Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Erick Yong et les start-up africaines

Pour ce « diaspo » qui vit entre Francfort où sa société est basée et Berlin, quand il n’est pas en déplacement dans des capitales européennes ou africaines, l’afflux de réfugiés en Allemagne, l’échec des anciennes rela­tions Nord-Sud et la spectaculaire croissance démographique du continent ont fait prendre conscience aux autorités allemandes qu’il était nécessaire de s’impliquer davantage et différemment en Afrique pour favoriser l’essor de la nouvelle économie. « Nous sommes à une période charnière pour développer un pont entre l’Allemagne et le secteur privé en Afrique. Il ne faut pas rater ce rendez-vous avec l’histoire », estime le PDG de GreenTec.

Meilleure visibilité

Après avoir optimisé les start-up de son portefeuille au travers d’un soutien opération­nel unique en Allemagne, il veut maintenant être présent sur tout leur cycle de vie. Pour l’y aider, il entend créer, à partir de 2018, un fonds d’investissement d’un montant de 40 millions d’euros. « La priorité restera, toutefois, le soutien aux entrepreneurs sur le continent », assure Erick Yong qui se dit résolu à se positionner comme un partenaire privilégié pour le développement durable des start-up africaines.

Très engagées dans différents programmes de mentoring, ses équipes étaient récemment aux Pays-Bas pour appuyer l’application Green Challenge d’une de leur protégée. Auparavant, le PDG de GreenTec Capital Partners avait siégé dans le jury de la première édition de Bridge Africa à Paris, un concours de pitch (présentation de projet) sponsorisé par la Société Générale et GreenTec dans le cadre d’un partenariat avec Jokkolabs, la société fondée par Karim Sy dont il partage la fibre pour l’entre­preneuriat social.

En octobre 2017, il participe au Nigeria en tant que partenaire à la 4e conférence de la Fondation Tony Elumelu en faveur du développement de l’entrepreneuriat en Afrique. Son associé, Thomas Festerling, sera en Afrique du Sud pour le sommet des Angels Investors africains organisé par ABAN. Ils se retrouveront ensuite à Francfort lors de l’Euro Finance Week pour parler de l’impact de la digitalisation sur la bancarisation en Afrique.

Nouveaux partenariats

Après avoir fait du soutien au secteur privé africain et aux start-up en particulier sa marque de fabrique en Allemagne, il a noué un partenariat avec le think tank parisien Land of African Business (LAB) fondé par Éric Bazin. Ce dernier organisera à Abidjan au début du mois de décembre, la troisième édition du LAB et des Africa Rethink Awards (ARA) destinés à récompenser des start-up venues de tout le continent. « Le LAB est un partenaire naturel pour nous puisqu’il oeuvre par l’intermédiaire d’investissement à fort impact en faveur de la transformation des sociétés africaines grâce à de nouveaux modèles de développement plus respectueux de la population locale et susceptibles de contribuer à une croissance partagée et harmonieuse entre les peuples », commente le PDG de GreenTec.

En plus d’appuyer cette manifestation par l’intermédiaire de start-up africaines actuel­lement dans son portefeuille, il participera directement aux ARA en tant que membre du comité de suivi des start-up primées. Pour cet expert capable de faire le pont entre diverses traditions culturelles, il s’agit d’un premier pas en direction de « nombreuses alliances stratégiques visant à offrir à notre modèle Results4Equity, qui est notre marque de fabrique, aux pays francophones d’Afrique ».

Les start-up de cette zone devraient voir arriver d’un bon oeil les capitaux allemands et pourront ainsi apprécier la démarche globale proposée par les investisseurs allemands qui préfèrent toujours s’engager sur le long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts