Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Un barrage pour stimuler l’électrification

L’immense potentiel hydroélectrique du Cameroun reste largement inexploité, mais des projets sont en cours dans tout le pays pour répondre à la croissance rapide de la demande d’électricité.

Par ABF

Des productions électriques plus abondantes et plus fiables sont nécessaires pour permettre le développement industriel et augmenter les taux d’électrification du Cameroun. Le gouvernement continue de se tourner vers le secteur hydroélectrique pour fournir de nouvelles capacités de production indispensable.

La Banque mondiale fournira 306 millions $ au projet d’interconnexion du réseau électrique Cameroun-Tchad. Les deux lignes de 225 kV relieront Ngaoundéré au Cameroun à N’Djamena au Tchad, ainsi que Maroua au Cameroun à Bongor, Guelendeng et N’Djamena.

Le plus grand projet actuellement en construction est celui de 420 MW de Nachtigal, situé à environ 65 km de Yaoundé et dont la construction est achevée à 52%. Le prix de construction de 786 milliards de F.CFA (1,2 milliard d’euros) comprend le coût des nouvelles lignes de transmission pour connecter le pays.

En décembre 2021, le ministre de l’Eau et de l’énergie, Gaston Eloundou Essomba, a révélé que les trois interconnexions de transmission entre le barrage et le réseau national étaient pratiquement terminées, bien que la pandémie ait retardé les travaux sur les nouvelles lignes et le système hydroélectrique lui-même d’environ neuf mois. Les interconnexions, dont une ligne 225 kV de 51 km vers Yaoundé, sont réalisées par Bouygues Energies & Services.

Le développeur, Nachtigal Hydro Power Company, qui appartient à Electricité de France, Société Financière Internationale, Africa50 et STOA Infra & Energy, prévoit désormais de mettre en service les premières turbines en juillet 2023 et les sept suivantes en un an.

Une fois terminé, le projet représentera 30% de la capacité de production camerounaise et l’État compte bien que la production à faible coût contribuera à réduire les tarifs de l’électricité. Nachtigal devrait contribuer à augmenter la proportion de la population ayant accès à l’électricité au-delà du niveau actuel de 74 %.

Un projet encore plus important a reçu le feu vert à la suite de la conclusion d’un accord de concession entre China Gezhouba Group Company et les gouvernements du Cameroun et du Congo-Brazzaville, en avril 2021. Le projet hydroélectrique de Chollet de 700 millions $ sera construit sur le fleuve Dja, qui forme la frontière entre les deux pays et fournira de l’électricité aux deux marchés.

Une capacité de production de 600 MW devrait être installée d’ici 2025. Selon Yaoundé, la société chinoise, qui a signé un contrat de construction-exploitation-transfert (BOT, en anglais), a été choisie via un appel d’offres restreint lancé en décembre 2019.

Des projets relancés

Les travaux du barrage de 30 MW de Lom Pangar dans l’est du Cameroun sont également achevés à plus de la moitié. Là aussi, les travaux ont été bloqués par la pandémie mais aussi parce que certains équipements importés ont été bloqués en douane.

En décembre, le gouvernement a entamé des pourparlers avec la banque chinoise Exim sur le financement d’un autre projet hydroélectrique, le barrage de 72 MW de Menchum dans le Nord-Ouest. Le ministre Essomba a déclaré à l’Assemblée nationale : « Des études détaillées sont en cours d’achèvement et le processus de collecte de fonds se poursuit avec Exim Bank China. »

Le projet a connu plusieurs faux départs et il reste à voir si les deux firmes nord-américaines retenues pour entreprendre les travaux en 2015, Cima International et ARQ Engineering, le construiront réellement.

L’intégration régionale du secteur de l’électricité a progressé très lentement, mais un accord de financement sur deux interconnexions prévues entre le Cameroun et le Tchad a été signé en décembre. La Banque mondiale a accepté de fournir 306 millions $ au projet d’interconnexion du réseau électrique Cameroun-Tchad.

Les deux lignes de 225 kV relieront Ngaoundéré au Cameroun à N’Djamena au Tchad, ainsi que Maroua au Cameroun à Bongor, Guelendeng et N’Djamena au Tchad. Les 1 024 km combinés de nouvelle ligne à haute tension permettront le commerce de l’électricité dans les deux sens, mais la vague de nouveaux projets hydroélectriques camerounais suggère que les exportations camerounaises pourraient dominer.

@ABF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts