Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Brèves African Business

TUNISIE 

Adoption de la stratégie Tunisie numérique 2018 

Noômane Fehri, ministre des Technologies de la communication et de l’économie numérique, rappelle que la stratégie Tunisie numérique 2018 est le fruit d’un travail commun entre le secteur privé et le secteur public depuis 2013. Le gouvernement a créé un conseil stratégique de l’économie numérique pour la gouvernance du secteur, comprenant neuf ministres et neuf représentants du secteur privé.  Selon le ministre, la stratégie actuelle permettra de créer, en quatre ans, une valeur ajoutée de 13 milliards DT soit environ 6 milliards d’euros (contre une valeur ajoutée actuelle de 4 milliards DT), tout en exportant pour une valeur de 5 milliards DT (2,3 milliards d’euros) et en créant 25 000 postes d’emploi par an.  Le chef du gouvernement, Habib Essid, a appelé à présenter rapidement des projets, afin d’entamer leur réalisation, et d’évaluer l’avancement de leur exécution.

Nouveaux financements de l’UE 

L’Union européenne a décaissé début mai 100 millions d’euros sous forme de prêts à la Tunisie. Ce montant représente la première tranche du programme d’assistance macrofinancière (AMF) de 300 millions d’euros en faveur de ce pays approuvé par l’UE en mai 2014. Cette aide s’inscrit dans le cadre des efforts de l’UE et d’autres donateurs internationaux pour aider la Tunisie à surmonter ses défis économiques. Le décaissement de l’AMF est lié à la mise en oeuvre d’un certain nombre de mesures de politique économique énoncées dans un protocole d’accord signé par les deux parties. 

Cette aide vient s’ajouter à d’autres formes d’aide de l’UE et en particulier à plus de 800 millions d’euros en subventions déjà accordés à la Tunisie depuis la révolution de 2011, ainsi qu’à des prêts substantiels de la Banque européenne d’investissement. Cinq conventions de financement avaient déjà été signées fin avril à Tunis avec l’UE pour un montant total de 63 millions d’euros portant sur la réforme de la justice (15 millions d’euros), le renforcement du secteur des médias audiovisuels (10 millions d’euros), la promotion de l’égalité homme-femme (7 millions d’euros), le développement des quartiers populaires (28 millions d’euros), et la gestion des frontières et la protection internationale des migrants (3 millions d’euros). Le programme de réhabilitation des quartiers populaires – dont le coût total s’élève à 217,5 millions d’euros – est cofinancé par l’État tunisien (84,5 millions) avec l’aide de l’Agence française de développement (30 millions d’euros), de la Banque européenne d’investissement (70 millions d’euros) et de l’Union européenne. Avec cette nouvelle dotation de 28 millions d’euros, le soutien total accordé par l’UE à ce programme s’élève à 69 millions d’euros.  L’Union européenne a par ailleurs annoncé fin juin un don de 70 millions d’euros, qui sera alloué au financement des programmes et projets de développement dans les régions défavorisées de la Tunisie. 

BURKINA FASO 

Aéroport : recherche de partenaires privés 

La Maîtrise d’ouvrage de l’aéroport de Donsin (MOAD) a invité les investisseurs privés à participer au processus d’appel d’offres relatif à la mise en concession en partenariat public-privé de l’exploitation du nouvel aéroport de Ouagadougou-Donsin, ainsi que des activités d’assistance en escale pour une période de 30 ans. Prévu sur 4 400 hectares (contre 426 ha pour l’aéroport actuel), le site de Donsin, à 30 km environ au nord de la capitale, devrait remplacer, avant 2020, l’infrastructure existante. Le coût du projet est estimé à 230 milliards de F.CFA. Les principaux bailleurs de fonds seront la Banque mondiale, l’AFD, la BAD, la BOAD, la BID, le Fonds saoudien de développement, le Fonds koweïtien, la Badea et le Fonds de l’OPEP (OFID). 

Lancement du projet de développement rural « Neer-tamba » 

Le Projet participatif de gestion des ressources naturelles et de développement rural dans les régions du Nord, du Centre-Nord et de l’Est (Projet « Neer-tamba »), d’une durée de huit ans, a été lancé début juin par le ministère de l’Agriculture. Destiné à améliorer les conditions de vie et les revenus de près de 200 000 ménages parmi les plus pauvres du Burkina Faso face aux aléas climatiques, le projet favorisera l’intensification et la diversification des activités agricoles et de l’élevage, valorisera les produits agro-sylvo-pastoraux en termes d’environnement, de reconstruction et gestion durables des ressources naturelles, et renforcera les capacités des populations cibles et de leurs organisations. D’un coût total de 110,2 millions $ (63,9 milliards de F.CFA), le projet est financé par le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) à hauteur de 80,1 millions $ (prêt de 14,5 millions $ et don de 65,6 millions $), et le solde par l’État burkinabé et les bénéficiaires. 

CÔTE D’IVOIRE

Nouveau dépôt d’hydrocarbures pour la Sonabhy 

La Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (Sonabhy) va construire un nouveau dépôt d’hydrocarbures à Péni, à l’ouest du pays. D’une desserte aisée par la route, le chemin de fer et le pipeline en provenance de Côte d’Ivoire, ce dépôt de 30 hectares comprendra, à l’horizon 2016, une sphère de gaz butane de 4 000 m3, deux réservoirs de stockage de 100 m3 chacun, un poste de dépotage de camions et de wagons-citernes de butane de 160 m3/h, et un poste moderne d’emplissage de 1 000 m3/h. « Pour se rapprocher de la réglementation nationale en matière de stock de sécurité et satisfaire les besoins en stockage jusqu’en 2025, il était devenu impératif pour la Sonabhy d’envisager dans un premier temps, la mise en place de 60 jours de stock de sécurité et 30 jours de stock de roulement », indique l’entreprise. 

Bitumage de deux axes routiers autour d’Odienné 

Le président Alassane Ouattara a rappelé que 73 milliards de F.CFA avaient été déjà investis dans de vastes chantiers de réhabilitation et de reconstruction des régions du Kabadougou et du Folon dans les domaines des infrastructures, de l’eau potable, de l’électricité, de l’éducation, etc. Pour les mois et années à venir, le chef de l’État a annoncé, dès 2015, le bitumage des axes Odienné-Boundiali (70 milliards de F.CFA, financement déjà bouclé grâce à la BID) et Odienné-Gbéléban (43 milliards de F.CFA). Au cours de son éventuel second mandat (élection présidentielle en octobre 2015), il a révélé que l’axe Gbéléban-Kankan (Guinée) sera bitumé, de même que des ponts seront construits et des reprofilages lourds réalisés. Le chef de l’État a également promis de s’attaquer au problème de la maîtrise de l’eau et à celui de la mise en valeur des vallées et des plaines, notamment pour la culture du riz. 

Deuxième sphère à gaz pour la Saepp 

Le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, a inauguré mi-juin la deuxième sphère à gaz de la Société africaine d’entreposage de produits pétroliers (Saepp). Cette deuxième sphère d’une capacité de 1 500 tonnes porte la capacité de production de la Saepp de 100 à 300 tonnes/jour de bouteilles de gaz butane. « Ce terminal gazier, qui dispose d’un système de sécurité ultra-moderne a, à ce jour, une capacité de stockage de 3 000 tonnes », souligne la Saepp. Il représente un investissement total de 13 milliards de F.CFA, dont 7 milliards pour cette deuxième phase. « Le site de la Saepp est dimensionné pour atteindre une capacité totale 4 500 tonnes à moyen terme, ce qui fera de lui le plus grand terminal privé d’Afrique de l’Ouest. 

Quelque 52 milliards pour Abidjan

Le président Alassane Ouattara a annoncé un programme d’investissements dans le district d’Abidjan. « Nous prévoyons d’intensifier les travaux dans les prochains 24 mois d’un montant de près de 52 milliards de F.CFA. » Ces investissements visent la modernisation des équipements de base d’Abidjan et des sous-préfectures de Songon (34 km à l’Ouest de la capitale), de Bingerville (18 km à l’Est) et d’Anyama (22 km au Nord). Ce programme comprend le bitumage de 108 km de routes d’une valeur de 40 milliards de F.CFA, un projet d’hydraulique et d’adduction en eau potable (forages, un château d’eau) d’un montant de 3,9 milliards de F.CFA, des investissements en électricité de 2,6 milliards de F.CFA,… et une enveloppe de 3 milliards de F.CFA pour la construction de salles de classe.

La région du Bounkani raccordée au réseau électrique 

Le Premier ministre, a procédé, à Bouna, chef-lieu de la région du Bounkani, au raccordement au réseau électrique national de 62 localités de cette région. Ce projet d’un coût de 13 milliards de F.CFA, dont 8 milliards financés par la BOAD et 5 milliards par l’État ivoirien, entre dans le cadre du programme national d’électrification rurale. Le raccordement de ces 62 localités fait passer de 1 % à 17 % le taux d’électrification du Bounkani. La réalisation de l’opération a nécessité une connexion avec le réseau ghanéen plus proche. Selon le gouvernement, 12 000 ménages et 200 000 habitants bénéficieront de ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts