Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

TrustAfrica : Sus aux violences faites aux femmes

L’organisation TrustAfrica a lancé depuis deux ans un projet dont l’objectif est de s’attaquer à la violence basée sur le genre. Dans ce prolongement, elle organise un panel en ligne mardi 08 décembre 2020 de 15h à 16h30 GMT.

Par Kimberly Adams

Dans cette période de la Covid-19, les violences liées au genre s’en trouvent exacerbées. L’organisation TrustAfrica a pensé que c’est dès maintenant qu’il faut envisager des réponses pour l’après-Covid-19. Aussi a-t-elle réuni des sommités en vue de soutenir les initiatives en cours et la mobilisation pour enrayer la violence basée sur le genre.

Ce n’est assurément pas un webinar de trop, car les objectifs visés tournent autour de questionnements préoccupants tels que le renforcement du plaidoyer en faveur de la lutte contre les VBG et la contribution aux efforts de mobilisation

Le Docteur Ebrima Sall, directeur exécutif de TrustAfrica et son organisation, estiment que cette violence s’exprime en tant qu’obstacle persistant, parmi d’autres, à l’autonomisation des femmes francophones en Afrique occidentale, notamment dans trois pays prioritaires : Le Sénégal, le Burkina Faso et le Mali.

La Fondation s’y est investie à travers la transformation des normes sociales, la recherche, l’assistance technique et le renforcement des capacités.

Avec la pandémie mondiale de la Covid-19, les principaux facteurs de risque et actes de violence contre les femmes et les filles, se sont intensifiés, surtout avec la fermeture des établissements scolaires et universitaires et le confinement.

En plus de la violence physique et verbale, de nombreuses filles ont dû interrompre leurs études.

TrustAfrica, avec ses partenaires, a pu répondre immédiatement à la crise, en mettant en place un mécanisme d’intervention rapide pour soutenir les initiatives qui abordent ces questions dans ce nouveau contexte.

Ce contexte s’y prête donc avec la campagne internationale des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre (VBG), et à cet effet donc TrustAfrica organise un panel de discussion pour soutenir ses initiatives en cours, mobiliser les acteurs et partager les connaissances avec les différents acteurs.

Ce n’est assurément pas un webinar de trop, car les objectifs visés tournent autour de questionnements préoccupants tels que le renforcement du plaidoyer en faveur de la lutte contre les VBG et la contribution aux efforts de mobilisation ; le partage des meilleures pratiques de réponse communautaire à travers une étude de cas ; visibiliser le travail de TrustAfrica sur la question.

Hadja Idrissa Bah, activiste guinéenne pour les droits des femmes

Les résultats de  telles actions favoriseront une meilleure connaissance des VBG dans la région en étude, des meilleures pratiques de lutte communautaire à partager ; Une meilleure visibilité du travail des organisations de la société civile qui luttent contre les VBG en Afrique.

Ce panel de demain se fera en ligne avec un groupe d’experts. On annonce la présence de Coumba Touré, présidente du conseil d’administration de TrustAfrica, comme modératrice à la suite des exposés de la Conférencière principale et des autres intervenants.

Dans l’intimité de ce webinar, il y aura un discours d’ouverture prononcé par Natalia Kanem (Directrice exécutive du FNUAP) et l’allocution de clôture sera l’affaire du Dr. Ebrima Sall (Directeur exécutif de TrustAfrica). Quant à Fatou Sow (Professeure émérite à l’université Cheikh Anta Diop, sociologue, et chercheure à l’IFAN et au CNRS sur les questions de genre en Afrique), elle abordera la question des « défis de l’activisme contre les violences faites aux femmes : le cas des mouvements sociaux ».

Campagne de TrustAfrica contre la violence liée au genre

Dans ses roues, Idrissa Ouedraogo (Conseiller Genre, UNFPA*, FNUAP), parlera de « l’importance de la mobilisation des bailleurs pour une réponse rapide à la violence basée sur le genre ».

De son côté Adama Nayete (Chargé de programmes à l’ONG ADE Sahel – Alternative pour le développement et l’environnement au Sahel, bénéficiaire de subvention pour le projet VBG), il insistera sur « l’évolution des normes sociales : un exemple de succès ». Enfin, pour sa part Olivia Tchamba, précédemment Responsable du projet VBG à TrustAfrica analysera l’intérêt de « partager les expériences pour générer un changement social ».

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts