Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

RDC: les potentialités d’affaires

Avec une croissance prévue de 8,7 % en 2014, la RDC confirme son envol et s’affiche comme l’un des pays au plus fort potentiel économique en Afrique. Les chiffres le confirment !

La RDC affiche des résultats économiques en forte progression et les principaux indicateurs économiques sont désormais au vert. À commencer par le taux de croissance. D’une moyenne annuelle de 5,4 % entre 2002 et 2009, la hausse du PIB s’est établie à 7,4 % en moyenne, entre 2010 et 2013. Et pour 2014, les estimations situent la croissance à 8,7 %. Une croissance tirée par l’activité du secteur minier, les télécommunications, le commerce de gros et l’agriculture. Ainsi que par la consommation publique et l’investissement. Signe des efforts du gouvernement en matière de développement socio-économique.

Ces performances sont le résultat des politiques budgétaires et monétaires. Résultat, l’inflation s’est située, à la fin de 2013, à un niveau historique de 1 %, contre moins de 3 % en 2012. Quant au taux de change, il est demeuré stable sur l’ensemble des marchés depuis février 2010. Le gouvernement a également mené un certain nombre de réformes pour développer les marchés financiers et améliorer la gestion des finances publiques. Une des mesures phares, la bancarisation des salaires des agents et fonctionnaires de l’État, a été généralisée à l’ensemble du territoire national. De la même manière, en matière de gouvernance et de transparence dans la gestion des ressources naturelles, le conseil d’administration de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a déclaré la RDC « pays conforme », tandis que les notes respectives de Moody’s et Standard and Poor’s attestent des avancées réalisées par la RDC dans la bonne gouvernance économique. « Nous comptons tirer profit des progrès réalisés, consolider la stabilité macroéconomique et accélérer les réformes structurelles nécessaires pour promouvoir une croissance durable et inclusive », a assuré le Premier ministre de RDC, Matata Ponyo Mapon, lors de son séjour à Amsterdam.

Amélioration du climat des affaires

Les réformes entreprises pour améliorer le climat des affaires se traduisent d’ores et déjà par des progrès notables. Pour créer une entreprise en RDC, il fallait débourser plus de 3 500 dollars, compter 155 jours minimum et accomplir 13 formalités auprès de différents ministères et administrations publiques. Depuis la mise en place, en avril 2013, d’un Guichet unique de création d’entreprise, le délai est limité à trois jours, les frais réduits à 120 dollars pour les sociétés et 40 $ pour les établissements individuels. De plus, pour lutter contre l’insécurité juridique et judiciaire et renforcer la protection des investissements, la RDC a adhéré à l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada). Pour renforcer ce dispositif, des tribunaux de commerce sont installés progressivement dans tout le pays, et à l’heure actuelle, ils existent déjà dans les principales villes du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This