Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

TIC : nouveau levier

En Afrique, l’économie numérique peut constituer un levier d’inclusion économique et sociale, mais il faut, pour cela, assurer une meilleure connectivité des populations et des entreprises.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) et l’économie numérique offrent à l’Afrique de grandes opportunités. La Tunisie, qui a beaucoup misé sur le développement des TIC au cours des vingt dernières années, présente, à cet égard, un exemple édifiant. Dans ce pays nord-africain, le secteur des TIC, qui dispose d’entreprises performantes opérant souvent à l’international, représente désormais plus de 7,2 % du PIB, soit plus que le tourisme (6,2 %), «pourtant considéré comme l’activité phare du pays », fait remarquer Hichem Elloumi. Le 1er vice-président de l’Utica, qui représentait la centrale patronale tunisienne à la conférence internationale ICT4ALL, organisée à Yasmine Hammamet, du 22 au 25 septembre 2014, considère l’économie numérique comme « le nouveau levier de développement en Afrique ».

En Tunisie, « les réformes introduites dans le secteur des TIC sont une success story. Car elles ont encouragé la concurrence. Les prix des communications ne cessent de baisser. L’Internet haut débit s’est généralisé. Le domaine “tn” est de plus en plus utilisé. Les entreprises jouissent d’une plus grande connectivité, ce qui facilite leurs activités et réduits leurs coûts. Le e-gouvernement s’installe et la Tunisie a l’ambition de devenir une “Virtual Market Place” », explique Aileen Murray, représentante dans le pays de la Banque mondiale. Elle souligne « la grande importance » que son institution accorde au développement des TIC en Afrique, et notamment du haut débit et très haut débit (THD), « pour stimuler l’économie numérique et générer des emplois virtuels pour les jeunes et les femmes, grâce notamment au e-commerce ». L’argent mobile « a été inventé en Afrique. Et c’est dans le continent qu’il a connu son plus important développement », se félicite Aileen Murray qui rappelle que l’Afrique est en avance sur beaucoup d’autres régions du monde, dans le e-banking…

Pour la secrétaire d’État française chargée du Numérique, Axelle Lemaire, « le numérique peut constituer un outil puissant pour relever le défi démocratique par sa capacité mobilisatrice et émancipatrice ». Il peut aussi constituer un vecteur d’inclusion économique et sociale. Le développement des réseaux télécoms et de l’Internet haut débit pourrait aider à résorber les inégalités sociales et régionales, estime la secrétaire d’État qui insiste sur la nécessité de réduire le fossé numérique entre les continents, les pays et les régions. Elle encourage la création de plateformes pour fédérer les acteurs du numérique du Nord et du Sud dans une alliance numérique mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This