Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Jean-Joseph Boillot, universitaire : Un regard sur le modèle indien

Vous venez de le dire, l’Inde a son système de régulation : mais est-il suffisant pour prémunir l’Inde d’une déflagration intérieure ?

Il n’y a aucun risque de déflagration intérieure, pour une raison assez simple, c’est que la démocratie indienne est basée sur un système d’équilibre… de multiples équilibres ! Le concept clé, c’est « fine balance »… l’équilibre subtil ! Sur le plan politique, la Constitution indienne n’a cessé de mettre en place des institutions équilibrées : le Premier ministre est très puissant, mais la Cour suprême peut, à tout moment, défaire ce qu’il décide de faire ! Sur le plan de l’équilibre géographique, l’Inde comporte 29 États. Chacun d’eux est plus puissant que n’importe quel État américain ! Le Premier ministre d’un État indien constitue un fort contre-pouvoir à celui de New Delhi. Je ne vois pas comment un système aussi flexible, capable organiquement de résister aux pressions, pourrait tout d’un coup exploser.

La polémologie indienne tourne autour de quoi ? C’est un pays qui conçoit son art de la guerre… il y a une élaboration, une doxa ?

 Bien sûr ! C’est bien pour ça que j’ai publié L’Inde ancienne au chevet des politiques (Éditions du félin) ! Si vous comparez L’Art de la guerre de Sun Tzu et l’Arthashâstra qui comprend deux chapitres entiers sur la question de la guerre, dans le cas chinois, la guerre est fondamentalement l’art premier : l’Empereur doit faire reposer son pouvoir, son maintien au pouvoir, sur sa stratégie militaire. Dans le cas de l’Arthashâstra, il est clairement indiqué que l’État doit d’abord et fondamen-talement assurer la prospérité économique de son royaume s’il veut lui-même être un État fort.

Il a bien sûr une armée, mais le rôle de cette armée, c’est d’alimenter cet idéal de prospérité. Je pense que là, il y a deux visions fondamentalement différentes, qu’on a d’ailleurs retrouvées dans l’histoire : l’Inde a connu des guerres internes, mais finalement, beaucoup moins que la Chine. Laquelle est malgré tout un empire très martial – il suffit d’ailleurs de voir l’accumulation actuelle des dépenses d’armement –, alors que dans le cas indien, la philosophie politique est d’abord civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts