Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Olivier Santi* : Notre ADN est particulier

La Banque Outarde, dernière-née des banques sénégalaises, ambitionne, de « réenchanter » le métier de la banque, dans un environnement très concurrentiel. Son directeur général, Olivier Santi, revient sur cette ambition et les défis qui l’attendent.

Propos recueillis à Dakar par Seydou Ka

Vous êtes la dernière banque à s’installer sur la place de Dakar. Quelle sera votre particularité, votre apport, pour qu’elle ne soit pas une banque de plus ?

Nous avons obtenu un agrément de banque universelle, car notre banque s’adresse à toutes les composantes de l’économie sénégalaise, et au-delà, ouest-africaine.

Le prix n’est pas tout. Il faut créer de la valeur et mettre le client au centre de tout : le rassurer, lui trouver des solutions rapides et adaptées, lui prodiguer des conseils personnalisés, lui offrir des placements intéressants, des financements innovants, donner des crédits aux entrepreneurs locaux.

Nous servons trois types de clients : une clientèle d’entreprises, une clientèle de particuliers et quelques institutionnels (État, compagnies d’assurances, Ambassades, ONG), mais nous sommes d’abord une banque taillée sur mesure pour les entreprises et les entrepreneurs du Sénégal et de la région.

L’ambition du président Abdoulaye Diao, grand capitaine d’industrie, est de faire de la Banque Outarde une banque commerciale de référence.

Nous voulons apporter notre contribution au secteur privé sénégalais, en apportant un levier de crédit supplémentaire et en soutenant les réalisations des entrepreneurs, notamment ceux qui évoluent dans des secteurs présentant certaines carences en financement, notamment les secteurs de l’énergie, de l’agro-industrie et des PME-PMI.

Une stratégie de banque universelle est plus longue et plus lourde à mettre en place, car vous devez exceller sur tous les grands métiers de la banque, mais c’est celle de la diversification, de la sécurité, de la pérennité et du long terme, sur lesquels les actionnaires s’inscrivent.

Notre ambition est de bâtir une banque solide, liquide, bien dimensionnée, avec un business model équilibré et des compétences spécialisées et reconnues, qui peuvent travailler tant sur un plan national, régional qu’international.

Comment jugez-vous vos débuts ?

Une banque n’est pas une entreprise comme les autres et son installation ne peut pas se juger à court terme. Nous avons planifié notre démarrage sur trois ans, temps que nous déroulons sereinement.

Nous sommes à mi-chemin de ce plan triennal et nous constatons déjà qu’un intérêt se crée autour de notre établissement. Nous avons installé une équipe de 40 professionnels chevronnés, sénégalais et originaires de la sous-région, que nous avons mis beaucoup de temps à sélectionner.

Nous les formons à nos standards et à nos valeurs. Les voir travailler en équipe, travailler avec rigueur et construire la banque jour après jour, est ma plus grande fierté.

Je suis également satisfait du déploiement de notre système informatique, 100 % digital, issus d’une longue collaboration avec un éditeur informatique de référence, Sopra Banking et une des néo-banques les plus prometteuses en France, Manager One.

Nous avons trouvé les meilleurs ingénieurs sénégalais et leur avons donné les moyens de construire un modèle innovant banque commerciale digitale.

Là encore, nous ne sommes qu’au début d’un processus, qui va nous conduire à digitaliser 50 % de nos opérations. Au-delà de cet objectif, nous travaillons à consolider notre système pour lui donner une plus grande sécurité et une meilleure agilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts