Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Mesurer la marche vers les ODD

Les Nations unies ont conçu une plateforme en ligne chargée de recueillir un maximum d’informations concernant les progrès accomplis vers la réalisation des Objectifs de développement durables en Afrique. Un outil précieux destiné à devenir une référence.

Par Véronique Clara-Véronne

Une étape importante vers la réalisation de l’Agenda 2030 de l’Afrique. C’est ainsi que les 17 structures régionales des Nations unies, réunies au sein de la Plateforme de collaboration régionale pour l’Afrique (PCR), présentent leur nouveau-né. En l’occurrence, la Plateforme de données de l’ONU pour l’Afrique, au service du développement : ecastats.uneca.org/africaundata.

« La transformation de l’Afrique nécessite des données de qualité, opportunes et désagrégées pour guider les investissements ciblés et garantir les rendements souhaités dans le développement de son capital humain, la viabilité environnementale, la transformation économique et la prospérité pour tous », explique Oliver Chinganya, statisticien de la CEA.

Il s’agit de la première plateforme à servir de référentiel, à guichet unique, qui recueille et stocke des données et des preuves de haute qualité sur le Programme 2030 et les ODD (Objectifs de développement durable) de tous les pays africains. C’est aussi la première initiative du genre à estimer ces données à l’aune de la vision de l’Union africaine – Agenda 2063.

« Alors qu’il ne reste plus que neuf ans pour atteindre les ODD, il est essentiel d’utiliser des données communes et harmonisées pour accélérer les progrès », fait observer Ahunna Eziakonwa, sous secrétaire générale de l’ONU. Selon celle qui est également directrice du Bureau africain du Programme de l’ONU pour le développement, « le lancement de cette nouvelle plateforme marque une étape importante dans les actions en faveur de l’Agenda 2030 et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine ».

Elle considère que des données fiables et collectives « permettront à tous les acteurs de prendre les meilleures mesures politiques possibles fondées sur des données probantes pour accélérer les ODD, renforcer la collaboration, éviter les dédoublements inutiles et s’assurer que nous pouvons combler les lacunes, ne laissant vraiment personne de côté ».

Le nouveau portail de données examine les 17 objectifs de développement durable et les décompose en 169 cibles et 231 indicateurs, permettant à chacun de suivre les progrès. Il est ouvert à tous les utilisateurs, y compris les décideurs, les planificateurs, les gestionnaires de programmes, les partenaires de développement, les organisations du secteur privé, les groupes de la société civile, les institutions universitaires, les chercheurs, les étudiants, les médias et bien d’autres.

Un outil de décision

Selon les statisticiens de la CEA (Commission économique des Nations unies pour l’Afrique), parmi les 169 objectifs fixés dans les ODD, seulement 30% d’entre eux sont quantifiables. Pour le reste des cibles non quantifiables, la plateforme en ligne propose des valeurs cibles en utilisant une approche pragmatique et ambitieuse. Elle identifie les pays en suspens de la région et définit leur taux de variation moyen comme taux cible de la région.

« La présentation d’ensembles de données complets et pratiques nous aidera particulièrement, nous, fonctionnaires du gouvernement, à suivre les progrès, à prendre des décisions judicieuses et à évaluer les résultats et les impacts », se réjouit par exemple Saulos Chilima, vice-président du Malawi.

Cette plateforme de données est un outil en ligne attendu depuis longtemps pour nous permettre d’effectuer des analyses approfondies et des évaluations des progrès aux niveaux de l´objectif et de l´indicateur, et de les relier à nos plans nationaux de développement. »

Le moteur de recherche donne également aux utilisateurs la possibilité de classer les statistiques selon diverses dimensions, telles que le regroupement des données des huit communautés économiques régionales, des pays les moins avancés, des pays en développement, des producteurs de pétrole ou en minéraux… En outre, il reconditionne les données par questions thématiques clés (santé, agriculture, énergie).

« La transformation de l’Afrique nécessite des données de qualité, opportunes et désagrégées pour guider les investissements ciblés et garantir les rendements souhaités dans le développement de son capital humain, la viabilité environnementale, la transformation économique et la prospérité pour tous », explique Oliver Chinganya, statisticien de la CEA.

Ce portail unique permet aussi d’éviter les multiples requêtes qui encombrent les ordinateurs de toutes les structures des Nations unies, notamment celles de la CEA, dont il ne fera, sur le fond, que regrouper les données.

@VCV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts