Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

L’engagement de Ali Bongo

Ali Bongo : « À partir de 2020, nous n’exporterons plus rien qui ne subisse au préalable une première transformation locale».*

En proposant à mes compatriotes le Plan stratégique Gabon émergent, j’ai voulu qu’à travers différents piliers de croissance, notre pays, grâce à une meilleure valorisation de ses ressources naturelles et de son capital humain, parvienne en une génération, à changer durablement le niveau de vie de ses citoyens. Cet objectif est à notre portée. Nous pouvons l’atteindre, nous devons l’atteindre, nous allons l’atteindre. 

Le Gabon émergent auquel nous aspirons et pour lequel nous nous engageons, devra s’appuyer sur un pilier industriel fort, diversifié, marqué par la présence de groupes industriels de rang mondial dans plusieurs secteurs de développement. 

Cependant, pour parvenir à la structuration d’un tissu industriel viable et durable, il nous fallait surmonter un certain nombre de préalables parmi lesquels le désenclavement du pays et le développement des infrastructures énergétiques. C’est pourquoi un Schéma national des infrastructures a été élaboré et mis en cohérence. En décidant d’encourager la transformation locale de nos matières premières, j’avais à coeur non pas de sanctionner les industriels ou de leur porter préjudice, mais de mettre en place des mécanismes pertinents, susceptibles de créer de la valeur ajoutée, et d’offrir ainsi à notre économie des sources de croissance plus solides, plus durables, génératrices d’emplois plus qualifiés et mieux rémunérés. Aussi, après quelques difficultés de démarrage, les résultats obtenus à ce jour dans le secteur forêt et bois montrent que nous avons pris la bonne décision. 

Il nous faut envisager désormais d’aller encore plus loin et d’étudier, dès à présent, les conditions pour un basculement vers la deuxième, puis la troisième transformation, et la mise sur le marché de produits made in Gabon. À partir de 2020, nous n’exporterons plus rien qui ne subisse au préalable une première transformation locale. […] De la première transformation, nous nous acheminerons vers d’autres et c’est une voie qui amènera notre économie à être plus performante. 

Le Gabon émergent que je vous propose sera un pays bien gouverné, respectueux des droits de tous ; un pays pleinement inséré dans les réseaux mondiaux d’échanges d’idées, de biens et de capitaux, enfin un pays où chaque Gabonaise, chaque Gabonais disposera de revenus lui permettant de se prendre dignement en charge, d’un habitat décent et d’une bonne couverture sanitaire et sociale. Le Gabon peut, grâce à ses ressources et à ses compétences, changer en une génération le niveau de vie de tous ses citoyens. Il ne s’agit pas d’une vue de l’esprit, mais d’un engagement ferme et irrévocable. […]».

* Déclaration du président Ali Bongo Ondimba lors de la 5e édition de la Ticad (Tokyo International Conference on African Development, le 2 juin 2013.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This