héritée de l’Occident et fondée sur « un découpage », largement artificiel, entre Afrique du Nord et Afrique subsaharienne en proposant un recueil inédit de données et de cartes à l’échelle du continent tout entier, pour en prendre la pleine mesure.

À l’ère des ODD (Objectifs de développement durable), « notre agence a également tenu à irriguer cette approche d’illustrations concrètes pour comprendre l’Afrique en train de se faire dans tous les domaines », poursuit Rémy Rioux. Qui cite en exemples le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes ou celui pour la protection du climat et de la biodiversité.

 Dans le contexte de crise sanitaire à laquelle les pays africains font face avec force et résolution, l’Atlas de l’Afrique – AFD contribuera ainsi, je l’espère, à rendre justice à l’émergence d’un continent-cohérence et à renforcer ses liens avec l’Europe, dans une compréhension profonde et un respect mutuel. »

Par exemple, l’Atlas présente une carte comparée de l’Afrique sous le critère de son électrification. Ladite carte permet de constater les progrès majeurs du continent.

La part de la population ayant accès à l’électricité a bondi : entre 1990 et 2017, elle est passée de 29 % à 53 %, permettant à près de 470 millions d’Africains supplémentaires de bénéficier de cette énergie.

LS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This