x
Close
Société

L’Égypte, un champion en or de la lutte contre l’hépatite C

L’Égypte, un champion en or de la lutte contre l’hépatite C
  • Publiéoctobre 9, 2023

En un peu plus d’une décennie, l’Égypte est passée de l’un des taux d’hépatite C les plus élevés au monde à l’un des plus bas. Une politique de santé saluée par l’OMS.

 

Une nouvelle fois, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a tenu à féliciter l’Égypte, ce 9 octobre 2023, pour les progrès « sans précédent » qu’elle a accomplis dans l’élimination de l’hépatite C. Le pays devient le premier à obtenir le statut de « niveau or » sur le chemin de l’élimination de l’hépatite C, selon les critères de l’OMS. L’obtention de ce statut signifie que l’Égypte a satisfait aux exigences programmatiques qui facilitent la réduction des nouvelles infections et des décès dus à l’hépatite C à des niveaux qui permettent au pays de mettre fin à l’épidémie.

Dans le monde, 58 millions de personnes vivent avec une hépatite C chronique. Bien qu’il n’existe pas de vaccin, la maladie peut être guérie grâce à des traitements de courte durée, très efficaces et curatifs, qui durent de huit à douze semaines. Cependant, dans le monde, quatre personnes sur cinq vivant avec l’hépatite C ne savent pas qu’elles sont infectées. Si elle n’est pas traitée ou guérie, l’infection peut provoquer une maladie du foie et un cancer.

« J’ai été le témoin direct des efforts extraordinaires déployés par le ministère de la santé et de la population au cours de la dernière décennie pour éliminer cette menace pour la santé publique. »

L’Égypte a diagnostiqué 87 % des personnes vivant avec l’hépatite C et fourni un traitement curatif à 93 % des personnes diagnostiquées, dépassant ainsi les objectifs de l’OMS.

« Le parcours de l’Égypte, qui a connu l’un des taux d’infection par l’hépatite C les plus élevés au monde et qui s’est engagée sur la voie de l’élimination en moins de dix ans, est tout simplement stupéfiant », commente le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « L’Égypte est un exemple pour le monde entier de ce qui peut être réalisé avec des outils modernes et un engagement politique au plus haut niveau pour utiliser ces outils afin de prévenir les infections et de sauver des vies. Le succès de l’Égypte doit nous donner à tous l’espoir et la motivation nécessaires pour éliminer l’hépatite C partout dans le monde. »

L’Égypte est passée avec succès de l’un des taux d’hépatite C les plus élevés au monde à l’un des plus bas en réduisant la prévalence de l’hépatite C de 10 % à 0,38 % en un peu plus d’une décennie.

Depuis le début des années 2000, l’Égypte renforce ses programmes nationaux de prévention et de traitement. En 2006, le pays a créé le Comité national de lutte contre l’hépatite virale, une structure de gouvernance chargée de superviser et de diriger la réponse nationale à l’hépatite.

 

Un engagement politique fort

Depuis 2014 et jusqu’en 2018, le président égyptien a lancé une campagne nationale d’élimination de l’hépatite C qui propose des tests et des traitements gratuits. La campagne « 100 millions de seha » (100 millions de vies saines) a permis de tester plus de 60 millions de personnes et de traiter plus de 4,1 millions d’entre elles. Les traitements antiviraux à action directe fabriqués localement ont été un facteur clé du succès remarquable de la campagne ; un taux de guérison de l’hépatite C de 99 % parmi les personnes ayant reçu un traitement.

Grâce à une approche centrée sur le patient, l’Égypte a également amélioré de manière significative ses pratiques en matière de sécurité des patients et a adopté le concept de « ne pas nuire » en mettant en œuvre des procédures universelles de sécurité des injections et du sang, ainsi que des mesures de réduction des risques.

Un prélèvement de salive auprès d'un agriculteur égyptien à l'occasion d'un test de dépistage de l'hépatite C. (photo AFP).
Un prélèvement de salive auprès d’un agriculteur égyptien à l’occasion d’un test de dépistage de l’hépatite C. (photo AFP).

 

De ce succès, le docteur Ahmed Al-Mandhari, directeur régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale, y voit « la preuve qu’il est impossible d’arrêter le succès quand il y a de l’engagement, même quand on est confronté à des défis redoutables et à des temps difficiles, y compris la pandémie de Covid-19 ». En s’engageant à éliminer l’hépatite C, l’Égypte a réussi à tester la quasi-totalité de la population éligible et a traité presque toutes les personnes vivant avec le virus. Cela représente un tiers des 12 millions de personnes vivant avec l’hépatite C dans la région de la Méditerranée orientale.

Grâce à une étroite coopération avec le bureau de pays de l’OMS en Égypte et au soutien des trois niveaux de l’Organisation, le ministère de la santé et de la population a réussi à accroître ses ressources financières et techniques au fil des ans pour concrétiser sa vision de l’élimination de l’hépatite C en tant que problème de santé publique.

« Je suis remplie de fierté et de joie en assistant à ce moment historique où l’Égypte est reconnue internationalement comme le premier pays à avoir accompli ce progrès remarquable vers l’élimination de la maladie », a déclaré le représentant de l’OMS en Égypte, le Dr Naeema Al Gasseer.

 

Un exemple pour les autres pays

« J’ai été le témoin direct des efforts extraordinaires déployés par le ministère de la santé et de la population au cours de la dernière décennie pour éliminer cette menace pour la santé publique. Le ministère a été poussé par un engagement politique très fort et par la solidarité, l’équité et l’inclusion pour fournir des services à toutes les personnes vivant en Égypte, sans discrimination et en tant que droit humain universel. »

L’OMS soutient le ministère en lui fournissant des lignes directrices et des outils techniques décrivant une approche du diagnostic et du traitement de l’hépatite C fondée sur les droits de l’homme. L’organisation plaide pour l’inclusion de groupes vulnérables tels que les réfugiés et les migrants dans la campagne. L’OMS continue d’aider le ministère à renforcer les capacités des agents de santé et à atteindre les communautés par des campagnes de sensibilisation.

Selon les directives de l’OMS pour la validation par les pays de l’élimination de l’hépatite virale et du chemin vers l’élimination en 2023, les pays peuvent demander la validation complète des niveaux or, argent ou bronze sur le chemin vers l’élimination en fonction de la réalisation des objectifs pertinents. L’Égypte est le premier pays à avoir demandé la validation et obtenu le statut de niveau or sur le chemin de l’élimination, ce qui signifie qu’elle est en bonne voie pour atteindre tous les objectifs d’élimination avant 2030.

 

PF, d’après un compte rendu de l’OMS.

@NA

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *