Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

L’Afrique dans leurs coeurs

L’influence que ces derniers ont eue, ou ont toujours, sur leur pays d’origine dépend, bien sûr, de leurs connexions, mais aussi de leurs convictions personnelles. Certains comme Mamadou Gueye, le numéro 2 de la Sidwell School, l’un des meilleurs lycées américains où vont les filles Obama, après la fi lle des Clinton, ou Cheikh Diwane Sylla, directeur exécutif de l’agence de voyages Africa Travel à New York, ont décidé de rester dans leur pays d’accueil. D’autres, comme Cheikh Mbengue, spécialiste de santé public dans l’un des plus gros cabinets américains, ou Massemba Diop, créateur de SOS médecin à Dakar, qui rayonne sur toute l’Afrique de l’Ouest en matière de médecine d’urgence, ont préféré rentrer.

L’exemple de l’astrophysicien malien, Cheikh Modibo Diarra, aujourd’hui PDG de Microsoft Afrique, qui a fait toute sa carrière à la NASA avant de devenir Premier ministre dans son pays d’origine du 17 avril au 11 décembre 2012, est révélateur du degré d’implication que certains membres de la diaspora décident, ou pas, d’avoir.

En revanche, les retours des « élus issus de la diversité » en France sont plutôt rares. Après une carrière politique sous la présidence François Mitterrand, puis un retour sur le devant de la scène politique togolaise, Kofi Yamgnane s’est fait piéger en 2014 dans une affaire de présumé trafic d’influence, rendant impossible son éligibilité aux prochaines présidentielles togolaises. Pour les ressortissants des pays ayant fui des dictatures ou des situations de guerre dans leur pays d’origine, le traumatisme est tellement grand que, souvent, tout retour est exclu avant, au moins, une génération. Dans la famille d’Abdoulaye Dicko, ingénieur informaticien ayant inventé la plateforme de géo-localisation Ebémi, destinée à équiper la flotte de camions malienne, de retour au Mali depuis dix ans, il y a le père, Mamadou Dicko, ingénieur dans les transports, promoteur de Bison futé et ancien cadre retraité de Thales, qui vit en banlieue parisienne ; l’oncle, Amadou Dicko, enseignant chercheur à Metz et spécialiste de phytothérapie, qui développe des médicaments traditionnels améliorés (MTA) ; le petit frère, Moussa Dicko, premier normalien d’origine malienne, marié à une Franco-grecque, normalienne elle aussi ; et le cousin métis, David Dicko, né en Côte d’Ivoire mais qui a grandi à Paris et qui cumule les fonctions de pilote de ligne, directeur stratégie & innovation chez Air France-KLM et, plus récemment, entrepreneur.

J’ai pu intégrer des cercles décisionnels à Paris que je n’aurais peut-être jamais rencontrés si j’étais resté en Afrique.

Alors que ses aînés rencontrent des difficultés à faire reconnaître leur expertise à travers des programmes comme Token permettant d’utiliser les compétences de la diaspora pour aider au développement de l’Afrique, lui, à l’instar de la deuxième génération de ses cousins, est confiant. « Hier, j’ai créé une association familiale de développement de villages. Aujourd’hui, je me tourne vers l’entrepreneuriat comme outil pour me permettre de rendre au continent ce qu’il m’a apporté. Je me forme, ici, en France afin de développer mes compétences managériales pour mieux me préparer à l’aventure en Afrique », explique David Dicko.

Président du think tank Ipode qu’il a contribué à créer, Mohamed Ly est venu en France après un diplôme en informatique pour bénéficier des meilleures formations en technologie, management et organisation en système d’information. « Ma réussite professionnelle m’a beaucoup rapproché du continent. Elle m’a donné accès à un réseau diversifié de haut niveau, inestimable, au sein de la diaspora africaine. Au poste de responsabilité où je me suis retrouvé, il m’a été possible de proposer des solutions éprouvées en matière de politiques publiques pour résoudre les problèmes qui sont communs à l’Afrique. J’ai pu intégrer des cercles décisionnels à Paris que je n’aurais peut-être jamais rencontrés si j’étais resté en Afrique », confie-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts