Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Algérie : Mohamed Skander, président de Jil FCE

Transfuge du monde de la finance, Mohamed Skander milite pour l’assouplissement des démarches et une meilleure disponibilité des financements pour les jeunes porteurs de projets.

Par Samia Lokmane-Khelil

Mohamed Skander est partout. Avec son allure de premier de la classe et son verbe posé, cet entre­preneur de 37 ans ne rate aucune occasion pour rendre plus visibles les aspira­tions des jeunes de son âge, engagés comme lui dans le monde des affaires.

C’est en sa qualité de président de Jil (« Génération ») FCE (Forum des chefs d’entreprise, princi­pale organisation patronale en Algérie) qu’il a pris part au conseil d’affaires algéro-francais. On l’a vu poser avec le président Emmanuel Macron, venu rencontrer des talents algériens au cours d’une visite éclair dans le pays.

Dans la foulée, Mohamed Skander a annoncé l’ouverture à Alger de l’École 42, un institut de formation numérique, qui a déjà son équivalent en France. Pour lui, l’accès aux nouvelles technologies est une des clés de succès de l’entreprise en Algérie.

Avant d’être élu à la tête de Jil FCE en janvier 2017, le jeune businessman avait déjà largement plaidé pour la digitalisation des procédures administratives qui doivent faciliter l’investissement privé. Il a notam­ment fait parler de lui en publiant une étude, en octobre 2016, sur les difficultés rencontrées par les jeunes pour monter des projets économiques.

À cette époque, l’entrepreneur faisait partie du conseil dirigeant de Jil FCE. Il s’oc­cupait de l’encadrement des jeunes patrons. Après avoir interrogé 620 d’entre eux, il est parvenu à identifier un certain nombre de freins à l’investissement comme la bureau­cratie et le manque de dispositifs de levées de fonds.

Au FCE, il avait été chargé par Ali Haddad de gérer un fonds de souscription propre à l’organisation, qui doit recueillir, à terme, plusieurs millions d’euros pour financer des start-up et des entreprises innovantes. « Un des plus grands projets au Jil FCE est de convaincre les investisseurs et les industriels d’investir dans des petits projets, mais aussi de convaincre les porteurs de projets d’aller chercher des grands investisseurs pour des projets plus importants », explique Mohamed Skander.

Lui-même a démarré de rien avec comme seuls bagages des diplômes en finances (Edhec Business School et Stockholm School of Economics) et une expérience profession­nelle de consultant et d’analyste chez EY et BNP Paribas en France et en Suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This