Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Togo : Un positionnement régional réaffirmé

Parmi les chantiers prioritaires du gouvernement togolais figure en bonne place le repositionnement de l’économie comme un hub régional. Un grand dessein dont les premiers fruits se font déjà sentir.

Lomé, Edem Gadegbeku

Malgré le ralentissement de crois­sance, la volonté des autorités de renforcer le positionnement du Togo comme une plateforme économique incontournable en Afrique de l’Ouest se consolide, de mois en mois. Crédité d’« une parfaite organisation » de l’AGOA Forum en août 2017 par les officiels américains, le Togo s’érige progressivement comme un pilier de la densification des échanges entre l’Afrique subsaharienne et Washington.

Début 2018, Lomé vient, dans ce sens, de livrer un vibrant plaidoyer aux États- Unis, devant la Commission américaine du commerce international (USITC). Par la voix de la ministre-conseillère à la Présidence, Dédé Ekué, le Togo a plaidé pour « une massifica­tion des investissements publics et privés améri­cains dans des projets structurants en faveur du développement, comme en matière d’infras­tructures, du transport, de l’énergie…»

 Cette sortie diplomatique de la ministre s’inscrit dans l’opérationnalisation de la feuille de route gouvernementale, laquelle a pour finalité de repositionner le Togo en Afrique occidentale en matière d’investissements étrangers.

Au-delà de l’axe Afrique-USA et des diffi­cultés à surmonter pour consolider ce leader­ship et le positionnement stratégique régional, Lomé s’active aussi pour doper les échanges entre l’Allemagne et l’Uemoa, en mettant encore en avant les atouts divers dont il dispose pour devenir un hub incontournable.

L’un des principaux acquis de l’innovante diplo­matie économique est la tenue depuis 2016 du « Printemps de la coopération germano-togolaise » ; ce forum annuel de rencontres et d’affaires, pour obéir aux ambitions régio­nales de Lomé, va s’élargir dans les prochains mois à toute l’Uemoa, et envisage l’extension à tout l’espace Cedeao, à moyen terme.

« Les sociétés allemandes ont beaucoup d’expérience dans de nombreux domaines qui intéressent les Ouest-africains. Nous avons des standards très élevés en matière de savoir-faire et de qualité », vante Christoph Sander, actuel ambassadeur d’Allemagne au Togo, pour saluer le choix des opérateurs économiques d’Afrique occiden­tale de se tourner vers son pays.

En 2017, ce forum s’était déjà ouvert au Mali, au Burkina Faso et au Niger. « Nous souhaitons que Lomé soit une porte d’entrée pour l’inves­tissement allemand en Afrique de l’Ouest ; d’où l’idée de créer incessamment une Chambre de commerce germano-pays africains francophones. Cette Chambre qui domiciliera son siège à Lomé, facilitera l’orientation des inves­tissements allemands dans nos pays ; aussi bien dans l’intérêt de l’Allemagne que de nos Républiques », défend Robert Dussey, chef de la diplomatie togolaise.

Une démarche saluée par les principaux pays bénéficiaires. « L’élargissement du Forum germano-togo­lais est une formidable occasion pour parler de la coopération Allemagne-Afrique, et de débattre des questions majeures engageant le développement de nos pays respectifs », se félicite Ibrahim Yacouba, chef de la diplo­matie nigérienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts