Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Terrorisme

Sahel : Fin de l’Opération Barkhane, nouvelles forces spéciales annoncées

Le président de la République française Emmanuel Macron a annoncé jeudi 10 juin 2021 lors d’une conférence de presse la mutation et donc la fin de l’Opération Barkhane au Sahel.

Par Véronique Clara-Véronne

Justifiant sa décision, le président Emmanuel Macron a évoqué la nécessité d’une « transformation profonde » de la présence militaire de la France et la mise en place d’une alliance internationale anti-djihadiste au Sahel.

Le combat contre le terrorisme sera fait « avec des forces spéciales structurées autour de (l’opération) Takuba avec évidemment une forte composante française – avec encore plusieurs centaines de soldats – et des forces africaines, européennes, internationales ».

A cet effet, il a assuré qu’« à l’issue de consultations, nous amorcerons une transformation profonde de notre présence militaire au Sahel ». Ce qui signifie clairement la « fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure » et la mise en œuvre « d’une alliance internationale associant les États de la région ».

La conséquence d’une telle décision est immédiate en ce sens que, selon  le président français, la « transformation profonde » de l’opération Barkhane au Sahel entraînera la fermeture de bases de l’armée française. La priorité sera mise sur la lutte contre les djihadistes par les forces spéciales.

Archives : Le président Macron avec ses homologues du G5 Sahel à Pau

 

Précisément le combat contre le terrorisme sera fait « avec des forces spéciales structurées autour de (l’opération) Takuba avec évidemment une forte composante française – avec encore plusieurs centaines de soldats – et des forces africaines, européennes, internationales ».

Cette force, rassure le Président a « vocation à faire des interventions strictement de lutte contre le terrorisme ».

Cette décision du président Macron intervient quelques semaines après un deuxième coup d’Etat en huit mois au Mali concerné par Barkhane. Mi-février, lors d’un sommet avec les partenaires du G5 Sahel (Tchad, Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie), le chef de l’Etat français avait annoncé que Paris ne comptait pas réduire « dans l’immédiat » les effectifs de « Barkhane ».

Toutefois il avait indiqué une stratégie de sortie, à la faveur de renforts européens prêts à les rejoindre, alors que la France combat massivement les djihadistes au Sahel depuis le début de 2013 avec aussi des forces africaines notamment l’armée tchadienne.

VCV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts