Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Transport

Côte d’Ivoire : La croissance par le port d’Abidjan

Abidjan et San-Pedro se modernisent et se placent au coeur de la croissance de l’Afrique de l’Ouest.

Par JO, envoyé spécial en Côte d’Ivoire

À peine sortie de la crise politico-mili­taire, les Ivoiriens ont intensifié la construction d’infrastructures et investi massivement dans les outils de production. Au chapitre des transports, la modernisation et la construction de ports commencent à porter leur fruit.

En 2016, le Port autonome d’Abidjan (PAA) a enregistré un léger repli de 0,9% du trafic en volume, avec 21,73 millions de tonnes contre 21,93 millions en 2015. Mais il n’en demeure pas moins que le PAA a conso­lidé ces dernières années son leadership face à la concurrence sur la côte ouest-africaine.

Le quasi-maintien du trafic global doit se comparer avec une hausse de 4,3 % des marchandises générales et de 12,4 % du trafic de pêche. Le trafic en transit vers les pays voisins comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger a baissé de 15 %. Le directeur général du PAA Hien Sié indique que « le lancement de grands projets industriels dans ces pays augure de bonnes perspectives d’une redyna­misation de ces échanges, dès 2017 ».

Reprise

En 2012, la Côte d’Ivoire avait lancé un programme pour rénover et adapter les infrastructures portuaires aux exigences du secteur. Cette modernisation, nécessitant de lourds travaux, avait entraîné une certaine congestion du trafic et un temps d’attente plus long. Avec notamment des pertes et le tassement du trafic vers les pays limitrophes non bordés par la mer.

Les autorités portuaires ont accéléré la réalisation du nouveau quai RoRo et l’édi­fication de l’ensemble des caissons néces­saires à la construction du second terminal à conteneurs. Sans compter l’élargissement et l’approfondissement de la passe d’entrée du canal de Vridi, la modernisation du port de pêche, la création de terrains industriels, et le quai du nouveau môle du port de pêche entré en exploitation…

Ces initiatives ont eu des conséquences sur la bonne tenue du PAA avec l’augmenta­tion du trafic des conteneurs pleins autour de 2,5 % en 2016 et surtout le satisfecit exprimé par la note A+ octroyée par l’agence finan­cière Bloomfield.

Globalement en 2016, le trafic national a été satisfaisant. Le trafic maritime a atteint plus de 21,73 millions de tonnes et les produits de la pêche ont tourné autour de 832 893 t. Dans les transits vers les pays de l’hinterland, 1,2 million de tonnes de marchandises ont été acheminées au Burkina Faso, 710 000 t au Mali, 18 900 t au Niger, tandis que 41 530 t partaient pour les pays côtiers. Au port de commerce en 2016, ce sont 4 049 navires qui sont entrés et sortis, et 1 441 au port de pêche.

Modernisation accélérée

L’accent a été mis sur l’amélioration de la situation financière par la surveillance des ratios de gestion et de structure finan­cière. Le PAA entend renforcer sa stratégie commerciale et consolider sa part de marché face aux ports concurrents. Il s’est aussi doté d’un nouveau Système d’information portuaire (SIP) dans le but de fluidifier les escales et les trafics, et d’assurer un meil­leur traitement des factures liées à ses pres­tations diverses.

De nouveaux équipements et véhicules permettent de rajeunir le parc. L’environnement n’est pas laissé de côté. Abidjan a obtenu le renouvellement de la certification du PAA à la norme ISO 9001 et surtout la certification à la norme environne­mentale ISO 14001. La poursuite des investis­sements en matière sécuritaire a valu à la Côte d’Ivoire l’obtention des normes du code ISPS pour ses installations portuaires.

Les quatre phares côtiers du pays ont été réhabilités dans les villes de Port-Bouët, Sassandra Tabou et Jacqueville. Des bouées nouvelle génération dotées de systèmes d’identification automatique (AIS). Le système d’information géographique (SIG phase 2) a été mis en oeuvre. Cette volonté de modernisation est affirmée par le ministre des Transports Amadou Koné : « Nous sommes en train de concrétiser un investissement de 850 milliards de F.CFA (1,3 milliard d’euros) au port d’Abidjan » pour le rendre dynamique et en faire un puissant levier de développe­ment de sorte qu’« en 2019, le port d’Abidjan soit davantage compétitif». 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts