Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Banque numérique : 4 millions de personnes ont choisi l’appli Ecobank

Révolution financière

L’Africa Digital Money and Banking Forum qui s’est tenu à Abidjan, en Côte d’Ivoire, au mois de mars, a mis l’accent sur la révolution des finances numériques sur le continent.

Robert Ochola, directeur de la stratégie à la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) était l’un des principaux intervenants. L’an dernier, Afreximbank a conclu un accord de financement du commerce de 500 millions $ avec Ecobank, considéré comme « une collaboration où tout le monde est gagnant », a commenté Ade Ayeyemi.

La présentation de Robert Ochola à la conférence d’Abidjan a fait connaître les initiatives technologiques menées par Afreximbank pour stimuler le commerce intra-africain : il s’agit d’une base de données permettant aux entreprises et aux banques d’Afrique de vérifier les informations concernant les clients, d’une plateforme de paiement transfrontalière et de l’utilisation de la blockchain pour faciliter le commerce intra-africain.

Ces initiatives complémentent l’appli Ecobank Mobile. Alors que l’appli stimule le commerce transfrontalier de détail, Afreximbank s’intéresse au commerce de gros intra-africain.

Présent au premier Forum Africa Digital Money and Banking, African Banker a eu l’occasion de s’entretenir avec Paul-Harry Aithnard, qui a participé à l’élaboration de la stratégie numérique de la banque de 2008 à 2012, alors qu’il était directeur de la recherche d’Ecobank. Aujourd’hui installé à Abidjan, il est directeur de la gestion des titres et des actifs à la banque.

« Ecobank devra numériser ses services ; nos clients doivent utiliser la banque numérique et l’Afrique doit se numériser. Cela signifie que nous devons automatiser notre façon de travailler, nos processus. C’est ainsi que nous améliorons notre productivité et notre rentabilité. C’est la première étape de la numérisation. La deuxième étape consiste à inciter nos clients à utiliser les services numériques. L’appli Ecobank Mobile est le principal outil de cette étape », a expliqué M. Aithnard.

Le spécialiste montre à quel point l’appli Ecobank Mobile est pratique : « On peut transférer de l’argent partout en Afrique et effectuer des paiements. Je peux envoyer de l’argent à mes parents au Togo, à mes filles ou à mon frère au Sénégal. Je paie la femme de ménage avec l’appli mobile ; elle n’a même pas besoin de l’appli. Il me faut simplement son numéro de téléphone ou un numéro de compte bancaire. C’est très pratique. » Il s’est également montré très enthousiaste sur la capacité de l’appli à encourager l’épargne des particuliers.

Un puissant levier

Selon le vice-président de la Banque africaine de développement, Pierre Guislain, « l’Afrique est un pionnier de la banque mobile et la finance numérique est un puissant levier à notre disposition pour transformer la vie des gens au bas de la pyramide ». « L’Afrique a considéra­blement bénéficié de la révolution du téléphone mobile », estime Pierre Guislain, en précisant qu’environ la moitié des services d’argent mobile se trouvaient en Afrique subsaharienne, où 80 % de la population a accès au téléphone mobile.

« L’Afrique est un pionnier du numérique et je suis convaincu que les outils numériques novateurs peuvent permettre une croissance inclusive dans les économies émergentes. La révolution numérique recèle le même potentiel aujourd’hui que le téléphone mobile il y a 20 ans. Nous devons libérer ce potentiel », soutient-il. Il ne fait aucun doute qu’Ecobank partagerait ce point de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts