Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Terrorisme

Attaque terroriste 20 morts : « Nous ne laisserons pas », Roch Kaboré

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a sonné la mobilisation à la suite de l’attaque terroriste meurtrière intervenue dimanche contre un détachement de la gendarmerie nationale de la ville de Inata : Grave bilan, au moins 32 morts, dont 28 officiers de la police militaire et quatre civils.

Par Véronique Clara-Véronne

Trente-deux morts, dont 28 gendarmes et quatre civil, selon un bilan provisoire officiel établit à la suite de l’attaque terroriste menée dimanche par des djahadistes au nord du Burkina Faso. Un bilan initial faisait état de 20 morts. Trois jours de deuil national ont été décrétés. Malgré cela, le président Roch Marc Christian Kaboré ne s’est pas apitoyé sur son sort et celui de ses compatriotes. 

A LIRE EGALEMENT

L’Afrique de l’Ouest déclare la guerre à AQMI, EI et à Boko Haram

Il s’est montré combatif en soutenant que « Nous ne laisserons pas saper les fondements de notre Nation ». Et pour se faire il a sonné la mobilisation en assurant aux Burkinabé que « nous devons rester soudés et déterminés face aux forces du mal qui nous imposent une guerre sans merci ». Le président a aussi salué « la mémoire de nos vaillantes FDS tombées sur le champ d’honneur. Condoléances aux familles éplorées ».

A LIRE AUSSI

Burkina Faso : L’armée neutralise et terrorise les terroristes

Depuis plusieurs années maintenant, le Burkina Faso est en proie aux attaques des djihadistes occasionnant blessés et morts. Et en juin dernier, ces attaques s’étaient amplifiées en plusieurs semaines. A bout de patience, la population avait menacé de se rendre justice.

A LIRE EGALEMENT

Le président Roch Kaboré : « Vaincre l’ennemi est un impératif »

Une situation qui pouvait vite déraper. Roch Marc Christian Kaboré, le président burkinabé, l’avait compris et s’était adressé à son peuple et avait souligné que « vaincre l’ennemi (djihadiste était) un impératif ».

Cinq mois plus tard la situation sécuritaire est de plus en plus critique. Le Burkina Faso n’est pas loin de basculer…

@VCV

Quelques extraits du discours du président Kaboré

« C’est avec beaucoup d’affliction que je prends la parole au sortie du Conseil des ministres au sujet du drame d’Inata. Drame dont l’onde de choc a été importante au niveau des différentes couches sociales de notre pays. Cette situation a amené des réactions diverses que je comprends fort bien. Car il faut le dire.

Il ne peut pas être normal en ce moment, que l’Armée qui doit être la structure la mieux organisée, que dans cette armée, nous ayions des dysfonctionnements à un niveau si important ; des dysfonctionnements concernant les questions de l’alimentation, des dysfonctionnements concernant les questions logistiques et autres.

Cela est inacceptable et c’est pourquoi je comprends fort bien les différentes réactions de colère qui sont exprimées çà et là.

Je voudrais d’ores et déjà dire que les instructions ont été données pour qu’une enquête administrative soit faite sur l’ensemble de cette question. Nous ne devons plus entendre parler des questions d’alimentation dans notre Armée.

Nous ne devons plus entendre parler des questions de primes dans cette Armée. Nous devons mettre nos hommes dans toutes les conditions qui leur permettent d’affronter le terrorisme avec l’ensemble du courage et de la détermination qu’il faut.

Je voudrais par ailleurs, et surtout, présenter mes condoléances et celles du gouvernement à toutes les familles qui ont été touchées par ce drame, et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés. 

Autant je comprends les réactions de colère qui sont exprimées çà et là, autant je voudrais appeler l’ensemble des Burkinabè à ce que à la mémoire de l’ensemble de ces personnes qui sont tombées au combat pour le Burkina Faso, nous observions une certaine compassion, une certaine dignité pour accompagner les familles éplorées dans leur dure épreuve.

C’est une nécessité, c’est un devoir des autres, parce que ceux qui sont partis sont partis dans le combat qu’ils mènent pour défendre le territoire du Burkina Faso. Et nous devons leur donner cet honneur de rester sereins, de pouvoir les accompagner, de pouvoir soutenir leurs familles, afin que nous puissions prendre l’ensemble des mesures que requiert la situation.

Je voudrais également préciser qu’un Conseil supérieur de la Défense nationale sera convoqué incessamment, pour faire le point de l’ensemble de ces dysfonctionnements et prendre les dispositions qui s’imposent.

D’ores et déjà, nous avons pris un certain nombre de mesures, et je dis et je répète, qu’au terme de l’enquête, l’ensemble des personnes qui seront concernées dans cette question relative à Inata feront l’objet de sanctions disciplinaires sans exception. Je le précise très bien, sans exception ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts