Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Vaccin anti-Covid : Covax planifie les premières livraisons

Le Mécanisme Covax a annoncé la signature d’un accord d’achat anticipé avec Pfizer portant sur jusqu’à 40 millions de doses du vaccin candidat Pfizer-BioNTech, qui a déjà reçu l’autorisation d’utilisation d’urgence de l’OMS.

Par la rédaction

Le Mécanisme Covax est une initiative mondiale qui vise à assurer un accès rapide et équitable aux vaccins contre la Covid-19 pour tous les pays, quel que soit leur niveau de revenu.

Dès les accords d’approvisionnement négociés et mis en œuvre, le déploiement commencera.

Pour atteindre l’objectif, qui est de disposer de deux milliards de vaccins sûrs et efficaces en 2021, le Covax a établi un portefeuille varié de vaccins candidats, ce qui limite les risques en cas d’échec à l’étape de la mise au point d’un produit, de sa production ou des procédures réglementaires, tout en garantissant la disponibilité de vaccins adaptés à différents contextes et environnements.

Afin de s’acquitter de sa mission qui est d’accélérer la mise à disposition des vaccins dans les pays à faible revenu et d’aider à mettre un terme rapide à la phase aiguë de la pandémie de Covid-19, le Mécanisme a également confirmé qu’il exercerait une option – par le biais d’un accord existant avec le Serum Institute of India (SII) – pour recevoir ses 100 premiers millions de doses du vaccin développé par AstraZeneca/Oxford University et fabriqué par le SII.

Sur ces 100 premiers millions de doses, la majorité devraient être livrées au premier trimestre de l’année, l’autorisation d’utilisation d’urgence de l’OMS étant imminente.

Le processus d’examen de l’OMS, qui est actuellement en cours, fait suite à l’approbation par le Drugs Controller General of India (l’organisme national indien de réglementation) pour un usage limité dans les situations d’urgence plus tôt ce mois-ci ; il s’agit d’un aspect essentiel pour s’assurer que la qualité de tout vaccin acheté par le Covax est pleinement garantie en vue d’un usage international.

Selon la dernière mise à jour de l’OMS, une décision concernant ce vaccin candidat est attendue d’ici la mi-février. 

Le mécanisme Covax prévoit également que, par le biais d’un accord existant avec AstraZeneca, au moins 50 millions de doses supplémentaires du vaccin AstraZeneca/Oxford seront disponibles pour livraison aux participants du Covax au premier trimestre 2021, l’autorisation d’utilisation d’urgence par l’OMS du réseau de fabrication spécifique au Covax pour ces doses étant imminente. Une décision sur ce vaccin candidat étant également attendue de l’OMS en février. 

« Ce jour marque une nouvelle étape importante pour le Covax : l’approbation réglementaire du vaccin candidat d’AstraZeneca/Oxford et la conclusion de l’accord d’approvisionnement pour le vaccin Pfizer-BioNTech étant imminentes, nous prévoyons de pouvoir commencer les livraisons des vaccins vitaux contre la Covid-19 d’ici la fin février.

Ce n’est pas seulement important pour le mécanisme Covax, c’est aussi un grand pas en avant pour un accès équitable aux vaccins, et un élément essentiel de l’effort mondial pour vaincre cette pandémie. Nous ne serons en sécurité nulle part si nous sommes pas en sécurité partout », a déclaré le Dr Seth Berkley, directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du vaccin, qui dirige les achats et livraisons pour le mécanisme Covax.

Les activités de préparation, conduites par l’OMS, l’Unicef et Gavi, sont déjà bien avancées pour permettre au mécanisme Covax de livrer les vaccins aux pays et territoires pouvant bénéficier de ce soutien par l’intermédiaire de l’AMC, Gavi mettant 150 millions USD à disposition sur ses fonds de base pour apporter un appui initial, à l’effet catalyseur, à la préparation et à la livraison.

« Le déploiement urgent et équitable des vaccins n’est pas seulement un impératif moral, c’est aussi un impératif pour la sécurité sanitaire, un impératif stratégique et économique », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Cet accord avec Pfizer contribuera à permettre au mécanisme Covax de sauver des vies, de stabiliser les systèmes de santé et de stimuler la reprise économique mondiale. »

S’appuyant sur les travaux des derniers mois pour soutenir les efforts de préparation des pays, un « portail sur la préparation des pays » sera lancé par l’OMS ce mois-ci, qui permettra aux participants de l’AMC de soumettre des plans nationaux définitifs de déploiement et de vaccination. Il s’agit d’une étape essentielle avant de procéder aux attributions, afin de s’assurer que les doses livrées pourront être efficacement déployées et de déterminer où, le cas échéant, un soutien supplémentaire est nécessaire.

« Ces accords d’achat ouvrent la voie à la mise à disposition de ces vaccins vitaux pour les populations des pays les plus vulnérables », a déclaré la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore. « Mais alors même que nous nous assurons de la disponibilité des vaccins, nous devons également veiller à ce que les pays soient prêts à les recevoir, à les déployer et à leur faire confiance. »

Le mécanisme Covax a pour objectif de fournir aux 190 pays et territoires participants une estimation des doses qui seront allouées d’ici la fin du mois. Cette estimation fera office pour les participants d’orientations provisoires grâce auxquelles ils auront à disposition un scénario minimal de planification qui leur permettra de se préparer à l’allocation définitive du nombre de doses que chacun recevra lors des premières distributions de vaccin.

Le point sur l’approvisionnement

Le Covax a maintenant passé des accords qui lui permettront d’avoir à accès à un peu plus de deux milliards de doses de plusieurs vaccins candidats prometteurs. Les négociations se poursuivent afin d’obtenir des doses supplémentaires dans le cadre des accords de recherche-développement existants passés par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), qui codirige le COVAX, ainsi que grâce à l’évaluation de nouveaux produits aux résultats prometteurs et grâce aux contributions des donateurs.

En s’appuyant sur ces éléments, le Covax devrait pouvoir fournir aux pays et territoires participants des doses de vaccins sûrs et efficaces à partir du premier trimestre 2021, en quantité suffisante pour protéger les soignants, les autres personnels de première ligne, ainsi que certaines populations à haut risque.

L’objectif est de vacciner au moins 20 % de la population de chaque pays ou territoire participant avant la fin de l’année, sauf si un participant demande un pourcentage de doses moins élevé.

Avant la fin de l’année 2021, au moins 1,3 milliard de ces doses seront mises à la disposition des 92 pays et territoires remplissant les conditions requises pour participer au système de garantie de marché du Covax coordonné par Gavi.

Pour atteindre l’objectif, qui est de disposer de deux milliards de vaccins sûrs et efficaces en 2021, le Covax a établi un portefeuille varié de vaccins candidats, ce qui limite les risques en cas d’échec à l’étape de la mise au point d’un produit, de sa production ou des procédures réglementaires, tout en garantissant la disponibilité de vaccins adaptés à différents contextes et environnements.

Les efforts se poursuivront au même rythme afin d’être en mesure de fournir davantage de vaccins utilisables par différentes populations dans différents contextes en 2021 et au-delà.

« À ce jour, les avancées dans la mise au point des vaccins sont extraordinaires, et il ne fait aucun doute que nous sommes maintenant en train de nous doter des outils nécessaires pour mettre un terme à la phase aiguë de la pandémie. Mais, étant donné la vitesse à laquelle cette pandémie continue de faire des ravages, nous ne pouvons pas nous permettre de ralentir nos efforts », a expliqué le Dr Richard Hatchett, directeur général de la CEPI.

« L’émergence de nouveaux variants de la Covid-19 a mis en évidence combien il est important que nous ayons un coup d’avance sur le virus, en continuant à investir dans la recherche-développement sur les vaccins – en particulier dans le domaine des vaccins candidats de nouvelle génération ; nous devons être prêts face aux changements de souche dans les vaccins existants. Cela doit nous permettre de garantir que nous disposerons à long terme des outils nécessaires pour répondre aux besoins de toutes les populations dans tous les pays. »

LR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts