Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Les Zones franc accordent leur vision

Se gardant de tout catastrophisme, les dirigeants d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale soutiennent les initiatives en vue de coordonner les réponses sanitaires et économiques à la crise. Une réunion au Sommet sur les économies africaines pourrait se tenir en mai 2021.

Par Paule Fax

Les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales de la France, de l’UEMOA, de la CEMAC et de l’Union des Comores se sont réunis le 2 novembre 2020 en visioconférence.

Les ministres ont constaté que dans un contexte marqué par la pandémie de la Covid-19, l’impact de la crise économique au niveau des trois zones a été massif et les réponses rapides portées par les gouvernements et les banques centrales ont été décisives pour y faire face.

La pandémie a perturbé les politiques de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. En conséquence, les participants ont approuvé le report d’un an de l’échéance du Plan d’action anti-blanchiment qui devait arriver à son terme en décembre 2020.

Le président de la Commission de l’Uemoa, Abdallah Boureima, avait à ses côtés le Commissaire de l’Union en charge du département des Politiques économiques et de la fiscalité intérieure, Mamadou Makhtar Diagne. Il a dressé l’état des lieux de l’espace communautaire face à la pandémie.

Une crise qui a entraîné « une chute brutale de la croissance économique en cours depuis 2012, avec des recettes fiscales en baisse, une dégradation du solde budgétaire avec un déficit qui représenterait près de 5% du PIB alors que la consolidation budgétaire était sur le point d’être atteinte ». Pour Abdallah Boureima, « la crise est triple crise : sécuritaire, économique, sanitaire ».
 
Et le président de la Commission de l’Uemoa de conclure son intervention en soulignant « que la crise du Coronavirus continue d’être une préoccupation pour les huit États membres de l’Union, même si sur ces deux derniers mois, on constate une baisse encourageante du nombre moyen de nouveaux cas journaliers ». Cette inflexion « ne doit cependant pas faire baisser la vigilance, l’ouverture des frontières et la tendance au relâchement observée dans les pays pouvant conduire à une possible reprise de l’expansion de la maladie ».
 

« La reprise sera partielle, incertaine, inégale »

Les participants à la réunion ont souligné la pertinence de la réponse multilatérale pour soutenir les politiques des pays en développement, notamment à travers les financements d’urgence proposés par les institutions financières internationales.

Ils se sont félicités du prolongement de l’initiative pour la suspension du service de la dette, engagée dans le cadre du Club de Paris et du G20. Ils ont souligné la nécessité d’un partage équitable de la charge entre tous les créanciers et salué la perspective de l’adoption par le G20 d’un cadre commun de traitement de la dette, précise un communiqué publié par le ministère français des Finances.

Dont le ministre, Bruno Le Maire, a relevé que la dégradation occasionnée par la pandémie a largement affecté les économies, avec une ampleur inédite ; « la reprise sera partielle, incertaine, inégale », a-t-il expliqué. D’où une reprise qui doit être coordonnée entre les États. Il a salué l’Initiative Covid-19 conduit par l’AFD (Agence française de développement) en soutien aux économies des quinze pays concernés.

Les participants ont rappelé l’importance de bénéficier de plans de soutien agréés et coordonnés au sein de chaque zone, ainsi que d’une bonne coordination entre les partenaires techniques et financiers, notamment le FMI et la Banque mondiale. Ils ont insisté sur la nécessité de la bonne mise en œuvre des programmes de soutien afin de garder le cap d’une croissance inclusive et soutenable et de préserver la confiance des partenaires.

En outre, ils ont rappelé la nécessité de maintenir une trajectoire de dette soutenable et de mobiliser des sources de financement de long terme. Les ministres ont salué l’organisation d’un Sommet sur le financement des économies africaines à Paris, en mai 2021, pour réfléchir ensemble à ce sujet et y apporter une réponse.

La pandémie a également perturbé les politiques de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. En conséquence, les participants ont approuvé le report d’un an de l’échéance du Plan d’action anti-blanchiment qui devait arriver à son terme en décembre 2020.

Ils ont également donné leur accord à l’adhésion de la Commission de Surveillance du Marché financier de la CEMAC (Cosumaf) et du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’UEMOA (CREPMF) en tant que membres du Comité de liaison anti-blanchiment (CLAB).

Les ministres des finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales ont enfin souligné la nécessité de poursuivre la mise en œuvre des mesures permettant de renforcer l’intégration régionale, facteur de résilience et de solidarité des États face aux chocs exogènes, dans un contexte sécuritaire régional difficile et un environnement économique international incertain.

PF 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This