Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Uncategorized

Akinwumi Adesina, président de la BAD

ENCADRES

Les actions concrètes de la BAD

Au Maroc, le projet Ouarzazate conçu en deux phases fournira 500 MW d’énergie solaire concentrée. C’est la centrale solaire concentrée la plus grande au monde. Elle produira de l’énergie propre à un tarif abordable et compétitif tout en contribuant à la diversification du bouquet énergétique du Maroc et à la réduction des émissions de CO2.

Le projet d’interconnexion électrique Côte d’Ivoire-Liberia- Sierra Leone-Guinée renforcera la sécurité régionale et les efforts d’intégration économique globale des pays de l’Union du fleuve Mano avec la Côte d’Ivoire, grâce à la hausse du commerce de l’électricité et à la sécurité de l’approvisionnement en énergie. Le projet contribuera également à l’atténuation du changement climatique grâce au passage de la production d’énergie thermale à la production hydroélectrique.

En Afrique de l’Est, le projet d’autoroute électrique Éthiopie- Kenya, qui implique la construction d’une ligne de transport de 1 068 km avec une capacité de transfert de 2 000 MW dans l’un et l’autre sens, favorisera le commerce de l’énergie entre les pays de la région de l’Afrique de l’Est et servira de dorsale de transport pour relier les pools énergétiques en Afrique de l’Est, du Sud et du Nord.

Le corridor routier Dakar-Bamako a permis de quadrupler le volume du commerce bilatéral entre les deux pays tout en réduisant considérablement la durée de voyage des passagers et de transit des marchandises.

Au Sénégal, la participation de la Banque au projet d’autoroute Dakar-Diamniadio grâce à un prêt de 375 millions d’euros a attiré des emprunts et des prises de participation du secteur privé. Avec la réduction du temps de voyage qui passe de 90 minutes à 15 minutes, le projet a permis d’améliorer la mobilité urbaine dans la région métropolitaine de Dakar et a ouvert la banlieue de Diamniadio en tant que nouveau pôle de croissance urbaine.

La BAD appuie également le développement accéléré des « États fragiles », en particulier pour l’infrastructure, sa Facilité de rehaussement de crédit du secteur privé cible spécifiquement les transactions dans les pays fragiles et à faible revenu. Elle l’a ainsi mise à contribution pour octroyer un prêt de 20 millions de dollars à un producteur indépendant d’énergie (IPP) en Sierra Leone pour la construction et l’exploitation d’une centrale électrique d’une capacité de 50 MW, la plus grande centrale électrique de base dans le pays.

En 2016, la Banque a approuvé le financement de 1,7 milliard $ en faveur des opérations du secteur de l’électricité dans 19 pays et a mobilisé 5 à 7 milliards $ à cet effet. Cette enveloppe devrait passer à 2 milliards cette année. La Banque a constitué un fonds de 500 millions $ pour favoriser l’inclusion en matière d’énergie avec un capital initial de 100 millions, l’objectif étant de fournir des financements abordables aux entreprises qui investissent dans les énergies renouvelables.

« Nourrir l’Afrique est une priorité absolue », rappelle Akinwumi Adesina. La facture annuelle d’importation de produits alimentaires en Afrique, qui s’élève aujourd’hui à 35 milliards $, devrait atteindre 110 milliards d’ici à 2030. Pour inverser cette tendance, l’agriculture doit être considérée comme une activité commerciale. C’est pourquoi la Banque investira 24 milliards $ dans le secteur agricole africain au cours des dix prochaines années, en mettant l’accent sur l’autosuffisance alimentaire et l’agro-industrialisation. En 2016, la BAD a approuvé 29 opérations pour une enveloppe globale de 837 millions $ en faveur de 25 pays membres régionaux, +74 % en un an.

« Nous déployons également des efforts considérables pour améliorer l’image de l’agriculture auprès des jeunes et des entrepreneurs », poursuit le président de la BAD. Selon qui « le prochain groupe de milliardaires africains sera issu du secteur agricole et des industries agroalimentaires ». Dans cette perspective, la BAD aide les jeunes entrepreneurs à travers le programme phare « Enable Youth ». Quelque 34 pays ont manifesté leur intérêt pour ce programme. Et à ce jour, la Banque a approuvé des financements d’un montant total de 529 millions $ pour le Soudan, le Nigeria, la RD Congo, le Cameroun, le Malawi et la Zambie.

 

Akinwumi Adesina, Prix mondial de l’Alimentation

Le président de la BAD a remporté, le 26 juin à Washington, le prestigieux prix mondial de l’Alimentation 2017, doté de 250 000 $. Akinwumi Adesina est un ancien ministre de l’Agriculture et du développement rural du Nigeria.

Ce prix lui a été décerné par la Fondation mondiale du prix de l’alimentation en reconnaissance de ses réalisations dans le secteur de l’agriculture. Akinwumi Adesina encourage les changements dans l’agriculture africaine depuis plus de 25 ans et améliore la sécurité alimentaire pour des millions de personnes à travers le continent, précise la Fondation.

Depuis 1987, le prix mondial de l’Alimentation est décerné chaque année pour reconnaître les contributions dans tous les domaines de l’approvisionnement alimentaire mondial : la science et la technologie de l’alimentation et de l’agriculture, la fabrication, le marketing, la nutrition, l’économie, la réduction de la pauvreté, le leadership politique et les sciences sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts