Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Mali-France: La coopération se poursuit

La France a signé avec le Mali deux conventions portant sur l’amélioration du réseau électrique et l’accès en eau potable. D’autres accords portent sur des programmes sociaux et l’accompagnement de la Banque nationale de développement agricole.

Par Marie-Anne Lubin

Sur le plan diplomatique, la visite au Mali de Jean-Yves Le Drian, le 26 octobre, aura révélé quelques dissensions avec le pouvoir de transition. Sur le plan de la coopération, le ministre français des Affaires étrangères n’aura pas fait le déplacement pour rien.

La France va appuyer la transformation de la Banque nationale de développement agricole du Mali. La Banque doit conforter son positionnement et assurer la modernisation de ses processus internes et de ses outils de financement.

L’AFD (Agence française de développement) a dévoilé la signature de cinq conventions entre la France et le Mali, pour un montant supérieur à 92 milliards de F.CFA (140 millions d’euros). Les deux principales ont été signées par le ministre malien de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou, et son homologue français.

Elles portent sur l’amélioration du réseau électrique autour de la capitale et l’accès en eau potable pour six localités. D’autres accords portent sur les filets sociaux de lutte contre la pauvreté et l’accompagnement de la Banque nationale de développement agricole du Mali.

La France octroiera, à travers l’AFD, un prêt de 36,3 milliards de F.CFA rétrocédé à EDM (Énergie du Mali) pour le financement du projet « Boucle haute tension nord de Bamako ». Ce projet permet notamment à EDM d’augmenter la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays, tout en réduisant sa dépendance aux cours des hydrocarbures.

Face à la forte croissance de la demande en énergie de la ville Bamako et au vu de la faible couverture actuelle de son réseau, le Mali a souhaité construire une boucle 225 KV autour de la capitale.

Elle permettra le développement futur du réseau afin de couvrir les besoins croissants en assurant une distribution adéquate de l’énergie. Celle-ci viendra des interconnexions de l’électricité déjà produite et des futures centrales, situées en dehors de la ville.

De son côté, la Somapep (Société malienne de patrimoine de l’eau potable) sera appuyée avec un prêt de 19,8 milliards de F.CFA (30,2 millions d’euros) pour la réalisation d’un projet visant à améliorer les services de fourniture d’eau potable dans les villes de Koulikoro, Ségou, San, Mopti-Sévaré, Bandiagara et Ménaka.

« L’objectif du projet d’Approvisionnement en eau potable de six villes du Mali est de contribuer au programme d’amélioration des services d’eau potable dans ces villes pour le bénéfice de 530 000 personnes », a commenté Jean-Yves Le Drian.

La France a signé avec le Mali deux conventions portant sur l’amélioration du réseau électrique et l’accès en eau potable

 

Soutiens aux filets sociaux

Précisément, le programme permettra la réalisation d’infrastructures de production d’eau potable : forages, prises d’eau de surface et stations de traitement d’eau, ouvrages de stockage et d’adduction d’eau, raccordements de l’intégralité des écoles, des centres de santé et de plus de 15 000 ménages aux réseaux d’eau potable. La Somapep sera maître d’ouvrage.

Cette convention boucle ainsi le financement du programme d’amélioration des services dans ces six villes d’un montant global de 52,5 milliards de F.CFA (80 millions d’euros).

En 2016, la France avait déjà contribué à ce programme, à hauteur de 32,8 milliards de F.CFA (50 millions d’euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This