x
Close
Société

Une formation pour la sécurité alimentaire

Une formation pour la sécurité alimentaire
  • Publiéjuillet 4, 2024

L’AFD et ses partenaires proposent une formation en ligne, ponctuée d’un séjour au Maroc, afin de se familiariser avec l’ensemble des dynamiques en faveur de la sécurité alimentaire.

 

Le fait est établi : la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest est confrontée à une crise de sécurité alimentaire et nutritionnelle : des taux de dénutrition sévère élevés y côtoient une forte prévalence des carences nutritionnelles et de la suralimentation. Ce que la FAO nomme « le triple fardeau de la malnutrition ».

Les formateurs proposeront en ligne des modules de cours pour couvrir un socle commun de connaissances et concepts, qui seront ensuite travaillés de manière itérative durant l’école d’été.

Le coût élevé des aliments constitue un obstacle majeur à l’accès à une alimentation saine. Même avant la récente inflation des prix alimentaires mondiaux, les prix alimentaires étaient déjà 30 % à 40 % plus élevés en Afrique de l’Ouest que dans d’autres régions du monde au niveau de revenu comparable, soulignait une étude publiée durant l’été 2023 par l’OCDE. Qui soulignait que la forte variabilité des coûts et de leur composition observée entre les pays souligne la nécessité de politiques alimentaires plus ciblées et sensibles à la nutrition, mais aussi de données sur les prix alimentaires et de capacités de suivi renforcées.

Pour lutter contre ce fléau, plusieurs approches, plusieurs techniques. Qu’il s’agit d’apprendre et de maîtriser, pour les Africains. Par exemple, les stratégies de lutte contre la faim et les systèmes d’alerte précoce se concentrent souvent sur les zones rurales et l’identification des crises alimentaires, plutôt que sur les tendances à plus long terme. Bien que chaque année plus fournies, les données sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations urbaines, en forte croissance, sont rares et parcellaires.

La sécurité alimentaire en Afrique est au cœur des enjeux socio-économiques et politiques du continent et par là, intrinsèquement liée à d’autres problématiques africaines contemporaines, telles que la santé des sols, souligne de son côté l’Agence française de développement. Associée à d’autres institutions qui mettent leur savoir en commun, l’AFD  propose, dans une formation, une approche transversale de la problématique, qui prenne en compte l’ensemble des dynamiques à l’œuvre. « L’accès à l’alimentation est une priorité afin d’atteindre l’Objectif de développement durable 2 « faim zéro« . » Les partenaires sont l’Université Mohamed-6 Polytechnique (UM6P), l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), la chaire Unesco Alimentations du monde.

Ouvert à une cohorte de trente participantes et participants d’Afrique francophone et anglophone, dès septembre 2024, un programme de formation en ligne proposera une vision systémique abordant les axes majeurs liés au sujet : histoire et contextualisation de la sécurité alimentaire en Afrique, approche One Health, enjeux de la production durable, innovations, accessibilité de l’alimentation et juste rémunération des producteurs en Afrique.

 

Un temps privilégié

Cette formation s’adresse à des « jeunes leaders » du secteur agricole et alimentaire représentant la diversité de la filière. Ils participeront, à l’issue de cette formation « MOOC » à une école d’automne qui se déroulera fin octobre au Maroc, sur le campus de l’UM6P à Ben Guerir.

Les étudiants pourront bénéficier d’une approche systémique, transversale et contextualisée de la sécurité alimentaire en Afrique, vivre une expérience transformationnelle au Maroc, intégrer une communauté continentale d’acteurs et d’actrices engagés, accélérer l’impact de leurs actions en découvrant des initiatives inspirantes.

Les formateurs proposeront en ligne des modules de cours pour couvrir un socle commun de connaissances et concepts, qui seront ensuite travaillés de manière itérative durant l’école d’été. Les participants se rendront au Maroc en octobre, pour une semaine. « Ce temps privilégié en présentiel permettra de créer une véritable cohésion de groupe et d’expérimenter des méthodes d’apprentissage innovantes pour approfondir le sujet et manipuler différemment les concepts et connaissances transmis en amont », relève la plaquette de présentation de la formation.

 

La formation s’adresse à des jeunes professionnels travaillant dans un secteur lié à la sécurité alimentaire en Afrique. Il peut s’agir d’agriculteurs, d’agronomes, de membres d’ONG développement rural, de responsables d’organisations de producteurs, d’entrepreneurs, de conseillers agricoles, etc.

 

*****

En bref

Inquiétudes à l’Est

 

Bien que leur nombre ait reculé en juin 2024, 66,7 millions de personnes vivant la Corne de l’Afrique souffrent d’une grande insécurité alimentaire, selon la FAO et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

Les deux organisations précisent que 39,1 millions de ces personnes vivent dans six des huit pays membres de l’IGAD : Djibouti, le Kenya, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et l’Ouganda.

Toutefois, selon leur rapport publié le 3 juillet 2024, le nombre de personnes en insécurité alimentaire a diminué de près de 11% en juin, passant donc en un mois de 74,9 à 66,7 millions. Pour autant, les conflits, l’inflation, les épidémies et le manque d’accès à une alimentation nutritive et à de l’eau potable pèsent sur la sécurité alimentaire en Afrique de l’Est.

Le Soudan, la Somalie, le Kenya, l’Éthiopie et le Soudan du Sud ont récemment subi de fortes précipitations provoquant de vastes inondations. Le rapport souligne que l’Afrique centrale et orientale abritent de nombreux réfugiés et déplacés, notamment en Ouganda, au Kenya et en Éthiopie, où l’accès limité aux ressources et les faibles moyens de subsistance aggravent la situation alimentaire.

@NA

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *