Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

De nombreuses opportunités, en dépit de l’incertitude

L’Afrique de 2021 n’est pas exempte de risques, prévient le cabinet Control Risks. Changements climatiques, rebond de la crise sanitaire, incertitudes géopolitiques… Néanmoins, les entrepreneurs peuvent trouver matière à rebondir.

Par Marie-Anne Lubin 

Control Risks, cabinet de conseil spécialisé dans la gestion des risques identifie cinq menaces majeures pour les entreprises en 2021. Menaces qui peuvent se transformer en opportunité, pour l’Afrique, du moins pour les risques qu’elle peut maîtriser.

La crise sanitaire a mis en évidence et exacerbé les défis des nouvelles technologies. Pourtant, elle n’est pas un coup de pouce temporaire au secteur. Bon nombre des projets en cours d’élaboration pour y mettre fin ont des applications potentielles bien au-delà de la pandémie.

Les analystes insistent sur l’effet accélérateur de la crise sanitaire dans l’utilisation des nouvelles technologies. Ces dernières représentent un atout certain pour le continent, à condition d’en mesurer les risques et de faire le tri des applications ou innovations peu adaptées.

« Les entreprises continueront sans aucun doute à subir des perturbations importantes liées à la pandémie de la Covid-19, mais nous voyons également de bonnes opportunités pour de nombreuses entreprises en 2021 », résume Nick Allan, PDG de Control Risks.

À certains égards, le continent demeure épargné par les effets négatifs qui impactent d’autres régions du monde, comme l’ont montré la coopération régionale dans la réponse à la Covid-19 et le lancement prévu de la zone de libre-échange.

Néanmoins, 2021 sera une année difficile pour un continent qui aura du mal à se relever de la crise sanitaire aussi vite que le reste du monde. Malgré de nombreuses opportunités intéressantes pour les investisseurs, les marchés seront marqués par une grande incertitude opérationnelle et politique. « Les investisseurs qui réussiront en 2021 seront ceux qui comprendront que la situation post-pandémie de l’Afrique sera sensiblement différente de celle d’avant et présentera donc de nouveaux défis et opportunités. »

Le premier risque est celui d’un monde à la pandémie durable. Une bonne partie du continent sera en retard dans la campagne mondiale de vaccination. Les entreprises seront confrontées à une incertitude opérationnelle prolongée avec des restrictions locales imposées ponctuellement en réponse aux pics de contamination.

Un œil sur la Chine

La reprise économique sera également plus progressive en Afrique. En effet, les États, ayant une marge budgétaire limitée, ne pourront pas engager des dépenses de relance soutenues et devront s’appuyer sur des secteurs privés, eux-mêmes aux moyens limités, pour financer cette reprise.

Sur le plan géopolitique, le monde – et donc l’Afrique – sera attentif aux relations sino-américaines. Lesquelles devraient connaître « une stabilisation superficielle », car la mise sous pression du système international observée ces dernières années ne devrait pas s’inverser totalement. Les relations internationales seront toujours dominées par la compétition, plutôt que la coopération. De ce point de vue, l’Afrique a la chance d’être quelque peu épargnée par les tendances mondiales.

En matière de défense de l’environnement, nous nous approchons d’un tournant décisif dans le rapport des entreprises au changement climatique. Les entreprises ne pourront plus se permettre d’ignorer le problème. Tandis que le continent a un énorme potentiel en matière d’énergies renouvelables.

Les projets d’énergies liés aux micro-réseaux ont un intérêt sur un continent caractérisé par de petits foyers de population disséminés sur de vastes surfaces. La libéralisation récente des marchés de l’énergie dans de nombreux pays a ouvert de nombreuses opportunités aux investisseurs du secteur privé. Cependant, sans le soutien des pouvoirs publics, les opérateurs privés risquent de s’en détourner au profit d’autres pays offrant des subventions.

La technologie africaine n’est pas un vain mot

En 2021, la reprise sera chancelante, mais il y aura assurément du mieux. L’essentiel sera alors de ne pas manquer le redémarrage de l’économie et de saisir les opportunités. En innovant, en adoptant rapidement de nouvelles technologies et en rationalisant leurs opérations, les entreprises agiles en sont sorties renforcées, quand leurs concurrentes ont lâché prise.

Les entreprises qui sauront transformer les gains d’efficacité réalisés en 2020 en gains de productivité, continueront d’évaluer correctement les tendances et feront preuve de flexibilité pour adapter leurs opérations et profiteront de la future croissance de la demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts