x
Close
Société

Les grands-mères solaires du Burkina Faso

Les grands-mères solaires du Burkina Faso
  • Publiéjanvier 1, 2024

Des femmes burkinabè sont formées aux techniques et aux apports de l’énergie solaire. Un savoir qu’elles peuvent transmettre dans leur communauté, en zones rurales.

 

C’est dans le village de Nioryida, dans la Région du Centre-Sud, à environ une centaine de kilomètres de Ouagadougou, que le Centre régional de formation Barefoot College au Burkina Faso (CRFBB) a vu le jour, en 2018. Cinq ans après, l’heure du bilan est venue pour cette structure qui déploie des programmes d’enseignement dans le domaine de l’énergie solaire.

Ce centre a pour attributions d’identifier les localités et les femmes qui seront formées à ses enseignements. Il prend en charge les auditrices et les auditeurs et assure le transfert de la technologie solaire aux pays voisins : Niger, Bénin, Togo, Ghana, Côte d’Ivoire, Mali, et bien sûr l’ensemble du Burkina Faso. L’initiative était née en 2008, lors d’un Forum Inde – Africaine qui s’était déroulé à New Dehli.

L’énergie, notamment les énergies renouvelables, reste indispensable au développement local et il s’agit d’un besoin concret à satisfaire, en vue de l’amélioration des conditions de vie des populations.

Dans le cadre du programme « Formation des Grands-mères solaires », le Centre a dispensé de nombreuses formations dans sept régions du pays, en partenariat avec le Global Green Growth Institute et la Fondation Prince Albert II de Monaco.

Le projet visait à donner aux femmes âgées les moyens de contribuer à la réduction des impacts environnementaux négatifs de l’utilisation des combustibles fossiles au Burkina Faso par la promotion de technologies propres et de sources d’énergie à faible teneur en carbone.

Des « grands-mères solaires » ont pu bénéficier d’une formation intensive, théorique et pratique. Elles ont été dotées en kits pour l’équipement de leurs ateliers qui leur permettent de procéder aux dépannages et aux installations de kits solaires. Après la formation, chaque grand-mère solaire dispose de kits solaires pour les ménages de son village d’origine.

Démonstration d'une installation solaire.
Démonstration d’une installation solaire.

 

La dotation de ménages en kits solaires constitue une part contributive du Projet au processus d’électrification des villages sélectionnés. Il s’agit d’un système « Pay As You Go (PAYG) » géré par les cellules locales après la sélection des ménages bénéficiaires. Le PAYG permet de décomposer l’accès à l’énergie en tranches de paiement accessibles défini par le comité local.

 

Changement de statut

Ces cellules locales jouent un rôle de premier plan dans la gestion des kits solaires mis à la disposition des ménages. Elles proposent, entre autres, un système de recouvrement des frais d’installation des kits pour les ménages ; les montants recouvrés serviront à l’acquisition de nouveaux kits pour de nouveaux ménages.

« Le projet a permis la mise à disposition d’une expertise locale en technologie solaire dans les zones rurales, ainsi que l’accroissement de la disponibilité et de l’accès à l’énergie solaire dans les zones rurales, tout en améliorant la gouvernance de l’énergie solaire au niveau local, par la mise en place d’unités autonomes d’électrification solaire dans les villages bénéficiaires », résume le Global Green Growth Institute (GGGI) dans une note de synthèse.

Formation aux tests d'équipements.
Formation aux tests d’équipements.

 

Les impacts du dispositif s’apprécient, notamment, en matière de changement du statut des femmes dans leur milieu de vie, de contribution à la prise de conscience des communautés sur la nécessité de lutter contre le changement climatique et de protéger l’environnement, de réduction des inégalités et d’amélioration des conditions de vie des ménages bénéficiaires, de réduction des inégalités entre les sexes dans les zones rurales. Ce, grâce à l’implication des femmes en tant qu’actrice à part entière du développement local, qui devra connaitre une accélération grâce à l’augmentation des activités génératrices de revenus dans les villages du Burkina Faso. 

Le choix de donner la priorité à des femmes âgées, a amélioré leur statut, passé de « personnes vulnérables » à celui de « personne impliquée dans le développement local ». C’est une garantie de la stabilité et de la pérennisation des acquis. En outre, le caractère représentatif des trois zones agro climatiques est un gage de prise en compte de l’ensemble des réalités du pays et une garantie de l’inclusivité de la démarche adoptée.

Dans un premier temps, le choix a porté sur trois des grands-mères issues de la première promotion de grands-mères ayant été formées en Inde. Celles-ci ont pu conduire le processus avec professionnalisme. La qualité de leur prestation a été unanimement reconnue et saluée, aussi bien par les nouvelles femmes en cours de formation que par l’ensemble des parties prenantes.

 

Retour d’expériences

Avec leur soutien, la synergie a pu s’opérer avec les dispositifs locaux. Cette synergie contribue à la réduction des inégalités sociales, ainsi qu’à l’avènement d’une autosuffisance énergétique durable tout en contribuant à la lutte contre les changements climatiques et à la préservation de l’environnement, en fournissant également une meilleure qualité de vie au profit des populations dans les villages sélectionnés, se trouvant être des villages en transformation en écovillages.

Formation à la réparation des ampoules solaires;
Formation à la réparation des ampoules solaires

 

Nous avons là, commente le GGGI, l’« expérience réussie d’un cas de partenariat public privé ». À ce sujet, notons l’implication de Aliothsystem energy SAS, une entreprise d’assemblage de Solar Home System PAY-GO et start-up de conception et d’innovation dans le domaine des énergies, des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.) Elle est la structure chargée de la formation et de la fourniture des différents équipements mis à la disposition des grands-mères et des ménages.

Le Global Green Growth Institute est une organisation intergouvernementale fondée pour soutenir et promouvoir un modèle de croissance économique « verte », qui cible des aspects clés de la performance économique tels que la réduction de la pauvreté, la création d’emplois, l’inclusion sociale et la durabilité environnementale. 

L’expérience apporte quelques « leçons ». En effet, la promotion de l’égalité du genre, dans le domaine du développement, est « une œuvre de longue haleine, nécessitant une plus grande mobilisation des ressources et des énergies » ; car il faut s’opposer parfois aux mentalités, aux croyances et aux comportements. L’expérience démontre, s’il en était besoin, que si les communautés rurales sont responsabilisées, bien organisées et leurs capacités convenablement renforcées, elles sont capables de se prendre en charge et de prendre en charge leur développement. Bien sûr, la résolution des problèmes de développement durable est une œuvre complexe et coûteuse.

Enseignement de la connexion des panneaux solaires.
Enseignement de la connexion des panneaux solaires.

@NA

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *