x
Close
Société

Les vaccins antipaludiques enfin disponibles

Les vaccins antipaludiques enfin disponibles
  • Publiénovembre 23, 2023

La campagne massive contre le paludisme, attendue depuis longtemps va pouvoir débuter, annoncent l’OMS et le dispositif Gavi. Après le Cameroun, d’autres pays comme le Burkina Faso recevront les premières doses. La prévention reste indispensable.

 

« Le monde a besoin de bonnes nouvelles – et celle-ci en est une », se réjouit David Marlow, directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du vaccin.

Le 21 novembre 2023, 331 200 doses de vaccins antipaludiques sont arrivées à Yaoundé, au Cameroun ; cette étape marque le début des livraisons vers les pays qui n’avaient pas participé au programme pilote. « C’est le signe que le déploiement de la vaccination contre le paludisme dans les zones les plus à risque du continent africain va bientôt commencer », se félicite l’OMS.

Qui rappelle les ravages de cette maladie, qu’il est pourtant possible de vaincre : dans le monde, un enfant de moins de cinq ans meurt du paludisme pratiquement toutes les minutes. En 2021, 247 millions de cas de paludisme ont été recensés dans le monde, et 619 000 patients en sont morts ; la quasi-totalité des cas se situe en Afrique.

« Nous nous engageons à faire en sorte que le vaccin atteigne les enfants éligibles et nous encourageons tous les parents à profiter de cette intervention qui peut sauver des vies. »

La logistique est au rendez-vous : le Burkina Faso, le Libéria, le Niger et la Sierra Leone devraient recevoir 1,7 million de doses du vaccin conçu par le laboratoire GSK – baptisé « RTS,S » – dans les semaines qui viennent, et d’autres pays africains devraient à leur tour recevoir des doses dans les mois à venir. En effet, plusieurs pays en sont maintenant à l’étape finale de préparation pour l’introduction du vaccin antipaludique dans leurs programmes de vaccination de routine, et les premières doses devraient être administrées au cours du premier trimestre 2024.

C’est que l’arrivée d’un tel produit ne s’improvise pas : il faut former le personnel de santé, investir dans les infrastructures et les équipements (notamment de stockage), mobiliser les populations, etc. D’autant que le vaccin antipaludique doit être administré selon un schéma en quatre doses, ce qui nécessite une planification encore plus minutieuse.

 

Forte adhésion

Depuis 2019, le Ghana, le Kenya et le Malawi administrent le vaccin dans certains de leurs districts, selon un schéma à quatre doses qui débute vers l’âge de 5 mois. Ces districts avaient été sélectionnés pour le programme pilote, connu sous le nom de Programme de mise en œuvre du vaccin antipaludique (MVIP). Dans ce cadre, plus de 2 millions d’enfants ont été vaccinés contre le paludisme dans ces trois pays africains, ce qui a entraîné une baisse de 13 % de de la mortalité, toutes causes confondues, chez les enfants en âge de recevoir le vaccin, ainsi qu’une réduction substantielle des formes graves du paludisme et des hospitalisations.

Le programme pilote a montré par ailleurs une forte adhésion à la vaccination antipaludique, sans réduction de l’utilisation des autres mesures de prévention du paludisme ou de l’utilisation des autres vaccins. Et l’OMS de recommander désormais un autre vaccin, le R21, fabriqué par le Serum Institute of India.

« Les pays pourront donc choisir leur vaccin, en fonction des caractéristiques de leurs programmes, de l’offre de vaccins et de leur accessibilité financière. »

L'arrivée des vaccins à l'aéroport de Yaoundé, le 21 novembre 2023.
L’arrivée des vaccins à l’aéroport de Yaoundé, le 21 novembre 2023.

 

Selon l’Unicef, l’OMS et le Gavi, la mise en œuvre à grande échelle de la vaccination antipaludique dans les régions les plus touchées pourrait changer la donne en matière de lutte contre le paludisme et sauver des dizaines de milliers de vies chaque année. Toutefois, préviennent-ils, « la vaccination antipaludique ne constitue pas la solution à elle seule ». L’introduction des vaccins antipaludiques doit s’intégrer à l’ensemble des mesures de lutte, à savoir l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide, la pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide à effet rémanent, le traitement préventif intermittent des femmes enceintes, le recours aux antipaludiques, la prise en charge et le traitement des cas.

L’« introduction du vaccin, c’est un peu comme l’entrée sur le terrain du meilleur joueur », commente Catherine Russell, directrice générale de l’Unicef.

« Grâce à cette étape tant attendue, franchie sous la conduite des leaders africains, nous entrons dans une nouvelle ère en matière de vaccination et de lutte contre le paludisme, avec l’espoir de sauver la vie de centaines de milliers d’enfants chaque année. »

« Il s’agit d’une nouvelle avancée révolutionnaire pour les vaccins antipaludiques, qui apporte une lueur d’espoir alors que, dans le monde, tant d’enfants vulnérables traversent des heures sombres », approuve le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Mais nous ne devons pas nous arrêter là. Ensemble, nous devons trouver la volonté et les ressources nécessaires pour déployer largement la vaccination antipaludique, afin que tous les enfants puissent vivre plus longtemps et en meilleure santé. »

Le Dr Robert Lucien Jean-Claude Kargougou est ministre de la Santé et de l’Hygiène publique du Burkina Faso. « Nous nous engageons à faire en sorte que le vaccin atteigne les enfants éligibles et nous encourageons tous les parents à profiter de cette intervention qui peut sauver des vies. Le gouvernement reste fermement déterminé à renforcer les autres mesures de prévention et de lutte contre le paludisme. »

Son homologue du Cameroun, le Dr Malachie Manaouda, promet : « Le gouvernement est déterminé non seulement à vacciner tous les enfants, mais aussi à renforcer les autres mesures de prévention et de lutte contre le paludisme afin de réduire l’énorme fardeau que représente cette maladie. »

@NA

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *