Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Maroc : Changement dans la continuité

Critiques et inquiétudes

Le gouvernement s’est engagé aussi à introduire de nouvelles mesures concernant les retards de paiement de l’État; un calendrier de remboursement des arriérés sera bientôt élaboré. Le Plan Maroc vert sera également maintenu et renforcé avec une attention particulière à la promotion de l’agriculture solidaire et à l’agro-industrie.

La stratégie de réalisation des grands projets d’infrastructures économiques sera également renforcée avec la poursuite des chantiers déjà lancés ainsi que la réalisation de nouveaux comme les ports de Kénitra Atlantique, Dakhla, Safi et de Nador West, la réalisation de nouvelles autoroutes et de voies express, le démarrage des travaux du terminal énergétique de Jorf Lasfar ainsi que de 15 barrages.

De même, le gouvernement prévoit de porter, d’ici à la fin de son mandat, la capacité totale des aéroports marocains à 40 millions de voyageurs par an. Enfin, le gouvernement s’engage à améliorer la stratégie de développement du tourisme par l’adoption d’un nouveau code d’encouragement aux investissements touristiques.

Au total, le programme, qui se décline dans un document de 90 pages dans sa version arabe, est constitué de 430 sujets dont 155 concernant le volet social. Il a été voté le 26 avril par les députés de la Première chambre, après sa présentation et des débats assez enflammés, ainsi que les virulentes critiques de l’opposition et des partenaires sociaux.

ENCADRE

Enfin une loi de Finances pour 2017

Pour 2017, le budget du Maroc table sur un taux de croissance de 4,5 %, un déficit budgétaire à 3 % du PIB, une inflation contenue à 1,7 % et la création de 23 768 emplois dans la fonction publique auxquels il faudrait ajouter 11 000 enseignants contractuels.

Au total, le budget s’équilibre en recettes et en dépenses à quelque 398,3 milliards de dirhams (36,68 milliards d’euros), ce qui correspond à une hausse de 3,8 % de plus qu’en 2016. Selon le ministre des Finances, Mohamed Boussaid, l’exécution de la loi de Finances conformément aux dispositions constitutionnelles et réglementaires en la matière, se déroule normalement.

Certaines mesures introduites notamment en matière fiscale ont commencé à prendre effet même s’il faut attendre la fin de la procédure d’adoption pour tenir compte de l’impact des amendements déposés par les députés.

Le texte prévoit des mesures incitatives destinées à encourager l’investissement privé. Il s’agit de l’accélération de la croissance, l’amélioration du climat des affaires, la poursuite des réformes structurelles ainsi que l’assainissement des équilibres macroéconomiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts