Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Transport

Tanger Med voit plus grand

Tanger Med est le premier port à conteneurs d’Afrique. Les dernières installations du nouveau terminal sont achevées. Tanger Med souhaite figurer parmi les vingt premiers ports mondiaux, en triplant ses capacités. Retour sur une ambition marocaine.

Rabat, Olivier Deau

Il est une des infrastructures marocaines les plus emblématiques de ces deux dernières décennies, « un projet de règne », rappellent les médias marocains.

Initialement, le projet de nouveau grand port se trouvait sur la façade Atlantique avant que les tergiversations autour de ce premier chantier n’en décident autrement.

Malgré les contraintes géologiques, le Maroc décida que le port Tanger Med serait localisé à l’embouchure du détroit, au point le plus proche des côtes européennes, juste en face du rocher de Gibraltar et du port espagnol d’Algésiras, déjà en pleine croissance.

Le pari était de se hisser au niveau de la concurrence européenne et d’attirer une partie de la manne de la centaine de milliers de navires passant par le détroit, soit plus d’un tiers du trafic maritime mondial.

Bénéficiant d’accord de libre-échange avec l’Europe ou les États-Unis, Tanger Med devait servir de levier permettant aux investisseurs de transformer localement au moins 30 % de lavaleur d’un produit avant de le réexporter vers des marchés développés.

« Il y avait de la place pour un grand port de transbordement et de fragmentation au sud de la Méditerranée. Tanger Med a su être plus que cela, le port a structuré toute une partie de l’écosystème de la région septentrionale du pays », explique Amine Laghidi, consultant et vice-président de l’Asmex (Association marocaine des exportateurs).

Le directeur du port de Tanger Med 1, Rachid Houari, explique la recette : « La plupart des navires que nous accueillons proviennent d’Asie et correspondent aux plus grands gabarits mondiaux, des bateaux capables de transporter 15 000 à 20 000 conteneurs. Les conteneurs sont alors rechargés sur des bateaux plus petits à destination de l’Afrique de l’Ouest, qui représente 40 % de notre trafic sortant, ou vers l’Amérique latine. »

Tanger est une plateforme logistique à la connexion des continents. L’argument géographique fait mouche, encore fallait-il le concrétiser par un fonctionnement aux meilleurs standards.

La stratégie payante du transbordement

L’embouchure du détroit affiche un trafic de plus de 3 millions de conteneurs pour Tanger Med 1 contre 4,5 millions de conteneurs pour Algésiras en 2018. « Le pari sur des équipements en eaux profondes a été payant pour Tanger qui fait partie d’un petit club de ports dans le monde, capable d’accueillir les plus gros navires de fret avec un tirant d’eau de 18 mètres », fait observer un spécialiste du secteur.

L’orientation sur l’activité de transbordement est en synergie avec l’expansion du commerce maritime international, entraîné par les exportations de produits manufacturés venus d’Asie.

Malgré le repli en 2009, dû à la crise économique, le trafic maritime mondial n’a jamais cessé de croître, et avec lui le volume de conteneurs, qui est passé de 1,2 milliard de tonnes chargées à 1,7 milliard de tonnes au niveau mondial, entre 2008 et 2016, soit plus de 5 % de croissance annuelle. Tanger est inséré sur les routes mondiales des porte-conteneurs dont le nombre est celui en plus forte croissance parmi les flottes mondiales.

« Sa force tient dans sa productivité, nous sommes en capacité d’avoir des coûts très compétitifs, mais aussi atteindre 40, parfois 45 mouvements par heure sur les grues, ce qui nous classe parmi les meilleurs », explique Rachid Houari.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts