Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Brèves business

Brèves business. 

 AXA remplace Bouygues dans Eranove

Emerging Capital Partners (ECP) a annoncé l’entrée de l’assureur AXA au capital du groupe Eranove (Paris), détenu à 55,9 % au travers de son fonds ECP Africa Fund II. AXA Real Estate, spécialisé dans les secteurs de l’immobilier et des infrastructures, a racheté la part de 18,6 % que détenait le groupe Bouygues au capital d’Eranove. « L’arrivée d’un investisseur de référence comme AXA Real Estate est une excellente nouvelle pour Eranove et une grande satisfaction pour ECP », selon Vincent Le Guennou, co-directeur exécutif d’ECP et président d’Eranove. 

Le groupe Eranove (ex-Finagestion) regroupe l’ensemble des actifs africains de la filiale SAUR de Bouygues dans une seule et même société en 2004. ECP a fait son entrée au capital d’Eranove en 2008, avant une prise de participation majoritaire un an plus tard. 

Eranove représente actuellement près de 70 % de la puissance installée en Côte d’Ivoire via deux de ses filiales, la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) et la Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel). CIE exploite six centrales hydroélectriques et une centrale thermique, et gère le réseau de transport et de distribution d’électricité. Ciprel exploite l’une des plus importantes centrales thermiques du pays, dont elle finalise actuellement l’extension au travers de l’un des plus gros investissements en infrastructures de ces dernières années en Côte d’Ivoire (343,6 millions d’euros).

Les télécoms au service des start-up

Les structures dédiées à l’innovation avec les start-up des groupes singapouriens Singtel (Singtel Innov8), français Orange (Orange Fab), allemand Deutsche Telecom (hub : raum) et espagnol Telefónica (Telefónica Open Future) unissent leurs forces pour créer des passerelles entre les écosystèmes de start-up à travers l’Asie du Sud-Est, l’Afrique, l’Europe, l’Amérique Latine et le Moyen-Orient. 

Le partenariat vise à catalyser la croissance des start-up éligibles et à les lancer au-delà de leurs marchés domestiques respectifs, précise Orange. Les entreprises sélectionnées bénéficieront de la possibilité de tirer parti des ressources et du réseau des quatre opérateurs de télécommunications majeurs. Cela inclut des études de marché, la mise en relation avec des partenaires, l’utilisation d’espaces de co-working et un accès aux activités opérationnelles des opérateurs. Les start-up sélectionnées pourront accéder aux bases clients mobiles des opérateurs représentant plus de 1 milliard de personnes sur quatre continents.

Sécurisation des ports 

Un don français (Fasep) de 185 000 euros a financé des études sur la sécurisation des ports conduites par le bureau d’ingénierie Geos.  Un prêt concessionnel français de 12 millions d’euros est disponible sur la Réserve pays émergents (RPE) pour financer l’acquisition et l’installation d’équipements dans les trois ports jugés prioritaires : Radès, La Goulette et Bizerte. 

Bank of Africa s’implante au Rwanda

Bank of Africa (Groupe BMCE Bank) a acquis 90 % du capital de Agaseke Bank qui opérera dorénavant sous le nom de Bank Of Africa-Rwanda. Le groupe transformera cet opérateur de microfinance en banque commerciale de plein exercice. Suite à cette acquisition, BOA est présent dans huit pays en Afrique de l’Ouest, en RD Congo et dans huit pays d’Afrique de l’Est. Né il y a plus de 30 ans, BOA compte 5 800 collaborateurs et présente, en 2014, un total de bilan consolidé de 6 milliards d’euros, ainsi qu’un bénéfice net de 90 millions d’euros. 

ALGÉRIE 

La cimenterie d’Ain El Kebira bientôt en Bourse 

Selon Laid Khaber, PDG de la Société des ciments de Ain El Kebira (Scaek), « l’entrée en Bourse de la cimenterie d’Ain El Kebira est prévue en 2016. L’opération portera sur l’ouverture de 35 % du capital aux investisseurs institutionnels (banques, établissements financiers et compagnies d’assurances), mais aussi à des personnes morales et physiques ». La société est filiale à 100 % du Groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA). Un dossier sera déposé avant fin 2015 auprès de la Commission de surveillance des opérations de Bourse (Cosob). 

La SNCF et la SNTF développent leur collaboration 

La SNCF française et la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) algérienne ont signé un protocole cadrant la coopération entre les deux groupes. Quatre domaines de coopération ont été identifiés : formation, ingénierie ferroviaire, transport voyageurs, et transport fret et logistique. 

Le volet formation comprend notamment un appui de SNCF à l’ouverture d’une école de formation des cheminots algériens. Dans le secteur de l’ingénierie ferroviaire, SNTF envisage la création d’une coentreprise avec Systra pour une participation commune à des appels d’offres en Algérie. La coopération sur le transport voyageurs englobera des transferts de savoir-faire dans l’exploitation des services. 

Contrat-cadre entre Djezzy et Algérie Poste 

L’opérateur télécoms mobile Djezzy et Algérie Poste ont signé un contrat-cadre d’une durée de cinq ans renouvelable à travers lequel Djezzy confie à son partenaire la réalisation de plusieurs prestations de services.  Certaines sont déjà en cours d’exécution : la vente de la recharge électronique « Flexy » par les bureaux de poste ; la notification des clients d’Algérie Poste par SMS…  D’autres services seront également lancés : l’affranchissement des envois, l’encaissement des factures téléphoniques, le publipostage, le mailing non adressé, le courrier entreprise…

Inauguration de l’atelier de maintenance des TGV

Le roi Mohammed VI et le président François Hollande ont inauguré mi-septembre l’atelier de maintenance des trains à grande vitesse, implanté sur le site de Tanger. Il permet, dans un premier temps, de réaliser le remontage des éléments de trains en provenance des usines Alstom de La Rochelle, via le port de Tanger Méditerranée. Réalisé par un groupement d’entreprises marocaines et dimensionné pour un parc de 30 TGV, l’atelier, qui s’étale sur une superficie de 14 ha dont 20 000 m2 de bâtiments couverts, a nécessité un investissement de 640 millions Dh (soit 58 millions d’euros). Pour l’exploitation de l’atelier et la maintenance des TGV, l’Office national des chemins de fer (ONCF) a créé une coentreprise avec la SNCF. L’ONCF a prévu l’acquisition de 12 rames à grande vitesse dont deux ont déjà été livrées. Les travaux de génie civil sont réalisés principalement par des entreprises marocaines, les grands ouvrages d’art notamment. Le chantier du TGV enregistre aujourd’hui un avancement global de 75 %, toutes composantes confondues, pour une mise en service commerciale au cours du 1er semestre 2018. Le coût global du projet représente 20 milliards Dh soit 1,84 milliard d’euros, comprenant les études, le pilotage du projet, l’infrastructure (dont une ligne nouvelle Tanger-Kenitra, 200 km), les équipements ferroviaires et l’acquisition du matériel roulant.

Le constructeur de Nador West Med en voie de sélection

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un prêt de 112,86 millions d’euros en faveur du projet de construction du complexe portuaire Nador West Med. Ce prêt, accordé à la société publique Nador West Med SA (NWM), avec garantie de l’État, servira à financer la construction des infrastructures portuaires de la première phase du complexe.  Situé sur la côte méditerranéenne, à moins de 250 miles du détroit de Gibraltar, le complexe s’articule autour d’un grand port et d’un pôle commercial, industriel, logistique et tertiaire qui sera réalisé sur une zone franche d’environ 1 500 ha et une zone extra-portuaire d’environ 2 500 ha. Le coût estimatif du projet est de 914,28 millions d’euros. Outre la BAD, il est cofinancé par : la société Nador West Med, pour 423,97 millions d’euros ; la BERD (Banque européenne pour la reconstruction et le développement), par un prêt de 200 millions d’euros ; et le Fades (Fonds arabe pour le développement économique et social), par un prêt équivalent à 177,45 millions d’euros. Sept entreprises ou groupements ont déposé fin septembre leur offre technique et financière pour la réalisation des ouvrages.

BrèvesSans titre-1

Decathlon confie sa logistique à la SNTL

La Société nationale des transports et de logistique (SNTL) vient d’être retenue, sur appel d’offres international, pour le pilotage des flux logistiques de Decathlon. L’objectif est de gérer, via Tanger Med Hub, les flux mondiaux de Decathlon, provenant des différents bassins de production à destination de la Russie et de la Turquie, mais aussi vers l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Ce partenariat stratégique vise à accompagner la forte expansion de Decathlon au Maroc, où il a ouvert son quatrième magasin à Marrakech. Sur le plan national, le groupe SNTL a signé des contrats de prestation logistique avec Renault, Samsung, Leoni, Fagor, Brandt, BIM Stores…

Une cinquantaine de candidats pour le projet solaire Noor Tafilalt

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a procédé à l’ouverture publique des dossiers de candidature pour la réalisation, l’exploitation et la maintenance des centrales solaires photovoltaïques « Noor Tafilalt ». Le projet de construction de trois centrales solaires photovoltaïques d’une puissance totale de 75 à 100 MW sur les sites d’Arfoud, Missour et Zagora, a intéressé 49 sociétés et groupements originaires de 19 pays qui ont présenté leurs dossiers de pré-qualification ». D’un coût global de l’ordre de 1,3 milliard Dh (119 millions d’euros), le projet bénéficie d’un prêt de 1,27 milliard Dh de la BIRD (Banque mondiale), dont 236 millions Dh du Fond de technologie propre (FTP). Prévu pour une mise en service fin 2016, ce projet constitue la première phase d’un plan d’équipement de l’ONEE, d’une puissance globale de 400 MW environ. La deuxième phase du plan solaire photovoltaïque de l’ONEE porte sur le projet Noor Atlas constitué de huit centrales d’une puissance globale de 200 MW. La troisième phase portera sur deux à quatre centrales d’une puissance globale de 100 à 125 MW.

TUNISIE 

Deuxième A330-200 pour Tunisair 

Le deuxième Airbus A330-200 de Tunisair, baptisé « Sidi Bou Said », est arrivé en septembre à l’aéroport de Tunis Carthage. Le nouveau biréacteur long-courrier est doté d’une cabine entièrement réaménagée et équipée d’un système de divertissement à bord de dernière génération et de sièges plus spacieux.  Deux aménagements intérieurs seront commercialisés : 24 places en classe Affaires et 242 en Économique, soit 266 sièges au total, ou pour le long-courrier 22 places en classe Affaires et 236 en Économique.  Le plan de renouvellement de flotte lancé en 2008 par Tunisair porte sur la commande auprès du constructeur européen de 13 avions, soit dix A320 et trois A330. 

L’Allemagne soutient les énergies renouvelables 

Le ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la protection de la nature, de la construction et de la sûreté nucléaire soutient le Plan solaire tunisien (PST), qui prévoit de porter à environ 16 %, d’ici à 2020, la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays, et de passer à 30 % à l’horizon 2030. La ministre fédérale de l’Environnement, Barbara Hendricks, a promis pour les quatre prochaines années, une somme de 9,8 millions d’euros provenant du financement climatique international de son ministère. Ceci constitue la première tranche d’un soutien à long terme, soit une enveloppe de 112 millions d’euros de prêts et d’aides. La KfW signera pour le compte du ministère un accord de prêt avec la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) portant dans un premier temps sur 12 millions d’euros, qui serviront à financer la construction de centrales innovantes. La GIZ est mandatée par le ministère pour accompagner le PST. 

La BEI appuie les entreprises à travers Amen Bank 

La Banque européenne d’investissement (BEI) a engagé une nouvelle ligne de crédit de 50 millions d’euros, soit 110,13 millions de dinars, avec Amen Bank, pour soutenir les entreprises tunisiennes à vocation industrielle ou commerciale. 

Cette nouvelle opération de la BEI à forte implication socio-économique, s’appuie sur une étroite collaboration de la société civile, le Réseau entreprendre, et un acteur de référence du secteur bancaire, Amen Bank. Non seulement les entreprises de tailles intermédiaires (ETI) pourront être soutenues dans leurs projets de développement, mais également les moyennes, petites et très petites entreprises (TPE). Amen Bank consacrera en effet 10 % de la ligne de crédit aux TPE qui bénéficieront d’un taux d’intérêt préférentiel. « Cet accord permettra à Amen Bank d’offrir aux TPME une large gamme de financements sur ressources extérieures avec des conditions acceptables. Il permettra ainsi le financement de projets dans les secteurs des industries manufacturières, du tourisme, du transport, de l’éducation, de la santé et des services en général. » 

RÉGIONAL 

Partenariat aurifère stratégique 

La société canadienne Endeavour Mining s’est engagée dans un partenariat stratégique à long terme avec La Mancha Holding, une société d’investissement aurifère privée luxembourgeoise contrôlée par la famille égyptienne Sawiris. Dans ce cadre, Endeavour acquiert une participation de 55 % de La Mancha dans la Société des mines d’Ity (SMI). La mine d’or d’Ity a produit 81 000 oz d’or en 2014 et 45 000 oz au cours du 1er semestre 2015. La Mancha s’est engagée à investir jusqu’à 75 millions $ en fonds supplémentaires pour soutenir la croissance d’Endeavour. 

CÔTE D’IVOIRE 

Heineken et CFAO créent Brassivoire 

Le brasseur néerlandais Heineken et le français CFAO ont constitué une coentreprise, « Brassivoire » pour la production et la commercialisation de bière dans le pays. Cette nouvelle entité est détenue à 51 % par Heineken et à 49 % par CFAO. Les deux partenaires vont réaliser un investissement de 100 milliards de F.CFA soit environ 150 millions d’euros. Brassivoire devrait générer la création d’environ 700 emplois directs et le soutien de plus de 40 000 emplois indirects. L’entreprise explore également la possibilité de développer un projet d’approvisionnement local des matières premières agricoles dont elle a besoin pour produire ses bières. Heineken a l’ambition de se fournir en Afrique en matières premières agricoles locales à hauteur de 60 % en 2020.

Bolloré réhabilite l’axe ferroviaire Abidjan-Niger

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, a lancé mi-septembre les travaux de réhabilitation de la ligne ferroviaire Abidjan-Niger, en présence de Michel Roussin, président de la Sitarail (Groupe Bolloré). La cérémonie comportait trois volets : la signature du protocole d’accord pour la réhabilitation, sur le territoire ivoirien, de la ligne de chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu’à Tambao (gisement de manganèse) ; l’inauguration de la gare ferroviaire rénovée de Treichville ; et la mise en service de six locomotives neuves.

« Ces activités visent à repositionner, comme par le passé, du temps de la Régie Abidjan-Niger (RAN), le chemin de fer comme un des grands moteurs du développement économique et social des deux pays desservis, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, avec une perspective d’extension au Niger », estime le Premier ministre. Cette ligne « constitue un maillon essentiel de la boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou ». Le chef du gouvernement a remercié le groupe Bolloré « pour la confiance placée en nos États et pour ses importants investissements qui seront réalisés pour un coût total de 400 millions d’euros soit environ 262 milliards de F.CFA, entièrement financés par le groupe ». Bolloré Africa Logistics exploite depuis 1995 le réseau Sitarail (1 260 km) reliant la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.« Cette importante réhabilitation qui commence sur le territoire ivoirien va se poursuivre au Burkina Faso ». La réalisation complète de ces travaux est prévue sur une période de cinq à sept ans, avec une durée totale de concession de 30 ans.

La Fnac implante deux magasins

Déjà présente au Maroc depuis décembre 2011, la Fnac a annoncé l’ouverture en franchise de ses deux premiers magasins en Afrique subsaharienne, à Abidjan. La Fnac s’appuie sur la puissance et l’expertise du groupe Prosuma, acteur majeur de la distribution en Côte d’Ivoire. Prosuma représente 18 enseignes et compte 146 magasins (avec franchisés et filiales), et deux centrales d’achats (sec et frais). Avec près de 3 000 collaborateurs, le groupe a enregistré pour compte propre un chiffre d’affaires HT en 2014 de 265,06 millions d’euros (soit environ 174 milliards de F.CFA).

Un groupe indien pour le manganèse de Korhogo

L’ambassadeur d’Inde en Côte d’Ivoire, Dinesh Bhatia, a présenté au Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, une délégation d’hommes d’affaires indiens, intéressés par différents projets. Parmi ceux-ci, figure l’exploitation d’un gisement de manganèse à Korhogo par Shiloh Minerals. Ce projet créera environ 250 emplois. L’ambassadeur a également fait part de deux autres projets dans la production pharmaceutique et la distillerie. Le premier projet permettra de réduire les coûts des médicaments, le second visant à transformer la noix de cajou en alcool.

Ouverture de l’autoroute Abidjan-Grand-Bassam

Le président Alassane Ouattara, en visite d’État dans le Sud-Comoé, a annoncé l’ouverture à la circulation de l’autoroute qui relie Abidjan à cette cité balnéaire. Les travaux de cet axe de 42 km, lancés en août 2012 et confiés à la China Machinery Engineering Corporation (CMEC), représentent un investissement de 64 milliards de F.CFA, financé à 85 % par la China Exim Bank. Pour le chef de l’État, cette autoroute va accroître le potentiel touristique de cette région. Première capitale de la Côte d’Ivoire, Grand-Bassam est classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2012.

GUINÉE

Inauguration du barrage de Kaléta

Entrepris mi-avril 2012, le barrage hydroélectrique de Kaléta (240 MW) a été inauguré fin septembre par le président Alpha Condé, en présence des présidents Denis Sassou Nguesso du Congo et Mahamadou Yssoufou du Niger.

L’ouvrage est situé sur le fleuve Konkouré, à 115 km au nord-est de Conakry et à 130 km de l’embouchure. Le réservoir aura une superficie de 2,82 km² et un volume total d’eau retenue de 22 millions m3. La centrale électrique en pied de barrage est équipée de trois groupes de 80 MW chacun, représentant un productible de 965 GWh/an. Le projet comprend également une ligne 225 kV de raccordement au réseau de l’OMVG, une route d’accès de 69,5 km depuis la localité de Koubiya sur la route nationale Conakry-Boké… Il a été réalisé en trois ans seulement par la China International Water & Electric Corp. (CWE). Le montant du contrat s’élève à 446,2 millions $ ; le gouvernement guinéen a financé 25 % du montant, et la China Exim-Bank a accordé un crédit à taux préférentiel pour les 75 % restants. Kaléta est le projet hydroélectrique le plus grand exécuté conjointement par la Chine et la Guinée, et le plus grand projet de centrale hydroélectrique depuis l’indépendance de la Guinée. Sa mise en réseau, qui double la capacité d’Électricité de Guinée (EDG), portée de 204 MW à plus de 440 MW, résorbe intégralement les besoins immédiats de l’ensemble des préfectures de la Région maritime dont Conakry. Quelque 30 % de la production de Kaléta seront exportés en direction des pays voisins (Guinée-Bissau, Sénégal et Gambie) dans le cadre du réseau interconnecté de la Cedeao. Le président Alpha Condé a annoncé le lancement, dans quelques mois, des travaux du barrage de Souapiti (plus de 500 MW), à 6 km en amont de Kaléta, avec le concours de la Chine, des États-Unis et des Émirats arabes unis.

MALI 

Azalaï Hôtels développe ses capacités 

Proparco (Groupe AFD) a signé un prêt de 16,4 millions d’euros en faveur de la Société générale d’hôtellerie (SGH), principal hôtelier malien et filiale du groupe malien Azalaï Hôtels, pour financer le développement de ses infrastructures. Proparco a également joué un rôle d’arrangeur auprès de l’institution financière de développement belge BIO, permettant ainsi à SGH de lever 4 millions d’euros supplémentaires. 

Avec environ 300 chambres et quatre hôtels (de 2 à 5 étoiles), Azalaï est devenu un acteur majeur du paysage hôtelier de Bamako. Le financement de Proparco lui permettra de rénover le plus prestigieux de ses hôtels, Le Salam (5 étoiles), et de construire à proximité un hôtel 3 étoiles de 100 chambres comprenant un centre de conférences. Azalaï est désormais la première chaîne hôtelière africaine de l’Uemoa avec ses huit hôtels d’une capacité totale de plus de 700 chambres. 

Programme d’agriculture irriguée 

Lancé mi-septembre à Koulikoro, le projet de Renforcement de l’agriculture irriguée au Mali (Reagir) vise la poursuite du développement durable de l’agriculture irriguée, principalement dans les régions de Mopti et Koulikoro. 

Les actions permettront d’aménager, réhabiliter et consolider au moins 19 000 hectares de nouvelles terres agricoles irriguées, dont au moins 10 % seront attribuées aux femmes. La production agricole attendue est de 24 800 tonnes de céréales, dont 19 000 t de riz paddy, et plus de 63 400 t de produits maraîchers. Évalué à 40 milliards de F.CFA, le programme est financé à hauteur de 35 milliards de F.CFA sur une durée de cinq ans (2015-2019) par le Canada et exécuté par l’Allemagne pour 5 milliards de F.CFA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This