Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Les grands chantiers au Gabon

Dans un contexte économique difficile, le Gabon poursuit l’effort d’investissements, notamment dans les secteurs routier, du logement et des infrastructures sportives, à l’approche de la CAN 2017.

Le Gabon est en chantier, particulièrement dans le secteur des infrastructures routières. Le gouvernement veut rattraper le retard pris depuis plus de quatre décennies et la route avance, aussi bien à Libreville que dans les capitales provinciales. Les efforts des autorités pour doter le pays d’infrastructures routières décentes sont perceptibles. La route, facteur économique incontournable dans la stratégie de développement du Gabon, est devenue un enjeu politique et social.

Le rythme de bitumage des routes a connu une accélération très sensible depuis 2009, avec une cadence des travaux qui a plus que doublé. En 2014, le pays a réalisé 212 kilomètres de routes bitumées. Il s’agit des axes Lalara-Koumameyong (63 km), Akiéni-Okondja (78 km), Koumameyong- Ovan (51 km) et pont Ogoula-Pont Komo (20,25 km). Quelque 634 km de routes ont été bitu- més dans l’ensemble du pays depuis 2009, contre 817 km depuis 1995. Près de 771 kilo- mètres de routes sont en voie de bitumage dans les neuf provinces du pays.

Il s’agit des voies Pk-Ntoum (28 km), route de Glass (1,2 km), route de la Sablière (0,80 km), Ntoum-Kougouleu (16,12 km), Kougouleu- pont Agoula (18,56 km), pont Komo-Silé (9,56 km), Ndjolé-Medoumane (47 km), Tchibanga-Mayumba (110 km), Ndendé- Tchibanga (90,75 km), Mouila-Ndendé  (71,25 km), Ovan-Makokou (98 km), Port- Gentil-Omboué (93 km), Mikouyi-carrefour Leroy (142 km) et Moanda-Bakoumba (45 km). L’objectif du gouvernement est de bitumer 3 600 km de route d’ici à 2016, pour un investissement de 1 800 milliards de F.CFA.  

Dans le secteur de l’habitat, l’État a lancé un vaste programme de construction de logements sociaux, tant à Libreville (Angondjé) qu’à l’intérieur du pays, notamment à Bikélé, pour résorber une demande de plus en plus importante dans les grandes villes.

 

De nombreux logements ont déjà été livrés. Leur construction a pris en compte les aspects envi­ronnementaux, les besoins sociaux, les lieux de transport, les aires de jeux, les écoles, les centres commerciaux, les postes de police, sans oublier le système de collecte des déchets et de drainage des eaux.

Des salles de classe flambant neuves  

Ces logements, qui sont mis en loca­tion-vente ou en location simple, s’adressent aux Gabonais dont les revenus varient entre 150 000 et 600 000 F.CFA. Les ménages ayant un revenu modeste mensuel n’excédant pas 150 000 F.CFA pourront louer une maison d’une chambre à raison de 35 000 F.CFA par mois.

Ceux dont le revenu varie entre 150 000 et 300 000 F.CFA accéderont à la propriété par le truchement de la location-vente. Ils devront pour cela débourser entre 55 000 et 75 000 F.CFA par mois pour être propriétaires de la maison au terme de 12 ans de location. La catégorie dite de « standing moyen » et ayant des revenus inférieurs ou égaux à 600 000 F.CFA paiera un loyer allant de 180 000 à 190 000 F.CFA par mois.

Près de 9 000 logements sont en construction. L’autre chantier doit répondre à l’augmentation régulière du nombre d’élèves et d’étudiants. Une quarantaine de salles de classe ont été livrées au collège Mikolongo et 81 au collège Léon Mba à Libreville. De nouvelles structures scolaires sont en cours de construction à Oyem (Nord) et à Okondja (Sud-Est). À l’université Omar-Bongo, l’heure est à la réhabilitation des résidences universitaires et à la construction de plateaux sportifs.

Réhabilitation des installations sportives  

Appelé à organiser la Coupe d’Afrique des Nations 2017 de football, le Gabon a mis en place un plan d’urgence de construction et de réhabilitation des infrastructures spor­tives. Ainsi, les travaux de réhabilitation du stade omnisports Omar-Bongo-Ondimba ont repris, alors que des contrats ont été signés, début juillet 2015, avec deux entre­prises chinoises, China State Construction Engineering Corp et Shanghai Construction Group, pour la construction des stades d’Oyem et de Port-Gentil.

Sur le plan énergétique, le chantier du barrage hydroélectrique de Grand Poubara et celui de la centrale thermique d’Alénakiri sont arrivés à terme et ont permis la réalisation de projets majeurs comme le complexe métal­lurgique de Moanda et la zone économique spéciale de Nkok.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This