Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Renforcer la décentralisation

L’Afrique va voir émerger des dizaines de nouveaux milliardaires ces prochaines années. Faut-il une taxe spéciale milliardaire ?

Il est terrible de constater que le secteur privé ne s’implique pas dans la construction des infrastructures. J’aimerais beaucoup savoir qui sont ces milliardaires africains, les encourager, les convaincre de participer au développement des infrastructures, en créant et en développant des entreprises privées.

Comment faire exister vos propres idées et priorités tandis que la Stratégie décennale 2013-2022 est en cours d’exécution ?

Le document ne précise pas de budget, ne donne pas les détails de la stratégie. Car cette Stratégie 2013-2022 se borne à poser un cadre. Il nous faut, à présent, définir le profil des activités, établir un budget et rechercher des ressources. La BAD doit approfondir sa connaissance de l’Afrique, élargir son réseau de communications. Il existe de nombreuses associations géopolitiques : Chine-Afrique, Corée-Afrique, Italie-Afrique, etc. Ces partenariats représentent des opportunités. Mais ils sont peu actifs. Je pense que la BAD peut les exploiter davantage.

Comptez-vous maintenir la logique de décentralisation ?Les 44 bureaux coûtent très cher et leur autonomie est très limitée : tout doit remonter au siège pour validation !

La Sierra Leone n’a pas eu d’autorités locales pendant trente ans. Nous constatons que cela a constitué une source de conflit car les communautés locales étaient ainsi marginalisées sur les plans politique, économique et social. Nous avons commencé à décentraliser et nous en avons tiré profit. Dans le contexte de la BAD, il serait nécessaire de renforcer le programme de décentralisation pour que la Banque ait davantage d’impact. Nous devons donner plus de pouvoir aux bureaux nationaux.

La BAD est certes une Banque africaine, mais le poids des actionnaires non-africains est souvent décisif, y compris dans le choix du président. Cela ne vous dérange-t-il pas ?

Pas du tout ! L’important est d’avoir des partenaires, de développer la capacité de coordination et de collaboration. Tous les non-régionaux qui ont des parts dans la banque s’intéressent à l’Afrique. Je ne pense pas que leur objectif premier soit de réaliser des bénéfices – ils s’intéressent réellement à l’Afrique. D’autre part, l’institution a la responsabilité de mobiliser des moyens régionaux et non-régionaux. Ces derniers apportent une dimension supplémentaire à la Banque. Certains s’intéressent à la gouvernance, à la responsabilité ; laissons-les aiguillonner la Banque ! D’autres veulent investir davantage dans les infrastructures ; discutons avec eux ! Pour ma part, j’aimerais qu’ils aient une participation plus importante, car le capital total de la Banque est trop faible.

La BAD a la réputation d’être très lente entre le dépôt des dossiers et le décaissement. Comment accélérer les procédures afin d’éviter que d’autres institutions (Chine, Turquie, Brésil, etc.) ne viennent la concurrencer ?

La banque n’en est pas responsable. Les pays candidats ont des difficultés à bien définir leur projet. Ils considèrent parfois que l’on devrait leur donner de l’argent rapidement, mais ils oublient que les fonds sont partagés ! Tous les pays se font concurrence pour obtenir des financements de la banque et seuls les meilleurs projets sont retenus. Mais, comme je sais que de nombreux pays ont des difficultés à élaborer leurs projets, je pense que la BAD devrait en tenir compte dans son programme. La banque devrait aider chaque pays à choisir les projets qui sont les plus bénéfiques à la région et au pays.

Quelle est la femme ou l’homme vivant ou historique qui vous inspire le plus ?

Ma mère ! J’ai besoin d’elle et elle pense toujours à moi. Malgré mon âge, elle m’appelle chaque jour même quand je voyage. Dès que je rentre, elle veut que j’aille la voir immédiatement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts