Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Terrorisme

Terrorisme : La fin de Boko Haram

Au cours des derniers mois, des milliers de combattants de Boko Haram se sont rendus aux autorités nigérianes et camerounaises. Pourquoi ?

Par Neil Ford et SD

Certes il y a plusieurs raisons à la désintégration rapide de cette organisation terroriste, mais si les causes profondes de ce qui a conduit à sa création ne sont pas abordées, un autre groupe pourrait prendre le relai.

La présence de Boko Haram en Afrique de l’Ouest a atteint un point crucial, alors que des milliers de militants se seraient rendus aux autorités et que les efforts pour endiguer le financement du groupe ont finalement donné des résultats positifs.

Le terrorisme organisé est un monstre à tête d’hydre – une tête coupée et deux apparaissent à sa place. La seule façon de le vaincre est de de neutraliser le cœur de la bête qui se trouve généralement dans la pauvreté et le désespoir. 

Si la chute de l’Afghanistan a des leçons durables à nous apprendre, c’est que les bombes et les balles ne gagneront pas contre le terrorisme. Le développement et l’espoir pourraient être les vraies armes contre le terrorisme.

Pourtant, même si Boko Haram devait être fatalement atteint, un autre groupe islamiste est prêt à prendre sa place. Les perspectives d’une paix durable seront limitées tant que subsisteront les causes sous-jacentes ayant forgé la naissance de ce phénomène.

Boko Haram a été fondé en 2002. Il a lancé ses premières opérations militaires il y a 12 ans. On estime que le conflit qui en a résulté a contribué à la mort d’environ 350 000 personnes, avec jusqu’à 3 millions de déplacés supplémentaires.

Les opérations meurtrières du groupe ont dévasté une large partie du nord-est du Nigeria, y compris le bassin du lac Tchad ; avec des violences qui se sont propagées dans les États voisins du Tchad, du Cameroun et du Niger.

Les militaires des pays touchés ont mis en place la Force multinationale mixte dans le bassin du lac Tchad pour coordonner leurs opérations, mais le groupe a rebondi après chaque revers.

Début septembre, l’armée nigériane a signalé que 5 890 combattants de Boko Haram s’étaient rendus au cours des semaines précédentes, bien qu’il semble probable que ce chiffre inclut les familles des militants ainsi que les combattants eux-mêmes.

Quoi qu’il en soit, il est clair qu’un nombre important a renoncé au combat. Il existe également une certaine incertitude quant à savoir si le chiffre comprend la reddition de plus de 1 500 militants au Cameroun, que le gouvernement nigérian souhaite voir rapatrier.

Des centres de démobilisation ont été mis en place au Nigeria pour prendre en charge les anciens militants, tandis que le Cameroun a créé son propre centre de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR).

Le déclin apparent de la fortune de Boko Haram semble être le résultat d’un conflit avec un autre groupe islamiste ainsi que des opérations de l’armée nigériane et de ses alliés.

Il y a eu de violents combats entre Boko Haram et une faction issue de ses rangs rebaptisée Province d’État islamique d’Afrique de l’Ouest (ISCAP).

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a été tué dans des combats avec l’ISCAP en mai, se donnant apparemment la mort alors qu’il était sur le point d’être capturé. Bien que les précédentes allégations de sa mort se soient avérées inexactes, cette fois, même les membres de Boko Haram les ont confirmées.

Si l’organisation est sur le point d’être remplacée, sa disparition a été assez rapide. Le groupe avait mené un certain nombre d’attaques meurtrières au cours de la semaine précédant l’annonce des défections de l’armée nigériane, avec 26 soldats tchadiens tués début août et 16 soldats nigériens cités parmi les victimes plus tard dans le mois.

Compte tenu de la perte apparente de son bastion éloigné de la forêt de Sambisa (nord-est du Nigeria) au profit de l’ISCAP en mai, il semble plus probable que Boko Haram puisse se désintégrer, mais même s’il devait être dissout, il existe une crainte très réelle que l’ISCAP ou un autre groupe vienne combler le vide.

L’armée nigériane n’a pas pu vaincre Boko Haram dans la forêt de Sambisa, de sorte qu’un autre groupe pourrait facilement utiliser le même environnement difficile. Certains militants ne voudront sans doute pas abandonner le combat et pourraient exploiter les ingrédients qui ont déclenché le conflit en premier lieu, notamment les perspectives économiques limitées, la corruption et le changement climatique.

L’ISCAP tenterait de mettre en place un gouvernement rival, finançant des projets de développement et prélevant des impôts, dans le but de gagner le soutien populaire. De tels actes ne sont pas négligeables dans un pays aux services publics officiels limités.

Réadaptation et réinsertion

Il est vital que des investissements substantiels soient réalisés dans le nord-est du Nigeria, à la fois pour aider à reconstruire la région pour ses habitants et pour endiguer les causes sous-jacentes du conflit. De plus, des programmes de réhabilitation pour les anciens combattants et leurs familles, y compris l’éducation, la formation, l’emploi et les logements, sont nécessaires pour donner un sens à leur vie dans un avenir pacifique. Certains sont eux-mêmes victimes de la violence, contraints de rejoindre le groupe contre leur gré, tandis que d’autres sont des adhérents plus convaincus et d’autres encore se situent dans une zone grise quelque part entre les deux extrêmes.

Le programme de déradicalisation et de démobilisation du gouvernement nigérian offre aux anciens insurgés six mois de soutien à la réadaptation, y compris une formation et des conseils.

Cependant, un tel soutien est contesté par les déplacés dans la région. Ils affirment qu’ils ne peuvent pas accéder eux-mêmes à ces niveaux de soutien similaires et estiment que les anciens combattants sont récompensés pour leur violence.

Les processus de paix et de réconciliation ailleurs sur le continent ont connu un certain succès, mais il y a un sentiment au Nigeria que les militants se sont rendus pour éviter à la fois la violence des factions rivales et la justice de l’État.

Réintégrer d’anciens combattants dans leurs villages d’origine sera un énorme défi : certains terrorisés y voient le prix de la paix, tandis que d’autres disent ne pas vouloir vivre aux côtés de leurs anciens bourreaux.

Certaines communautés ont déjà refusé d’accepter les plus de 1 000 anciens insurgés qui ont terminé leurs programmes de réhabilitation. Il est facile de comprendre pourquoi, mais les anciens combattants sans espoir d’un avenir meilleur sont plus susceptibles de reprendre les armes. La réconciliation sans le côté « vérité » du « processus de vérité et de réconciliation » est largement considérée comme un moteur de paix beaucoup moins efficace.

Comme toujours, le groupe terroriste est né d’un sous-développement de longue date, en l’occurrence dans le nord-est du Nigeria. En particulier, le réchauffement climatique et la surexploitation de l’eau ont vu le lac Tchad rétrécir massivement pendant de nombreuses années, de sorte qu’il n’a plus que 10% de sa taille des années 1960.

Des ressources en eau limitées ont entraîné des conflits ethniques et culturels entre les agriculteurs sédentaires et les éleveurs du bassin, créant un environnement que Boko Haram a pu exploiter. Les mêmes facteurs environnementaux ont alimenté les combats dans tout le Sahel.

Couper le soutien

Un autre moyen important de calmer l’insurrection, que ce soit sous la forme de Boko Haram, de l’ISCAP ou d’un autre groupe islamiste, est de couper le soutien financier.

Il y a eu diverses allégations concernant le soutien à Boko Haram au sein de l’establishment, y compris le financement de centaines de cambistes et d’autres professionnels, et des informations de renseignement transmises par les services de sécurité et l’armée nigérianes au groupe.

Six Nigérians ont été reconnus coupables d’avoir financé Boko Haram aux Émirats arabes unis en 2019, mais l’identité des personnes faisant l’objet d’une enquête au Nigéria n’est généralement pas révélée malgré les informations officielles selon lesquelles un grand nombre de personnes est impliqué.

Certaines sources affirment que Boko Haram est financé par de riches sympathisants, y compris des chefs religieux. Et il y a eu des allégations selon lesquelles le groupe terroriste  a obtenu des armes en raison de l’incompétence militaire ou de la collusion.

Certains ont affirmé que les dirigeants politiques des États du nord-est travaillent avec Boko Haram lui fournissant de l’argent en échange d’une action armée contre les opposants politiques.

Toutes ces formes de soutien pourraient tarir, bien que Boko Haram génère également des revenus grâce aux piliers du crime organisé, tels que l’extorsion, l’enlèvement, la contrebande, le vol et le trafic de drogue et d’êtres humains.

Le groupe impose également des prélèvements aux pêcheurs du lac Tchad, parfois en collusion avec l’armée.

Le terrorisme organisé est un monstre à tête d’hydre – une tête coupée et deux apparaissent à sa place. La seule façon de le vaincre est de de neutraliser le cœur de la bête qui se trouve généralement dans la pauvreté et le désespoir.

Si la chute de l’Afghanistan a des leçons durables à nous apprendre, c’est que les bombes et les balles ne gagneront pas contre le terrorisme. Le développement et l’espoir pourraient être les vraies armes contre le terrorisme.

@NF et SD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts