x
Close
Uncategorized

Chiheb Ben Ahmed, et demain ?

Chiheb Ben Ahmed, et demain ?
  • Publiénovembre 13, 2014

Autour du secteur des transports, on prévoit un grand nombre de projets structurants. Où en est la Tunisie ?

Le gouvernement a déjà approuvé le projet du port en eaux profondes d’Enfidha. Ce sera le projet phare de la nouvelle Tunisie, avec un investissement estimé à 3,5 milliards de dinars. Une société sera chargée de la promotion de ce projet, et de réaliser toutes les études techniques, économiques et financières pour le montage du partenariat public-privé.

Parallèlement, nous engageons la création d’une agence pour la promotion de la logistique. Elle sera l’organe qui supervisera le développement des zones d’activité logistique, et garantira la compétitivité globale des chaînes logistiques opérant en Tunisie. D’ici à la fin de l’année, nous devrions annoncer la création d’une zone logistique de 50 hectares, qui sera prise en charge par un consortium d’opéra­teurs privés à côté du port de Radès. Vous voyez que dans tous ces projets, la participation du privé n’est pas exclue.

Votre ministère reste très important en termes de sécurité globale. Comment intégrez-vous cette dimension dans votre approche ?

C’est l’un des sujets de la feuille de route. Je suis issu du secteur du transport aérien. Un domaine où la sécurité prime. Tous les processus et les informations sont codés, certifiés et normalisés. Les documents sont délivrés par des organismes internationaux, en l’occurrence l’EASA, l’autorité européenne de l’aviation civile.

Notre volonté est de transposer quelques bonnes pratiques de l’aérien au secteur maritime et terrestre. Je reste très concerné par toutes les normes de sécurité, mais les mesures actuelles sont encore à un stade assez rudimentaires. Une grande étude sera nécessaire sur ce sujet. Nous travaillons avec la Banque africaine de développement sur les termes de référence d’un schéma directeur pour le transport terrestre qui couvre cet aspect.

*Ministre tunisien du Transport, 

Écrit par
African Business french

Article suivant

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.