Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Cameroun : Tidfore et Sundance pour le fer

« Sundance est ravie d’avoir conclu un accord avec des partenaires importants pour faire progresser le développement du projet fer Mbalam-Nabeba, et attend maintenant la décision du gouvernement camerounais sur une nouvelle prolongation », a déclaré Giulio Casello, CEO et directeur général de la société. « Bien que du travail substantiel soit encore nécessaire pour obtenir les financements requis, la haute qualité, les coûts bas et la grande quantité du minerai de fer de Mbalam-Nabeba correspondent bien aux besoins à venir de l’industrie chinoise de l’acier. Avec nos partenaires actuels, nous avons les bases requises pour mettre le projet en production. »

Pour CGGC, les réserves à long terme de Mbalam-Nabeba et du gisement de fer voisin de Bélinga au Gabon, une zone connue globalement comme « le triangle du fer », pourraient dépasser les 10 milliards de tonnes.

La phase I du projet Mbalam-Nabeba porte sur des réserves de 517 millions de tonnes (Mbalam 154 millions t + Nabeba 363 millions t) d’hématite à haute teneur, du minerai à embarquement direct (direct shipping ore/DSO) à 62,2 % Fe, exploitées au rythme de 40 millions de t/an (Mbalam 15 millions t/an + Nabeba 25 millions t/an) sur 14 ans environ, sur la base des ressources des gisements camerounais et congolais voisins. La cible d’exploration additionnelle porte sur quelque 90 à 150 millions t de minerai à une teneur de 55 % à 65 % Fe.

La phase II, actuellement au stade de la pré-faisabilité, prolongerait la durée de vie d’au moins 15 années supplémentaires en produisant 35 millions t/an de concentrés d’itabirite hématite à haute teneur (ressources minières de 5 638 millions t à 33,4 % Fe, dont Mbalam-Mbarga 3 924 millions t + Nabeba 1 714 millions t). L’investissement était évalué fin 2010 à 2,71 milliards $. La cible d’exploration porte sur 9,3 à 13,2 milliards t à 30 %-40 % Fe.

En avril 2011, Sundance a achevé l’étude de faisabilité définitive de la phase I et l’étude de pré-faisabilité de la phase II.

Le projet utilisera l’infrastructure ferroviaire et portuaire à financer, construire et détenir par le gouvernement camerounais, comprenant une voie ferrée de 540 km dédiée au transport du minerai de fer à travers le sud du Cameroun (et une bretelle de 70 km jusqu’à Nabeba au Congo), et un terminal minéralier d’exportation à Lolabe (Kribi) conçu pour accueillir des vraquiers de 300 000 t de capacité.

Le gouvernement camerounais est en négociations avancées avec China Gezhouba Group Co. (CGGC) pour le contrat clés en main (contrat EPC/Engineering-Procurement-Construction) pour la construction du port et de la voie ferrée, indiquait Sundance fin novembre 2017. Le Premier ministre camerounais, Philémon Yang, avait signé le 27 août 2015 une lettre d’acceptation pour ces deux volets ; la valeur totale du contrat s’élève à 3,498 milliards $, soit 22,424 milliards de yuans.

Sundance estime que son projet Mbalam-Nabeba fait partie d’une province émergente de minerai de fer s’étendant à travers le Cameroun et le Congo, et envisage qu’avec ses infrastructures intégrées rail et port, il devienne un hub régional de production minière pouvant aider à désenclaver d’autres gisements régionaux qui ne seraient pas rentables sur une base individuelle. Une production régionale de 100 millions t/an est évoquée. Pour CGGC, les réserves à long terme de Mbalam-Nabeba et du gisement de fer voisin de Bélinga au Gabon, une zone connue globalement comme « le triangle du fer », pourraient dépasser les 10 milliards de tonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts