Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Ibrahim Hissein Bourma

Ce passionné de grosses cylindrées a trans­formé en or ce qui n’était qu’un simple hobby : il crée IBY Motors en 2014, qu’il destine à l’importation automobile toutes marques au Tchad, notamment les gammes des japonaises Nissan et Toyota, des coréennes Kia et Hyundai ainsi que des allemandes Mercedes et BMW. « On enregistrait une demande locale de plus en plus forte en véhicules de tourisme mais peu d’opé­rateurs étaient capables d’importer des quantités suffisantes. En créant IBY Motors, je n’ai fait que répondre à un besoin ».

Au-delà de l’importation de véhicules, IBY Motors se charge aussi de la maintenance. Un garage moderne et équipé d’un outillage de haute technologie offre les meilleures garanties à ses clients.  Ibrahim aime particulièrement les métiers de la mode. Avec IBY Fashion, il souhaite « devenir la référence des grandes marques au Tchad ». En plus d’ouvrir l’un des plus grands magasins du pays, avec des produits estam­pillés Givenchy, Zara, Diesel, Hugo Boss, Verri, Balmain, Cerruti, Pierre Cardin et bien  

d’autres, il lance sa propre collection. Il envisage de produire sur place dans ses premiers ateliers de confection. Ibrahim Bourma regarde déjà de l’autre côté de l’Atlantique et projette d’ouvrir une boutique à Montréal et à Dubaï. 

Voler de ses propres ailes

Dans son viseur également, l’industrie du textile, et notamment celle du coton, dont le pays est producteur et exportateur net. « Alors que la matière première est à portée de main, le Tchad n’a pas encore d’industrie textile. Je compte y remédier », promet-il. Aujourd’hui, le jeune homme partage son temps entre Dubaï, où il est installé avec sa femme, et N’Djamena. Le choix des Émirats arabes unis n’est pas fortuit.

Après avoir observé l’engouement des Occidentaux pour cette cité-État, l’homme d’affaires a tiré quelques conclusions : « Les avantages en termes fiscaux et de facilitation du business m’ont décidé à poser, moi aussi, mes valises à Dubaï ». Ibrahim reconnaît qu’il a été très étonné par la célérité et la facilité avec laquelle les choses se déroulent dans le Golfe.

Pour autant, Ibrahim sait aussi cultiver son relationnel. Il recherche activement des professionnels qui pourraient être intéressés par une expérience tchadienne : « Si je m’ins­talle à Dubaï, c’est également dans l’objectif de me faire des relations dans le milieu des inves­tisseurs internationaux ». Ibrahim Bourma ne songe pas à s’expatrier, seulement à déployer ses ailes au-delà des frontières. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts