x
Close
Société

Progrès et risques nouveaux face au terrorisme

Progrès et risques nouveaux face au terrorisme
  • Publiédécembre 3, 2020

L’IEP redoute que cette tendance ne se poursuive en raison du ralentissement économique prolongé causé par la Covid-19, qui risque d’accroître l’instabilité politique et la violence. Toutefois, l’institut constate une diminution des incidents et des décès liés au terrorisme depuis mars 2020, dans toutes les régions du monde.

« Il est important que les initiatives de lutte contre le terrorisme ne soient pas réduites en raison de la diminution des dépenses du gouvernement, du fait du ralentissement économique. » La réduction de l’aide internationale pour les opérations antiterroristes dans la région MENA et en Afrique subsaharienne pourrait s’avérer contre-productive.

Le coût du terrorisme

Concernant les pays occidentaux, Thomas Morgan, chargé de recherche senior à l’IEP, explique les résultats qui montrent qu’entre 2011 et 2019, les émeutes et les manifestations violentes ont augmenté de 277 %. « On craint sérieusement que la détérioration des conditions économiques n’entraîne l’aliénation d’un plus grand nombre de personnes et ne les expose à la propagande extrémiste. »

La baisse du terrorisme s’accompagne d’une réduction de l’impact économique mondial du terrorisme : son coût direct aurait diminué de 25 % pour s’établir à 16,4 milliards de dollars. Comparativement à d’autres formes de violence comme les homicides, les conflits armés et les dépenses militaires, le terrorisme représente une faible part du coût total de la violence à l’échelle mondiale.

Cependant, les véritables répercussions économiques du terrorisme sont beaucoup plus importantes car ces chiffres ne tiennent pas compte des répercussions indirectes sur les entreprises, les investissements et les coûts associés aux organismes de sécurité dans la lutte contre le terrorisme.

En Afrique, sur les 18 principaux pays touchés par le terrorisme, neuf sont en conflit et un, le Soudan, souffre d’une forte fragilité institutionnelle et sociale. En 2019, l’impact économique du terrorisme en Afrique a atteint de 13 milliards $, soit une multiplication par 9 depuis 2007.

L’impact du terrorisme en Afrique au cours de la dernière décennie est estimé à 171,7 milliards $. Cette estimation ne tient pas compte du manque à gagner en matière d’investissements, de l’activité informelle perdue, des dépenses supplémentaires engagées dans la lutte contre le terrorisme et du coût des personnes déplacées… À noter que le Maroc, sévèrement noté dans les éditions précédentes de l’indicateur, revient au rang « très faible impact » du terrorisme.

PF

 

 

 

Écrit par
Par Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *