Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Tribune

L’énigme de l’invasion étrangère

L’invasion de l’Ukraine par la Russie divisé l’opinion mondiale et, en Afrique, près de la moitié des pays ont refusé de la condamner. Peut-il y avoir de bonnes et de mauvaises invasions ? Lord Hain, qui a lui-même dû prendre des décisions sur les invasions lorsqu’il était membre du Cabinet britannique, propose son analyse.

 

Par Lord Peter Hain

Toutes les invasions étrangères sont-elles mauvaises ?  Ou peut-il y avoir de bonnes invasions ?  L’attaque barbare de la Russie contre l’Ukraine a divisé l’opinion des dirigeants africains, le Kenya étant le plus éloquent dans sa condamnation, l’Afrique du Sud faisant partie des hésitants.

Il est souvent difficile pour les faiseurs d’opinion européens ou américains de comprendre pourquoi les pays africains peuvent être allergiques aux interventions occidentales au nom de la « démocratie » et de la « liberté ».

Lord Hain est un ancien leader anti-Apartheid et ministre britannique.

Ses Mémoires, A Pretoria Boy : South Africa’s ‘Public Enemy Number One, ont été récemment publiées en Afrique par Jonathan Ball, et au Royaume-Uni par Icon Books.

Ils devraient se rappeler qu’après tout, il n’y a pas si longtemps, les Africains ont été privés de ces mêmes principes par les mêmes puissances coloniales occidentales et qu’ils ont dû se battre pour se libérer. Les Africains notent qu’en Amérique latine, les États-Unis ont, il n’y a pas si longtemps, défendu et armé des dictateurs , un général américain ayant déclaré : « Ce sont peut-être des salauds, mais ce sont nos salauds. » Et aujourd’hui, les États-Unis ferment les yeux sur la barbarie intérieure de leur allié, l’Arabie saoudite, l’invasion du Yémen et les guerres par procuration en Syrie et en Irak, tout en condamnant celles de la Russie.

Pourtant, après avoir été l’un des principaux militants de la campagne contre l’apartheid, et avoir intensément critiqué le rôle de la Grande-Bretagne dans l’enracinement du racisme, à la fois lorsque l’Afrique du Sud était sa colonie et pendant sa connivence ultérieure avec les dirigeants de l’apartheid, je suis moi-même devenu un envahisseur britannique d’un petit pays africain.

Qu’en est-il de la « responsabilité de protéger » des Nations unies, une doctrine universellement approuvée en 2005 pour justifier une intervention visant à mettre fin à un génocide ? Les Rohingyas persécutés au Myanmar et les Ouïgours en Chine pourraient bien penser qu’ils méritent une réponse, notamment de la part d’Africains habitués à la persécution.

Nouvellement nommé en tant que seul ministre britannique pour l’Afrique né sur le continent, j’ai été confronté presque immédiatement à une crise en Sierra Leone. Au début du mois d’août 1999, cinq soldats britanniques et d’autres soldats de la paix des Nations unies ont été capturés et retenus en otage par une faction rebelle meurtrière, le RUF. Ces soldats de la paix traversaient les collines d’Occra, à une quarantaine de kilomètres de la capitale, Freetown, pour aller chercher plusieurs centaines d’enfants et de jeunes femmes enlevés au cours d’une guerre civile brutale de huit ans. Le RUF était connu pour ses mutilations de bébés et d’enfants.

 

Une intervention saluée

J’ai agi immédiatement pour envoyer les forces spéciales britanniques en mission de sauvetage. L’équipe, ai-je déclaré à la radio de la BBC le 6 août 1999, n’était pas un groupe gung-ho, mais qu’il « contenait toute l’expertise, des militaires aux compétences de négociation de la police et au personnel du Foreign Office, pour négocier la libération de ces otages en toute sécurité. Nous voulons que cette affaire soit résolue de manière pacifique et tranquille, si cela est possible ».

Il m’a cependant semblé que les rebelles détenant les otages apprendraient également que les redoutables SAS britanniques venaient à leur rencontre, et quelques jours plus tard, les otages étaient libérés sains et saufs.

Un an plus tard, après avoir appris que Freetown risquait d’être à nouveau prise par les rebelles, le Premier ministre britannique, Tony Blair, a suivi ma recommandation et a envoyé environ 700 soldats britanniques sur place, soutenus par des avions, des hélicoptères et des navires de guerre transportant 800 Marines.

Bien qu’elle ait été demandée par le gouvernement élu de la Sierra Leone, cette initiative britannique unilatérale a reçu le soutien de la communauté internationale. Elle a permis de repousser les rebelles, de rétablir l’ordre et de sauver une mission des Nations unies sur le point de s’effondrer. Le pays est en paix depuis lors.

L’intervention britannique – « l’invasion étrangère », si vous voulez – a été largement saluée. Nous avons été traités en héros par la population locale, pour laquelle Tony Blair en reste un, comme il le fait au Kosovo après être intervenu militairement au milieu de l’année 1999 pour mettre fin au génocide de sa communauté musulmane.

 

Funeste doctrine

Tony Blair a présenté les arguments en faveur de l’« intervention humanitaire » dans un discours remarqué prononcé à Chicago le 22 avril 1999, en soutenant de manière convaincante que l’intervention étrangère, idéalement par l’ONU ou d’autres organisations internationales comme l’Union européenne, était un moyen d’éviter des catastrophes comme celles qui se sont produites en Bosnie et au Rwanda, lorsque le monde est resté les bras croisés au début des années 1990 face à un horrible génocide et à un nettoyage ethnique.

Toutefois, cette doctrine devait s’avérer à la fois fatale pour Tony Blair et fatale pour l’Irak.

J’avais été promu au Cabinet au début de 2003, lorsque Nelson Mandela – que je connaissais de longue date – m’a téléphoné.

L’appel de Mandela est intervenu peu de temps avant que Tony Blair ne soutienne le président George W. Bush dans l’invasion de l’Irak pour renverser son dictateur, Saddam Hussein, une intervention que Mandela a ouvertement condamnée.

Il était plus agité que je ne l’avais jamais vu, crachant presque le feu au bout du fil, me demandant de transmettre un message à Tony Blair, qui, chose inhabituelle, ne prenait pas son appel : « Une grosse erreur, Peter, une très grosse erreur. C’est une erreur. Pourquoi Tony fait-il cela, après tout son soutien à l’Afrique ? Cela va causer d’énormes dégâts au niveau international. » L’histoire a montré qu’il avait raison : l’invasion de l’Irak et ses conséquences ont été désastreuses.

La base sur laquelle notre gouvernement travailliste s’est joint à l’invasion, à savoir que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, chimiques, biologiques et une capacité naissante d’armement nucléaire, s’est révélée fausse par la suite.

Saddam avait éliminé tous ceux qui se trouvaient sur son chemin. Il a brutalement bafoué les droits de l’homme de ses compatriotes irakiens en recourant à la torture, à l’emprisonnement, à l’assassinat, au nettoyage ethnique et à la répression culturelle.

Il n’a cessé de prendre pour cible les Kurdes irakiens et les musulmans chiites, utilisant de manière choquante des armes chimiques contre les Kurdes à Halabja au printemps 1988 et contre les Iraniens pendant la guerre Irak-Iran. On estime que pendant son mandat, Saddam a orchestré le meurtre de trois millions de musulmans, pour la plupart chiites.

Il a envahi le Koweït en 1990, semant la désolation et la destruction, incendiant des champs pétrolifères en représailles contre les armées alliées, qui l’ont forcé à se retirer. Il a provoqué une guerre sanglante de huit ans en envahissant l’Iran, avec un nombre effroyable de victimes – les estimations varient entre un demi et un million de morts, entre un et deux millions de blessés, et environ 2,5 millions de réfugiés.

 

Une leçon salutaire

On a tendance à oublier tout cela lorsqu’il s’agit de juger pourquoi l’invasion de l’Irak s’est néanmoins révélée si néfaste. Près de vingt ans plus tard, son impact continue de faire des ricochets et de déclencher l’instabilité, les conflits et de nouvelles tueries dans la région. C’est pourquoi très peu de personnes, voire aucune, ne la défendent encore.

L’Afghanistan est un autre cas salutaire. Avec un large soutien international, il a été envahi fin 2001 pour éradiquer Al-Qaïda d’Oussama Ben Laden et empêcher une répétition du 11-septembre.

Mais à quel prix ? La situation de l’Afghanistan est-elle vraiment meilleure aujourd’hui ?  Il a toujours repoussé les envahisseurs étrangers, et il a fini par le faire à nouveau, les nations les plus puissantes du monde se retrouvant humiliées, comme l’avaient été les soldats russes dans les années 1980.

Quant à la Libye, les envahisseurs européens ont empêché en 2011 un massacre de communautés à l’est du pays par l’armée du colonel Kadhafi, et le Premier ministre britannique, David Cameron, a ensuite été acclamé par les foules à Tripoli lors de sa visite. Mais le pays a rapidement sombré dans des guerres civiles ethniques menées par des seigneurs de la guerre, devenant également un pôle d’attraction pour les djihadistes, juste de l’autre côté de la Méditerranée, en Europe.

L’Irak, l’Afghanistan et la Libye montrent que même les invasions bien intentionnées, pour renverser un dictateur assoiffé de sang ou pour empêcher un génocide, peuvent avoir des conséquences graves et imprévues, surtout en l’absence de plans post-invasion crédibles.

Aucun démocrate ne peut certainement défendre le massacre et la dévastation de l’Ukraine par Vladimir Poutine : il s’agit d’une invasion étrangère terrible, avec des répercussions géopolitiques sismiques.

Pourtant, même les invasions bien intentionnées doivent être évaluées avec une extrême prudence, notamment en raison de leurs conséquences involontaires.

Et qu’en est-il de la « responsabilité de protéger » des Nations unies, une doctrine universellement approuvée en 2005 pour justifier une intervention visant à mettre fin à un génocide ? Les Rohingyas persécutés au Myanmar et les Ouïgours en Chine pourraient bien penser qu’ils méritent une réponse, notamment de la part d’Africains habitués à la persécution.

Photo : Des soldats ukrainiens sur un char T-72 près de Lyman, dans l’est de l’Ukraine, le 24 avril 2022, au milieu de l’invasion russe de l’Ukraine. (Photo de Yasuyoshi Chiba pour l’AFP)

 

Desmond Tutu, l’indomptable champion de la justice

@NA

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts