Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Lutter contre la désinformation à l’aide de la technologie

Les CDC Afrique, associés à Co-creation Hub, ont sélectionné huit start-up du continent qui aident à informer les populations sur l’épidémie de coronavirus. Elles diffusent, de manière pratique et ludique, des informations fiables sur la maladie et les moyens de la combattre.

Par NAF

Les Centres africains de contrôle des maladies (CDC Afrique) ont été à l’avant-garde de la coordination de la réponse de l’Afrique à la pandémie mondiale de la Covid-19. Pour lutter contre la maladie dans le continent, dès le 22 février 2020, l’Union africaine, à travers le CDC Afrique, a convoqué une réunion d’urgence des ministres africains de la Santé.

Alors que le continent s’efforce de contenir la pandémie, ce modèle de partenariat tirant parti de l’écosystème de l’innovation en Afrique est un moyen prometteur et efficace de communication. Des approches innovantes, agiles, réactives et transformatrices permettent une meilleure mise en œuvre des politiques.

La réunion a souligné, entre autres éléments, l’urgence de mettre en œuvre une stratégie de communication efficace en vue d’assurer la diffusion en temps réel des informations relatives à la Covid-19 aux populations. Très tôt, il a fallu lutter contre la désinformation, qui exacerbait les idées fausses ; lesquelles génèrent la panique et sont susceptibles d’entraver les efforts de réponse et de gestion de la pandémie en Afrique.

Afin de relever ce défi, l’Africa CDC s’est associé à Co-creation Hub (CcHUB), un centre d’innovation panafricain et un laboratoire de design, dans le cadre d’un partenariat public-privé, grâce au soutien de la GIZ Data (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit).

Impact

L’objectif de ce partenariat est de coordonner le développement et la diffusion en Afrique de matériels d’information adaptés. Diverses plateformes et supports tels que des bandes dessinées, des vidéos, des animations, des gifs, des SMS interactifs, des applications mobiles, des illustrations, etc., ont été développés. Elles facilitent des communications innovantes basées sur les langues africaines locales dans les communautés semi-urbaines et rurales du continent.

Sur plus de 2 800 candidatures en provenance de 43 pays africains, huit start-up de communication et de création ont été sélectionnées et financées pour participer au projet. Plus de cinq millions de personnes ont été directement touchées grâce à cette initiative déployée dans une vingtaine de langues africaines.

Quelques exemples des travaux des start-up sélectionnées :

Zikoko a créé un microsite qui met à jour le nombre de cas enregistrés en Afrique. L’entreprise a également produit des vidéos pédagogiques, exprimées en trois langues africaines, qui fournissent des informations vérifiées sur le coronavirus. Zikoko a pu toucher plus de 500 000 personnes à travers le continent, via son site Web et les réseaux sociaux.

Flare exploite le plus grand réseau d’ambulances à travers le Kenya et, grâce à l’agrégation de centaines d’ambulances sur sa plateforme, la société a pu former 400 ambulanciers sur les protocoles de gestion des patients atteints de la Covid-19. Flare a également créé du contenu numérique dans le même but sur son site Web et son application Android.

Guereza Animation publie des dessins animés racontant des histoires et du folklore africains. L’équipe a créé des séries de bandes dessinées qui donnent les informations clés sur la maladie dans trois langues africaines, en plus du français et du portugais. Ces publications, diffusées à 100 000 exemplaires, expliquent comment tout le monde, y compris les enfants, peut jouer un rôle dans l’aplatissement de la courbe.

Le processus

Brck fournit des informations pertinentes sur les coronavirus aux utilisateurs. Son projet Covid-19 est déroulé via la plateforme Moja, sur des sites gratuits fixes et mobiles. Les informations créées ont généré plus de 30 000 interactions au total, 960 utilisateurs ayant répondu aux sondages.

Capital Power Multimedia a créé quinze vidéos animées localisant les informations relatives à la pandémie, ce dans six langues africaines. Les créateurs ont noué des partenariats pour atteindre plus de cinq millions de personnes. Ils ont également signé un accord avec Kanuri TV pour la diffusion des vidéos dans les communautés rurales, y compris les camps de déplacés à Yobe, Borno et autour du lac Tchad.

 Creative Nestlings a conçu une série de mini-bandes dessinées partageant des informations vérifiées sur le coronavirus, ce dans quinze langues d’Afrique australe.

 Chekkit a créé une plateforme qui interagit directement avec le public en utilisant SMS et USSD pour partager des informations, des enquêtes, des quiz et signaler les cas suspects. Ces outils ont pu atteindre plus de 12 000 personnes avec plus de 50 000 messages USSD et plus de 40 000 sondages.

NiftyWorks a produit de courtes séries animées en anglais et en kiswahili pour donner des informations clés sur la pandémie. Les vidéos ont été partagées via les réseaux sociaux et ont atteint plus de 20 000 personnes.

Alors que le continent s’efforce de contenir la pandémie, ce modèle de partenariat tirant parti de l’écosystème de l’innovation en Afrique est un moyen prometteur et efficace de communication. Le partenariat entre le CDC Afrique et le Co-Creation Hub démontre les nouvelles opportunités qui s’offrent aux institutions continentales, régionales et nationales. L’introduction d’approches innovantes, agiles, réactives et transformatrices permet une meilleure mise en œuvre des politiques.

Le Dr John N. Nkengasong, directeur du CDC Afrique est reconnaissant du soutien de la GIZ qui a permis d’atteindre plus de 5 millions de personnes directement et plus de 20 millions indirectement face à la pandémie de la Covid-19 .

NAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts