Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Thierry Nyamen, PDG de NTFoods Tanty

Patron de Tanty, une entreprise agroalimentaire, Thierry Nyamen s’est lancé le défi de nourrir les Africains avec les matières premières qu’ils produisent. Depuis 17 ans, son entreprise connaît une ascension fulgurante en grignotant les parts de marché des multinationales.

Douala, Frédéric Nonos

Comment faire pour que l’argent reste au Cameroun ? Il faut créer de la richesse surtout dans la chaîne de valeur. C’est ce qu’aime répondre Thierry Nyamen lorsqu’il lui est demandé d’expliquer sa succes story. « Je rêvais d’une carrière de médecin dans les années 1990, parce qu’elle était idéale pour les étudiants de cette époque. »

Baccalauréat scientifique en 1989 en poche, Thierry Nyamen bénéficie d’une bourse d’études de son pays et s’envole pour l’université technique d’État agricole de Kharkov en Ukraine. Il en sort docteur en technique de mécanisation agricole et major de sa promotion. Il conçoit, pour sa thèse, une machine qui transforme l’arachide en poudre et en huile. Il rentre au bercail en 1999.

Thierry Nyamen est un homme d’affaires atypique qui entend faire du « Made in Cameroon » son cheval de bataille.

Avec ses diplômes, il affronte la dure réalité du chômage, déposant 750 candidatures sans réponse. Le déclic se produit lorsqu’il demande à sa mère de lui envoyer de la pâte d’arachide. Elle parvient à les griller, mais une panne d’électricité l’empêche de les écraser au moulin. Thierry Nyamen n’accepte pas qu’une banale coupure d’électricité puisse le priver de sa pâte d’arachide. Il décide alors de se lancer à son propre compte en valorisant la transformation des produits agricoles locaux. Il commence par concevoir et vendre une poudre d’arachide pour permettre aux femmes de concocter une sauce en quelques minutes sans effort.

En 2001, il enrichit une bouillie avec ces arachides grillées en poudre. C’est la naissance et le début du succès de la bouillie Tanty, aujourd’hui porte-étendard de son entreprise.

Il réussit à vendre sa bouillie sur le marché et réunit 150 000 F.CFA comme capital, et crée NTFoods avec comme unique employée sa mère. Il est récompensé de plusieurs prix, dont le prix spécial du président de la République assorti de 10 millions de F.CFA et celui de la meilleure invention de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI).

En 2016, l’État lui offre une commande pour plus de 100 millions de F.CFA de sa bouillie de maïs pour secourir les réfugiés fuyant la secte Boko Haram. Des fonds qu’il a réinvestis dans la production et qui lui permettent d’étendre sa gamme de produits 100 % naturels, dont la bouillie pour enfants, la bouillie pour adultes et les produits à grignoter, à savoir des croquettes, des chips, des caramels, des cacahuètes, des chapelures, des huiles végétales, etc. 

Très rapidement, Tanty devient leader de la gamme des céréales infantiles. La marque s’identifie à ce jour à 36 produits présents dans plus de 1 500 points de vente, des boutiques, des pharmacies, des supermarchés. Son produit phare, qui constitue à près de 80 % son chiffre d’affaires de 500 000 F.CFA, reste les céréales au soja à destination des enfants.

Une expertise partagée

Son succès, il le fonde sur le rapport qualité-prix de ses produits qui n’ont rien à envier aux concurrents. Il est décidément un homme d’affaires atypique, qui aime certes des défis, mais qui est d’abord et avant tout un patriote. Il entend faire du Made in Cameroon son cheval de bataille. Enseignant à l’université catholique d’Afrique centrale, Sup de Co et ISTAG, Thierry Nyamen est aussi consultant pour la Francophonie en matière d’entrepreneuriat jeune.

Une expertise qu’il met également au service de quelque 200 jeunes impliqués dans le succès de Tanty au siège de son entreprise au quartier Messamendongo à Yaoundé. Une jeunesse, se réjouit le jeune patron de 49 ans, qui croit à ses valeurs. Confiant, le patron de NTFoods considère que d’autres défis restent encore à relever.

Notamment, il faut expliquer aux Camerounais que le marché est vaste et qu’il ne sert à rien de laisser perdurer des guerres internes entre compatriotes. Les prédateurs, considère-t-il, sont les multinationales qui viennent « manger chez nous avec la pelle pendant que nous nous utilisons la cuillère avec des fourchettes ». Il faut croire aux talents et démontrer leur savoir-faire. 

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • AfroChampions : La force de l’initiative…

    L’initiative AfroChampions veut transformer et développer le continent. Quelques mois après son lancement officiel, elle continue de mobiliser les acteurs majeurs du secteur privé africain. …

  • Le Gabon agricole du ministre Moussavou

    Face aux défis de l’agriculture au Gabon, un meilleur système d’accès à la propriété foncière et l’amélioration des infrastructures représentent les principaux éléments de réponse, …

  • Afrique : Accélérer sa transformation…

    L’année 2018, est-elle historique ? La signature des accords visant à la création de la Zone de libre-échange en Afrique, soutenue par l’initiative AfroChampions et …

  • Le bois, l’or brun du Gabon

    « Faire du Gabon un leader mondial du bois tropical certifié » telle est l’ambition annoncée par le chef de l’État à l’horizon 2025. Ambition …

  • Gabon : Restructuration de l’agriculture

    L’État s’est engagé dans une vaste restructuration du secteur agricole, appuyé par les bailleurs de fonds, résolument décidé à respecter les objectifs de la Déclaration …

  • Gabon, en quête d’un nouveau souffle

    Pour sortir de l’ambiance d’attentisme de ces dernières années, le Gabon se lance dans une nouvelle dynamique : revitaliser la vie politique par de nouvelles …