Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Cameroun : Premier navire au port de Kribi

Le complexe doit pouvoir accueillir de plus grands navires que Douala (port d’estuaire) pour les trafics suivants : matériaux industriels tels que le minerai de fer, l’alumine, l’aluminium ; les hydrocarbures et le gaz naturel liquéfié ; les conteneurs d’importation/exportation et diverses cargaisons…

La première phase de travaux était principalement axée sur les ouvrages portuaires, dont la digue de protection et les deux terminaux. Les travaux, lancés officiellement par le président Paul Biya le 8 octobre 2011, ont été réalisés par la China Harbour Engineering Company (CHEC). Le montant du contrat s’élevait à 498 millions $, financé à 85% par la China Eximbank (crédits acheteur préférentiels) et à 15% par le Cameroun. Les travaux ont été achevés début avril 2015, dans les délais prévus (42 mois).

Le contrat pour la deuxième phase des travaux a été signé avec CHEC le 28 janvier 2014. Le montant du contrat s’établit à 794 millions $, et les accords de financement ont été conclus le 5 avril 2017 avec China Eximbank pour 85% du total (deux prêts concessionnels), le Cameroun ayant à charge 15% des apports.

Les travaux, prévus sur 42 mois, portent sur le prolongement de 675 m de la digue de protection, la reconfiguration du chenal d’accès, l’extension de 700 m du terminal à conteneurs pour atteindre 1 050 m, la réalisation de 30 hectares de terre-pleins pour l’entreposage et le stockage…

« Le principe de la deuxième phase était contenu dans la première. Lorsque que nous avions lancé les travaux de la première phase avec les ressources dont nous disposions, il apparaissait, et tous les tests l’ont démontré, que ces infrastructures allaient être saturées à l’horizon 2020 si l’économie continuait de croître au rythme actuel » déclarait le 5 avril dernier Louis Paul Motaze, ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire.

« C’est pour cela que la deuxième phase avait déjà été acceptée par notre partenaire, China Eximbank. D’où nos attentes quant à l’efficacité de l’entreprise constructrice, pour que le travail se fasse avec la même célérité que pour l’étape précédente. Pour ce qui est du port déjà prêt, il sera bientôt opérationnel».

Le contrat de concession pour l’exploitation du terminal à conteneurs, à la suite de l’appel d’offres international lancé par l’Etat camerounais, a été attribué fin août 2015 au  groupement franco-chinois Bolloré Africa Logistics/CMA CGM/CHEC, pour une période initiale de 20 ans.

Avec une profondeur de 15 m et un accès direct à la mer, le port de Kribi permet au Cameroun d’accueillir de grands navires contenant jusqu’à 8000 conteneurs, soulignait Bolloré Africa Logistics.

Pour son directeur général, Philippe Labonne, « notre groupement, grâce à son savoir-faire maritime, portuaire et logistique, va permettre à la plateforme portuaire de Kribi de jouer son rôle d’accélérateur de croissance pour le Cameroun et la région ».

Cette infrastructure portuaire de premier plan irriguera la région de nouveaux corridors logistiques grâce à des connections directes entre le port de Kribi, le réseau ferroviaire et la route, véritables locomotives du développement.

Comme souhaité par les autorités camerounaises, Kribi sera également un hub de transbordement portuaire, soutenu par le 3ème armateur mondial, précise Bolloré, déjà opérateur depuis 2005 du terminal à conteneurs du port de la capitale économique à travers Douala International Terminal (DIT).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts