Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Cameroun : Premier navire au port de Kribi

Le contrat de partenariat pour l’exploitation et la maintenance du terminal polyvalent a également été attribué fin août 2015 au groupe français Necotrans associé au consortium Kribi Port Multi Operators (KPMO) regroupant neuf opérateurs camerounais (transitaires, manutentionnaires, agents maritimes).

Le terminal polyvalent dispose dans un premier temps d’un quai de 265 mètres (2 postes à quai) équipé de deux grues sur rails et de six sur pneumatiques. Après la publication officielle du communiqué daté du 26 août du Premier ministre, les termes précis du contrat de partenariat vont être discutés avec les autorités camerounaises.

Il prévoit une concession de 20 ans, des investissements de 26,2 millions d’euros et des redevances versées à l’État camerounais par le Groupement Necotrans/KPMO. Après une première phase de cinq ans avec une activité estimée à 1,4 million de tonnes de fret par an dès la deuxième année, une seconde phase de 15 ans prévoit la mise à disposition d’un quai adjacent de 350 mètres ainsi que des installations et des équipements complémentaires pour une activité supérieure à 3 millions de tonnes par an.

Les principales marchandises traitées seront des véhicules, le bois, le coton, des minerais et des équipements oil & gas, ainsi que ceux destinés à la construction de la zone industrielle et de la future centrale électrique qui jouxteront le port de Kribi, précise Necotrans.

Un contrat de concession des services de remorquage et de lamanage a été signé le 2 février 2017 avec la société néerlandaise Smit Lamnalco.

Une dizaine de nouveaux appels d’offres viennent d’être lancés en procédure d’urgence, notamment pour la remise en état opérationnel d’équipements de manutention, systèmes de communication et d’aide à la navigation…

« Ca va bientôt faire deux ans que ces équipements sont parqués au port, subissant les intempéries dont les affres des vents marins. Il est donc question de les remettre en état d’exploitation optimale, avant de les rétrocéder aux concessionnaires des terminaux qui sont en train de finaliser la signature de leur contrat avec l’Etat du Cameroun », indique Patrice Melom.

Dès la signature des contrats, chaque concessionnaire disposera de trois mois pour s’installer, «un temps qui peut s’avérer extrêmement court si l’on n’anticipe pas certaines activités, dont la passation des marchés».

Sur le plan logistique, une première zone prioritaire de 18 ha est déjà en cours de réalisation, et un appel d’offres a été lancé pour l’aménagement d’une deuxième tranche opérationnelle de 13 ha supplémentaires. Le PAK est également en train d’acquérir des balises, des équipements de surveillance, de météorologie…

Enfin, un accord-cadre de coopération a été signé en mai dernier entre les ports de Kribi et de Douala pour valoriser la complémentarité des deux sites, « une option stratégique du gouvernement qui voudrait capitaliser les atouts de chaque port pour affronter la concurrence qui devient exacerbée sur la façade Atlantique de l’Afrique », selon le ministre des Transports, Edgar Alain Mebe Ngo’o. Premier résultat, la mise en place annoncée d’un service de cabotage qui transportera sur Douala des marchandises livrées à Kribi par des navires trop grands pour l’estuaire du Wouri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts