Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

test 270918

« En 1960, deux villes seulement (le Caire et Johannesburg) dépassaient le million d’habitants. En 1999, elle sont 25. En 2009, il y a 57 mégapoles africaines » C’est le texte à ce jour que vous pouvez lire dans Wikipédia.

 

Et aujourd’hui (voir tableau n°1), il y a 90 villes africaines de plus de 1 million d’habitants : 2 de plus de 20 millions, 2 de plus de 10 millions, 4 hébergeant entre 6 et 9 millions d’habitants, 2 de plus de 5 millions, 10 de plus de 4 millions, 7 de plus de 3 millions, 18 de plus de 2 millions et 45 de plus de 1 millions. Au total, près de 300 millions d’Africains vivent dans une ville de plus d’1 million d’habitants, soit près du cinquième d’une population qui, en 1960, était rurale à plus de 90% !

Elle ne l’est plus aujourd’hui qu’à 60% sans que, pour autant, les campagnes se soient désertées : c’est que, dans le même temps de l’urbanisation, la population africaine passait d’environ 200 millions d’habitants (les sources divergent sur ce point entre 160 et 250 millions)

A environ 1,3 milliard en 2018 : 95% de 200 millions = 190 millions de ruraux alors que 60% (taux actuels des ruraux en Afrique) de 1,3 milliard = 780 millions de ruraux, quatre fois plus qu’en 1960 : le phénomène africain est donc très différent des exodes ruraux occidentaux qui voyaient leurs campagnes se vider au profit des villes. En Afrique, l’urbanisation progresse en fait plus vite que la ruralité.

on en Afrique n’est pas un mal

Christian d’Alayer – septembre 2018

 

« En 1960, deux villes seulement (le Caire et Johannesburg) dépassaient le million d’habitants. En 1999, elle sont 25. En 2009, il y a 57 mégapoles africaines » C’est le texte à ce jour que vous pouvez lire dans Wikipédia. Et aujourd’hui (voir tableau n°1), il y a 90 villes africaines de plus de 1 million d’habitants : 2 de plus de 20 millions, 2 de plus de 10 millions,

4 hébergeant entre 6 et 9 millions d’habitants, 2 de plus de 5 millions, 10 de plus de 4 millions, 7 de plus de 3 millions, 18 de plus de 2 millions et 45 de plus de 1 millions.

Au total, près de 300 millions d’Africains vivent dans une ville de plus d’1 million d’habitants, soit près du cinquième d’une population qui, en 1960, était rurale à plus de 90% !

Elle ne l’est plus aujourd’hui qu’à 60% sans que, pour autant, les campagnes se soient désertées : c’est que, dans le même temps de l’urbanisation, la population africaine passait d’environ 200 millions d’habitants (les sources divergent sur ce point entre 160 et 250 millions)

à environ 1,3 milliard en 2018 : 95% de 200 millions = 190 millions de ruraux alors que 60% (taux actuels des ruraux en Afrique) de 1,3 milliard = 780 millions de ruraux, quatre fois plus qu’en 1960 :

le phénomène africain est donc très différent des exodes ruraux occidentaux qui voyaient leurs campagnes se vider au profit des villes. En Afrique, l’urbanisation progresse en fait plus vite que la ruralité.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by Junior

This is a signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts