x
Close
Uncategorized

Brèves économiques et financières d’Afrique

  • Publiéjuillet 10, 2017

Deuxième ferry pour AML

L’armateur Africa Morocco Link a réceptionné mi-mai son deuxième navire, baptisé « Morocco Star », qui relie Tanger à Algésiras à raison de six voyages par jour. Construit en 1980 par le chantier danois Nakskov Skibsvaerft, le nouveau ferry, long de 152 m, offre une capacité de 935 passagers. « En moins d’un an d’existence, AML s’est fait une bonne place parmi les opérateurs maritimes au Maroc. En moins de 6 mois aussi, notre société a acquis deux navires de standing international battant pavillon marocain, et continuera à se développer et à lever le pavillon encore plus haut », a déclaré M’Fadel El Halaissi, président de la compagnie.

Le premier navire, le « Diagoras », construit en 1988 par les chantiers japonais Naikai, et long de 141 m, dispose d’une capacité de 1 465 passagers.

AML étudie le lancement de plusieurs nouvelles lignes dont Almeria-Nador et Sète-Tanger, de nouvelles liaisons entre le Maroc et l’Italie en 2019, et probablement le Moyen-Orient et l’Afrique subsaharienne. L’armateur est en train de lancer plusieurs commandes auprès des chantiers navals à travers le monde dans l’objectif d’acquérir de nouveaux bâtiments à l’horizon 2020 et 2021. Le nouveau siège, basé à Tanger, va entrer en service, offrant une superficie de 600 m². AML est née en 2016 d’une alliance entre le groupe BMCE Bank et le transporteur maritime grec Attica Holdings.

Premier bureau de BM&A à l’international

Le cabinet français d’audit et de conseil BM&A, regroupant plus de 120 collaborateurs à Paris et à Lyon, a renforcé son offre de conseil à destination de sa clientèle française et internationale avec l’ouverture d’un premier bureau étranger à Casablanca.

Ce nouveau bureau, dirigé par Amine Omary, ancien collaborateur de BM&A, se structure autour de six personnes, dont un associé. Cette ouverture permet au cabinet de renforcer son positionnement auprès des entreprises, de leurs directions générales et financières comme leurs actionnaires, en étendant ses services.

Après Paris et Lyon, Casablanca est le troisième bureau de BM&A. Cette extension de BM&A à l’international vise tout d’abord à renforcer la présence du cabinet au Maroc, porte d’entrée de l’Afrique disposant notamment de plusieurs atouts pour les investissements internationaux.

Irrigation de la plaine de Saiss

Le Projet de sauvegarde de la Plaine irriguée de Saiss vise principalement la préservation de la nappe phréatique, en apportant une dotation régularisée de 100 millions m3/an d’eau d’irrigation à partir de la surface (barrage M’dez) pour remplacer une grande partie des prélèvements à usage agricole. Ce projet bénéficiera de 120 millions d’euros de prêt octroyé par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), en plus d’un apport du Fonds vert pour le climat (FVC) sous forme de don s’élevant à 31,5 millions d’euros.

L’accord de financement a été signé à Meknès par Mohamed Boussaid, ministre de l’Économie et des finances, Azïz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, et Marie-Alexandra Veilleux-Laborie, directrice en charge du Maroc à la BERD.

Ce projet de périmètre irrigué de 30 000 ha prévoit sur cinq ans (2017-2022) la réalisation d’un réseau collectif d’irrigation au cœur de la grande plaine agricole qui s’étend entre Fès et Meknès, sur environ 100 km sur un axe est-ouest et sur plus de 30 km du nord au sud. La participation de l’État marocain devrait s’élever à 54 millions d’euros.

Écrit par
African Business french

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *