Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Tchad : Le projet de Sédigui démarre enfin 

Le président Idriss Déby Itno a lancé le développement intégré des champs pétroliers, gaziers et de raffinage de Sédigui et Rig Rig, dans la région du Kanem. Un projet vieux de plus de quarante ans est relancé, après plusieurs rebondissements. 

N’Djaména, Geoffroy Touroumbaye

Le 28 octobre, le président du Tchad a officiellement relancé le vieux projet d’exploitation du champ de Sédigui. Ses réserves prouvées de Sédigui (vaste de près de 30 km2) sont estimées à plus de 45 millions de barils de pétrole brut et à 7 milliards m3 de gaz naturel.

« En attendant les recherches en cours, nous tablons dans un premier temps sur une production quotidienne de pétrole brut entre 2 000 et 3 500 barils par jour qui seront immédiatement raffinés et une production de gaz entre 400 000 et 800 000 m3 », a déclaré Hamid Tahir Nguilin, directeur général de la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT), l’entreprise publique qui détient le permis d’exploitation. 

Pour développer Sédigui, l’État tchadien a signé un contrat de financement, construction, opération et maintenance avec un consortium chinois (formé par Blue Ocean Clean Energy et PanJin Liaohe Chenyu) chargé aussi de la construction de deux gazoducs longs de 320 km, du dispositif de purification de gaz et du terminal de gaz de Djarmaya, à une soixantaine de kilomètres à la sortie nord de N’Djaména. 

Blue Ocean Clean Energy est une société d’énergie installée à Hong Kong. Elle est spécialisée dans l’exploitation, le développement et l’investissement des projets de gaz naturel et de centrale à gaz dans les îles de l’Asie Pacifique, en Malaisie et en Afrique, dotée d’une riche expérience d’investissements dans le domaine des applications de gaz naturel.

Le groupe PanJin Liaohe Chenyu, quant à lui, est une société appartenant au bureau de gestion de pétrole du champ pétrolier de Liaohe de la CNPC. Elle a de larges activités professionnelles en Chine, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie centrale, en Amérique du Nord, etc. 

Raffinage à Rig Rig 

Le consortium chinois entend investir 58 millions de dollars pour le développement du pétrole et du gaz du champ de Sédigui, visant une capacité journalière de production et de pétrole brut de 2 000 barils et de 400 000 m3 de gaz naturel. 

Les deux sociétés chinoises vont également investir 120 millions $ pour construire l’usine de purification et de traitement du gaz naturel, pour une capacité de production de 400 000 m3 de gaz naturel par jour, ainsi que la construction de deux gazoducs de dix pouces de diamètre, sur une distance de 312 kilomètres (de Sédigui à Djarmaya, l’un pour le gaz naturel et l’autre pour le gaz butane) pour assurer la commercialisation du gaz naturel du champ de Sédigui. 

Le brut de Sédigui sera raffiné sur place à Rig Rig (à environ 7 km de là) par la S3R (Société de raffinage de Rig Rig), une coentreprise entre la SHT (40%) et la Seegnal Petroleum Chad (60%) détenu par un fils de l’ancien gouverneur de l’État de Borno (nord du Nigeria), Ali Modu Sheriff. Ce sera la seconde raffinerie dont disposera le Tchad, après celle mise en exploitation par le consortium chinois en juillet 2011 à Djarmaya. 

Le gaz de Sédigui sera exploité par la General gaz Tchad (GGT), une coentreprise entre la SHT (30%) et Blue Ocean Clean Energy (70%). Ce gaz sera destiné à la production de l’électricité pour les installations pétrolières sur le site et la production de l’électricité à N’Djaména, d’une part, et sera utilisé comme gaz domestique, d’autre part. Il sera vendu sur place, mais pourra être livré tout le long du parcours jusqu’à Djarmaya. 

« Dès leur mise en service au terme des travaux qui commencent aujourd’hui, les nouvelles installations pétrolières, gazières et de raffinage contribueront non seulement au renforcement de l’indépendance énergétique du Tchad, mais elles créeront également des emplois au profit de la jeunesse tchadienne et des opportunités d’affaires pour nos opérateurs économiques », a indiqué le ministre tchadien du Pétrole et de l’énergie, Béchir Madet. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This