Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Traite des personnes : Niamey et Lagos à la pointe de la lutte

Le Niger et le Nigeria ont procédé à Abuja à la signature d’un Protocole d’accord sur la lutte contre la traite des personnes.

Par Marie-Anne Lubin

Les deux Etats ne veulent pas briller par un laxisme en matière de lutte contre la traite des personnes.

Pour les deux Etats, par cet acte, il s’agit aussi de protéger, de réhabiliter et de réintégrer les victimes de traite dans leur environnement d’origine.

Le Niger et le Nigeria ont donc paraphé jeudi un document conjoint visant à combattre ce phénomène.

A travers l’Agence nationale de lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants pour le Niger et l’Agence nationale pour l’interdiction de la traite des enfants pour le Nigeria, deux  structures de mise en œuvre des politiques nationales en matière de lutte contre la traite des personnes, le couple a pris date avec l’histoire.

Pour l’occasion, le Niger a fait les choses en grand, car sa délégation à Lagos était forte d’une dizaine de membres conduite par Ousmane Mamane  (directeur général de l’ANLTP).

Cette débauche d’énergie du Niger s’explique notamment par le fait que ce pays est un carrefour migratoire majeur en Afrique occidentale.

Il s’est donc impliqué activement dans la lutte contre la traite des personnes précisément celle des femmes et des enfants.

En raison de l’ampleur de ce dramatique phénomène le Niger et le Nigeria ont décidé de s’engager plus que jamais, à travers ce protocole d’accord de coopération en vue de prévenir, d’éradiquer et de sanctionner cette honteuse traite ; qui constitue un fléau dont l’impact très négatif sur le bien-être des populations est palpable.

Pour les deux Etats, par cet acte, il s’agit aussi de protéger, de réhabiliter et de réintégrer les victimes de traite dans leur environnement d’origine.
A travers la signature de ce parchemin Ousmane Mamane (Niger) et Dr Fatima Waziri (Nigeria) renforcent ainsi la coopération entre les deux pays et leurs deux peuples.

La cérémonie s’est déroulée en présence l’ambassadeur Akinremi Bolaji (Nigeria) et Boubacar Seyni (Niger).

La signature de ce protocole a été rendue possible grâce à l’appui financier des Pays-Bas à travers sa structure – ICMPD – International Center for Migration Policy Development.
@Malu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts