Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

La RD Congo réintègre l’AGOA

Les États-Unis ont décidé de réintégrer la RD Congo au sein de l’accord AGOA. Cette décision vient acter les progrès du pays en matière de droits humains. Des débouchés nouveaux s’ouvrent pour les produits congolais.

Par Kimberly Adams

« Cette décision ouvre d’importantes opportunités économiques », se réjouit dans un Tweet Mike Hammer, ambassadeur des États-Unis à Kinshasa. Le président Donald Trump a redonné à la RD Congo son statut commercial préférentiel, dix ans après que les États-Unis le lui ont retiré. L’oncle Sam voulait ainsi protester contre les atteintes aux droits de l’homme constatées dans le pays, alors dirigé par Joseph Kabila. 

Pour l’ambassadeur américain, les États-Unis sont « résolus à continuer de travailler ensemble en 2021 pour réaliser davantage de progrès, afin que la RDC puisse réaliser son potentiel ». Cette étape reconnaît l’« engagement du président Tshisekedi à amener le changement que le peuple congolais souhaite et mérite ».

Dans une proclamation présidentielle, Donald Trump a attribué de nouveau à Kinshasa la possibilité d’envoyer sur le marché américain des exportations sans taxes douanières, « en raison des mesures prises par le gouvernement de la RDC ».

Pour Washington, cette décision affirme les progrès réalisés par le Congo pour répondre aux critères rigoureux d’éligibilité établis par le Congrès des États-Unis et les efforts du président Tshisekedi visant à réformer et renforcer les institutions démocratiques, protéger les droits de l’homme et lutter contre la corruption.

Selon une loi de 2000, l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), les pays d’Afrique subsaharienne peuvent exporter la plupart de leurs biens vers les États-Unis sans tarifs douaniers. À condition de respecter certains principes liés à l’État de droit, au pluralisme politique, aux droits des travailleurs et à l’économie de marché.

Barack Obama avait retiré ce privilège à la RD Congo en décembre 2010 ; son administration invoquait alors des violations des droits humains par les forces de sécurité congolaises, dont le recours au viol comme arme de guerre.

Dès l’accession de Félix Tshisekedi à la présidence de la RD Congo, en janvier 2019, l’attitude de Washington change. Très vite, les deux pays signent un partenariat économique spécifique, baptisé « PP4PP, Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité ». Après une transition pacifique, le président congolais s’est engagé à lutter contre la corruption.

« Une réalisation importante »

Cette décision de Washington intervient dans une période spéciale. Aux États-Unis, Donald Trump renâcle à quitter la Maison Blanche et à réaliser une courtoise transition avec le candidat élu Joe Biden.

De son côté, Félix Tshisekedi a décidé, début décembre, de mettre un terme à la coalition avec les proches de Kabila. Ce qui signifie, sauf coup de théâtre politique, qu’il aura davantage de latitude pour mener à bien ses réformes anti-corruption, avec l’aide des États-Unis et l’Union européenne.

En matière économique, ce retour dans l’AGOA ne peut avoir que des répercussions bénéfiques sur l’activité de la RD Congo, ses exportations, et donc sa croissance économique.

L’ambassadeur Mike Hammer souligne, « le retour de la RD Congo à l’AGOA est une réalisation importante qui constitue une manifestation claire de notre Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité ». C’est la reconnaissance « de l’engagement du président Tshisekedi à amener le changement que le peuple congolais souhaite et mérite ».

Les États-Unis, poursuit l’ambassadeur, sont « résolus à continuer de travailler ensemble en 2021 pour réaliser davantage de progrès, afin que la RDC puisse réaliser son potentiel ». À son sens, le rétablissement de l’admissibilité à l’AGOA constitue « une autre réalisation historique démontrant les progrès accomplis vers l’atteinte de nos objectifs communs ».

Depuis son adoption en 2000, l’AGOA est au cœur de la politique économique et de l’engagement commercial des États-Unis envers l’Afrique. L’AGOA fournit aux pays admissibles de l’Afrique subsaharienne l’accès en franchise de droits de douane au marché américain pour plus de 1800 produits. Ce, en sus de plus de 5 000 produits éligibles pour l’accès en franchise de droit de douane dans le cadre du programme du Système généralisé de préférences.

KA

EN BREF

Albert Yuma quitte la tête de la FEC

Dieudonné Kasembo Nyembo a été élu, le 23 décembre 2020, président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), la principale organisation patronale du pays. Au terme d’un processus contesté de part et d’autre, il écarte Albert Yuma à la tête de la FEC depuis quinze ans.

Le président de la Gécamines est un proche de l’ancien président Joseph Kabila. Il avait été réélu le 26 novembre, mais dès le lendemain, le Conseil d’État annulait le scrutin. Dieudonné Kasembo Nyembo est associé gérant de la société de transport maritime Gecotrans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts