Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Attijariwafa bank augmente son capital

La marocaine Attijariwafa bank propose à ses actionnaires de convertir en actions nouvelles le dividende exceptionnel qui doit être versé le 5 janvier 2021. Un moyen pour la banque de préserver sa trésorerie et de respecter plus aisément ses ratios prudentiels.

Par Kimberly Adams

Un cadeau de Noël gagnant-gagnant ? L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a visé, en date du 25 décembre 2020, le prospectus relatif à l’augmentation du capital social d’Attijariwafa bank.

La société propose la conversion optionnelle en actions des sommes mises en distribution au titre de dividende, à titre exceptionnel, au 5 janvier 2021, selon le document publié le 28 décembre par la Bourse de Casablanca. L’augmentation de capital avait été autorisée par l’assemblée générale extraordinaire tenue le 21 décembre 2020.

Attijariwafa bank a poursuivi, tout au long de l’année, sa mobilisation et son engagement solidaire envers ses clients dans les différents pays de présence afin de contribuer à atténuer les impacts de la crise.

Elle porte sur un montant maximum de 1,416 milliard de dirhams, pour 3,65 millions d’actions, au prix unitaire de 388 dirhams, soit une valeur nominale de 10 dirhams par action et une prime d’émission de 378 dirhams par action.

Ce, dans l’hypothèse où l’ensemble des actionnaires actuels d’Attijariwafa bank exercerait l’option de conversion totale en action. Le capital est détenu, à hauteur de 46,43%, par la holding Al-Mada, contrôlée par la famille royale du Maroc. Le « flottant » représente 20,27% des actions. L’offre sera effective du 14 janvier au 15 février.

L’émission est réservée aux détenteurs d’actions Attijariwafa bank à la veille de la date de détachement, donc le 4 janvier 2021. Les nouveaux titres seront mis à la cote le 3 mars. L’action Attijariwafa bank affichait une baisse de 12% entre le 15 décembre 2017 et le 15 décembre 2020 (-13% en un an), contre un recul de 8% pour l’indice MASI en trois ans.

Les principaux actionnaires sollicités

L’objectif de l’opération est de renforcer et maintenir les fonds propres réglementaires actuels et, par conséquent, de renforcer les ratios de solvabilité d’Attijariwafa bank. Elle vise également à financer le développement organique de la banque au Maroc et à l’international et à anticiper les différentes évolutions réglementaires dans les pays de présence, indique le document visé par l’AMCC.

À la connaissance du management, les principaux actionnaires n’ont pas donné d’engagement formel à la banque mais comptent participer à l’augmentation de capital par conversion optionnelle totale ou partielle des sommes mises en distribution.

Dans la proposition d’un dividende exceptionnel à ses actionnaires, la première partie porte sur un montant de 6,75 dirhams par action. Elle sera détachée le 31 décembre pour un paiement à partir du 13 janvier, a précisé la Bourse de Casablanca.

Cette opération intervient quelques semaines après la publication de résultats trimestriels faisant apparaître une détérioration des principaux comptes de gestion du groupe bancaire. Lequel est rattrapé, comme la plupart des groupes africains, par le ralentissement de l’activité économique et par sa participation à l’effort de redressement. La période est marquée par l’accroissement des risques, donc pour les banques, par des opérations de provisions, quand il ne s’agit pas de pertes sèches pour défaut. 

Détérioration des risques

Sur les neuf premiers mois de l’année, le résultat net consolidé et le résultat net part du groupe ressortent respectivement à 2,5 milliards de dirhams (-52,5%) et à 2 milliards de dirhams (-55,2%). Quant au coût du risque, il s’est établi à 4,6 milliards de dirhams, affichant une augmentation de 239 % comparativement à la même période de l’année 2019. « Ceci sous l’effet de la détérioration des risques et du provisionnement anticipatif et prudent liés à la crise sanitaire et ses effets sur l’environnement économique », précise un communiqué du groupe.

Cette évolution intègre notamment la baisse de la marge sur commissions (-9,2%) et des résultats des activités de marché (-18,5%) impactés par la crise sanitaire. Lors de la publication de ses résultats trimestriels, la banque revendiquait son soutien à plus de 32 900 entreprises marocaines, majoritairement des TPME, à travers la distribution de 27,1 milliards de dirhams de crédits additionnels depuis le début de la crise.

Attijariwafa bank a poursuivi, tout au long de l’année, sa mobilisation et son engagement solidaire envers ses clients dans les différents pays de présence afin de contribuer à atténuer les impacts de la crise. Au Maroc, cette mobilisation avait permis de financer, en date du 30 septembre, 5 595 jeunes entrepreneurs et porteurs de projets pour un montant de 1 milliard de dirhams, dans le cadre de l’initiative Intelaka.

Le groupe dirigé par Mohamed El Kettani a accordé 6,2 milliards de dirhams de crédits « Damane Oxygène », bénéficiant à 18 200 TPME et atteignant près de 35% de parts de marché. Elle a accordé 10,0 milliards de dirhams de crédits « Damane Relance », bénéficiant à 8 300 TPME.

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This